pré op fracture incisive 25 juillet 2014Un chien de la race Berger Blanc Suisse est amené en consutation pour diagnostic radiographique d'agénésie dentaire au niveau des arcades mandibulaires. Au cours de l'examen, une fracture coronaire compliquée au niveau de la dent 102 (incisive I2 maxillaire droite) est identifiée.

Ne sachant pas à quand remonte cette lésion dentaire, nous décidons de réaliser une pulpectomie. Ce soins dentaire permettra d'éviter le développement d'une affection apicale (kyste apical voir abcès apical) au niveau racinaire associée à de la douleur et de l'inconfort pour le chien.

 

 

La pulpectomie est réalisée selon un protocole standardisé per op fracture incisive 25 juill 2014

- avec une lime K ISO 20, la longueure de travail pour le soin endodontique est mesurée

- la cavité pulpaire étant bien accessible, il n'est pas nécessaire d'utiliser des forets de Gates afin d'augmenter le diamètre d'ouverture

- après extraction de la pulpe dentaire avec un tire nerf ISO 20, la cavité pulpaire est nettoyée et raclée : les limes H ou lime de Hedstroem (racleurs) sont utilisées dans l'ordre croissant de la taille ISO 20 à la taille ISO 40. Entre chaque passage, un rinçage à l'hypochlorite de soude 35% est réalisé ainsi que la vérification de la conservation de la longueure de travail. En effet, l'augmentation du diamètre des limes de Hedstroem peut entrainer une condensation de débris au niveau de l'extrémité racinaire de la cavité pulpaire.

- à la fin du nettoyage, un séchage de la cavité est réalisé avec des pointes de papier absorbant ISO 30

- à l'aide d'un lentulo, une pâte zinc/eugénol est déposé sur les parois de la cavité afin d'assurer une aseptie complètre ainsi qu'un remplissage des tubuli dentinaires

- une pointe de gutta percha taille 30 est insérée dans cavité pulpaire. Après découpe à chaud du surplus, la gutta percha est condensée à froid dans la cavité

- à l'aide d'une fraise à cône renversé, la cavité est nettoyée et préparée pour réceptionner l'amalgame métallique post op fracture incisive 25 juill 2014qui finalisera la pulpectomie.

 

Une radiographie de controle post-opératoire immédiat est réalisée et montre une cavité pulpaire comblée totalement.

 

L'amalgame métallique atteint 80% de ses capacités de résistance mécanique à la compression et à l'abrasion dans les heures suivant son utilisation et 100% au bout de 48h. Consigne est donnée de ne pas permettre les jeux de mordant pendant 1 semaine. Une radiographie de contrôle est proposée dans 12 mois. 

Par dentalvet
Vendredi 25 juillet 2014 5 25 /07 /Juil /2014 18:50
- Publié dans : endodontie vétérinaire
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

 

chihuahua 25 juilUn chiot chihuahua de 6 mois est amené en consultation pour extraction des canines lactéales maxillaires et mandibulaires ainsi qu'une malposition dentaire consécutive à une rétrognathie maxillaire. Ces deux affections associées provoquent une malposition de la canine maxillaire droite (dent 104) positionnée contre la dent 103. L'intervalle physiologique pour le positionnement de la canine mandibulaire droite (dent 404) n'existant plus, celle-ci est lingualisée et vient en percussion avec le palais.

 

La décision est prise de positionner une chainette de traction après l'extraction des canines lactéales afin de tirer distalement la Canine maxillaire droite (dent 104) et de libérer l'espace physiologique pour que la Canine mandibulaire droite (dent 404) vienne s'intercaler.

 

Après retrait des canines lactéales maxillaires et mandibulaires et vérification radiographique des sites d'extraction, une chihuahua 25juil 2chainette de traction est placée entre la canine maxillaire droite (dent 104) et une cale en résine comprenant un bracket type "lingual button flat" de Dentsply.

 

 

Au contrôle de 15 jours, la traction de la canine maxillaire droite (dent 104) a progressé plus rapidement que prévu. La dent est positionnée trop distalement et présente une mobilité de classe 1-2. La décision est prise de retirer l’ensemble du matériel de traction et de laisser le parodonte se stabiliser. La dent 104 dans sa position actuelle n’est pas gênante pour le chien mais un contrôle dans 2 mois est prévu. En cas d’inconfort, la mise chihuahua 25juil 3en place d’une correction sera entreprise.

La cause de cette correction trop rapide est la mise en place d’un matériel de traction concomitamment à l’extraction des dents lactéales. L’espace vide laissé après extraction n’a présenté aucune résistance mécanique lors de la traction de la dent 104 expliquant sa progression distale trop rapide. La pose d’un appareil de traction devrait être réalisé en présence d’un tissu parodontal intègre et cicatrisé.

 

 

Le  tissu de granulation se forme le long des parois alvéolaires – d’abord dans le fundus – à partir du deuxième ou troisième jour après extraction de la dent. Le coagulum est totalement remplacé par le tissu de granulation en sept jours environ. Le tissu conjonctif se forme à partir de la périphérie et remplace en 20 jours environ le tissu de granulation. Le nouvel os commence à se former sur les parois alvéolaires six à sept jours après l’opération, la plaie osseuse étant comblée de tissu osseux immature au bout d’un mois environ. L’os mûrit totalement en deux à trois mois et forme un trabécule. La maturité de l’os est complète après trois ou quatre mois. Il serait donc intéressant de placer un matériel de traction minimum 2 mois après l’extraction des dents lactéales afin d’obtenir une résistance suffisante et une évolution progressive de la dent à déplacer.

 

 

 

 

Par dentalvet
Mercredi 23 juillet 2014 3 23 /07 /Juil /2014 16:47
- Publié dans : orthodontie vétérinaire
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

pré op 

Les fentes palatines sont une non jonction des deux hémi-palais osseux et tissulaires. Elles peuvent intéresser l'intégralité du palais dur et/ou du palais mou ou partiellement chacun d'eux. Les fentes palatines se rencontrent majoritairement chez le chiot ou le chaton nouveau-né (fente palatine d'origine congénitale) mais elles peuvent aussi apparaitre lors d'un trauma facial chez un individu adulte. Les conséquences principales sont une difficulté pour s'alimenter et un passage des fluides buccaux et du bol alimentaire dans les voies aériennes supérieures provoquant éternuements, sinusite purulente, etc. intub[1]

 

Ce chiot de race Shi Tsu de 1.5 mois et pesant 410g au moment de la chirurgie illustre un cas de fente palatine congénitale intéressant l'ensemble du palais dur ainsi que du palais mou. Le chiot est dans l'incapacité de téter et sa propriétaire le sonder pour le nourrir. La wardill1[1]chirurgie correctrice est décidée.

 

 

 

 

La technique employée est inspirée de la technique de Veau-Wardill-Kilner utilisé en     chirurgie humaine.

 

 

Cette technique consiste, dans un premier temps, à raviver les marges mésiales de chaque hémi-palais tissulaire ainsi que d'insister le tissu palatin le long des arcades dentaires maxillaires jusqu'aux arcs palatoglossiques. Chez ce chiot, la contrainte principale de cette chirurgie a été la place disponible dans la cavité buccale pour réaliser le travail.

 

La seconde étape permet de décoller délicatement en épargnant les principaux faisceaux vasculaires (les artères palatines majeures et mineures de chaque côté) les deux lambeaux de tissus palatins.

 

post opLa dernière étape consiste à réunir ces lambeaux à l'aide de points simples afin de recréer une séparation physique entre les cavités nasales et la cavité buccale.

 

 En post opératoire immédiat, le chiot a présenté de nombreux éternuements avec des expectorations sanguinolentes consécutives à la chirurgie. Dans les premières 24h, le chiot a mangé sans problème des croquettes humides. Durant les 15 jours suivant la chirurgie, les éternuements ont progressivement régressé jusqu'à être quasi inexistant. Le chiot a augmenté sa masse corporelle de 50% en 15jours passant de 410g à 650g.

 

Au contrôle des 15jours, le chiot est en bon état général, présente quelques écoulements séreux au niveau des narines. L'observation du site chirurgicale révèle une cicatrisation à 80% du palais dur par contre les points réalisés au niveau du palais mou n'ont pas tenu. Il est convenu avec la propriétaire de prévoir une réintervention dans quelques mois sachant que le chiot se porte bien et tolère sans problème sévère l'absence de cicatrisation du palais mou.

Par dentalvet
Samedi 7 juin 2014 6 07 /06 /Juin /2014 08:05
- Publié dans : stomatologie vétérinaire
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

Dans les races de petits gabarits, races naines et toy, il n'est pas rare d'avoir durant la croissance une malposition dentaire qui se met en place. Celle ci peut intéresser les arcades incisives, les crocs et plus rarement les pré-molaires et molaires. Ce cas illustre une malposition au niveau des deux crocs mandibulaire sur un chien de race toy, un chihuahua.

 

  • Description du cas

Ce chien Chihuahua mâle adulte de 4ans est présenté pour malposition bilatérale des canines mandibulaires droite et Mesia 1gauche. Celles-ci ont eu une egression beaucoup trop proximale par rapport à l'axe d'égression physiologique. Lors de l'occulsion dentaire, elles viennent s'intercaler entre les incisives 2 et 3 maxillaires à droite comme à gauche. Une parodontite modérée focale au niveau de l'incisive 3 mandibulaire gauche est identifiée. Les arcades incisives sont en situation "d'articulé inversé" avec un décallage de 2mm maximum au niveau des incisives centrales. 

 

  • Traitement orthodontique mis en place

La traction distale des 2 crocs mandibulaires est proposée et mise en application. Mécaniquement, les crocs vont être tiré distalement grâce à un point fixe positionné à hauteur des pré-molaires mandibulaires ipsilatérales. Le point fixe peut être de deux sortes :

 

  1. une vis orthodontique placée au niveau de l'arcade mandibulaire osseuse le plus souvent entre la PM4 et la M1 Mesia 3(carnassière) après contrôle radiographique
  2. un bracket collé sur un support en résine (type ORTHORESIN autopolymérisable) prenant appui sur plusieurs pré-molaires et molaires : le plus souvent la résine englobe PM3, PM4 et M1 et sera collée sur les surfaces coronaires à l'aide d'une colle photopolymérisable type GC Fuji ORTHO-LC.

Dans notre cas, la mandibule étant très étroite et les espaces interdentaires PM4-M1 étant quasi inexistants, le choix s'est porté sur l'utilisation de brackets collé sur des résines.

 

mesia 4Lors du temps opératoire sous anesthésie, les résines sont déposées sur les couronnes PM3-PM4-M1 : leur texture souple après mélange des 2 composants (Orthoresin poudre et Orthoresin solution) permet une application facile sur les couronnes, la prise se réalisant en 5 minutes environ. Les résines, après calibrage, sont repositionnées et collées sur les couronnes avec la colle GC Fuji ORTHO-LC photopolymérisable.

Les brakets sont collés sur les résines de telle façon qu'il n'y est pas de contact lors de l'occlusion avec les carnassières maxillaires.

2 anneaux en résine sont disposés au niveau du 1/3 proximal de la couronne de chaque canine mandibulaire.

1 chainette élastique est placée au niveau du bracket et entre les anneaux en résine de chaque côté de la mandibule, la traction étant controlée.

Le premier contrôle est prévu 1 mois après la pose.

  • Suivi

Le premier contrôle à 1 mois permet le changement des chainettes : en effet, las chainettes élastiques se détendent tout au long de la phase de traction et doivent être changées toutes les 4 semaines. Ainsi 1 contrôle mensuel de ce chien est prévu avec la propriétaire. Celui-ci étant calme, le changement des chainettes peut se réaliser vigile.

Le recul de chaque canine mandibulaire est objectivé et mesuré à chaque contrôle. Celui-ci doit être progressif pour ne Mesia 7pas risquer de dommage irréversible du parodonte. Dans notre cas, la progression est homogène et régulière de chaque côté. La parodontite objectivée le premier jour au niveau de l'I3 mand G évolue légèrement tout au long du processus mais ne met pas en péril l'intégrité du parodonte de la Cmand G.

 

3 mois après la pose des chainettes de traction, la correction est terminée. Les deux canines mandibulaires s'intercalent entre les dernières incisives et les canines maxillaires. Grâce à cette correction, le prognathisme incisif, objectivé le premier jour, a lui aussi été partiellement corrigé : lors de l'occlusion, les arcades incisives sont maintenant en pince.

 

Par dentalvet
Dimanche 25 mai 2014 7 25 /05 /Mai /2014 09:56
- Publié dans : orthodontie vétérinaire
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

Les défauts de croissance de la mandibule (rétrognathie mandibulaire) sont rencontrés couramment chez les chiots, notamment dans les races dolichocéphales (Berger Allemand, Colley et assimilé, Beauceron, Berger Belge Malinois…). L’évolution de la croissance des mâchoires est la combinaison de différents facteurs : l’expression génique, les apports alimentaires, les contraintes environnementales (jeux trop précoce, traumatisme), les contraintes musculaires (tension musculaire excessive). Ces différents facteurs pourront de manière individuel ou associés provoquer des défauts de croissance plus ou moins marqués des mâchoires. Les conséquences seront multiples et variées : on pourra avoir un simple articulé inversé incisif jusqu’à une rétrognathie chiot ba 1mandibulaire avec lingualisation des crocs et impact palatin des crocs mandibulaires. Ce dernier cas de figure nécessite une intervention orthodontique précoce afin de minimiser les conséquences de la rétrognathie et de réorienter l’égression des crocs mandibulaires vers leur position physiologique.

 

chiot ba 2Ce cas clinique illustre la gestion orthodontique d’une rétrognathie mandibulaire avec lingualisation des crocs mandibulaires et atteinte palatine. Nous traitons un chiot de 5.5 mois de race Berger Allemand présentant une rétrognathie mandibulaire. Les crocs mandibulaires (dent 404 (photo1) et 304 (photo2)) viennent s’impacter face palato-distale de leurs homologues maxillaires. Entre les deux arcades incisives existe un espace de 6mm (mesure moyenne en 3 points). Nous décidons la mise en place de 2 plans inclinés en résine prenant appui de chaque côté entre la dernière incisive (I3 max) et le croc (Cmax) afin de corriger la malposition des crocs mandibulaires et de les orienter vers leur position physiologique (intercalée entre le coin maxillaire et le croc maxillaire). Cette correction devrait permettre, en parallèle, de favoriser la croissance globale de la mandibule et de réduire le retard de croissance.

Le jour de la première consultation, après analyse du défaut et mesure des intervalles, le chiot est tranquillisé et les résines thermopolymérisables sont moulées (résine Orthoresin de DentSply). Elles sont, après modelage, collées avec une colle Ortho Fuji photopolymérisable.

chiot ba 3chiot ba 4

Un contrôle est prévu 6 semaines après la première consultation.

Lors de la consultation de contrôle, le défaut est corrigé, les crocs mandibulaires prenant place entre les incisives I3 max et les canines Cmax (photo de gauche pour la dent 404 (Cmand D) et photo de droite pour la dent 304 (Cmand G)). L’espace entre les 2 arcades incisives s’est corrigé de moitié soit 3mm (mesure moyenne en 3 points).

controle Dcontrole G

Grâce à deux plans inclinés en résine, l’égression dentaire a été réorientée et cette correction a permis une correction partielle de la rétrognathie mandibulaire. Avec les derniers mois de croissance pour ce chiot, on peut imaginer avoir une correction totale du retard de croissance au terme de cette période.

Par dentalvet
Jeudi 3 avril 2014 4 03 /04 /Avr /2014 00:00
- Publié dans : orthodontie vétérinaire
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés