Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 octobre 2016 5 21 /10 /octobre /2016 17:55
vue du malinois lors de la consultation

vue du malinois lors de la consultation

image des dent 203 et 204

image des dent 203 et 204

radiographie de la dent 203 et 204

radiographie de la dent 203 et 204

radiographie de la région apicale de la dent 204 = pas de signe d'ostéolyse

radiographie de la région apicale de la dent 204 = pas de signe d'ostéolyse

Un chien malinois de 6 ans est amené en consultation pour une tuméfaction à l'extrémité du chanfrein gauche. Le chien n'a pas pus se faire piquer par un insecte ni recevoir un choc.

Ce chien a bénéficié d'une bio-pulpotomie de la canine 204 quelques mois auparavant. Même si la localisation de la tuméfaction ne coïncide pas avec l'apex radiculaire de la 204, le doute est permis quant à une infection apicale.

Sous anesthésie, une radiographie de l'alvéole de la dent 204 est entreprise. Celle-ci ne montre aucune atteinte de l'apex radiculaire. Par contre une lésion ostéolytique discrète en région de la dent 203 est visible.

L'incisive 203 présente une fracture coronaire compliquée ancienne ainsi qu'une mobilité de classe 2. Associé à la radiographie, l'hypothèse d'une alvéolite de la 203 associée à la tuméfaction du chanfrein est posée.

La dent 203 est donc extraite, l'alvéole est drainée et flushée avec de l'hypochlorite de soude 3%. Des points gingivaux au Biosyn 3-0 sont placés.

Le chien est mis au repos de mordant 15 jours.

radiographie post extraction de la dent 203

radiographie post extraction de la dent 203

image du site d'extraction dentaire de la 203

image du site d'extraction dentaire de la 203

5 octobre 2016 3 05 /10 /octobre /2016 10:31
image après la pose de la couronne et la suture des gencives

image après la pose de la couronne et la suture des gencives

image de la fracture coronoradiculaire de la dent 104 = noter la perte de matière radiculaire importante ne permettant pas la réalisation d'une couronne stable pour le mordant

image de la fracture coronoradiculaire de la dent 104 = noter la perte de matière radiculaire importante ne permettant pas la réalisation d'une couronne stable pour le mordant

Un malinois adulte réalisant une activité fréquent de mordant et de ring est amené en consultation pour une fracture dentaire compliquée corono-radiculaire de la canine 104.

Cette fracture ne permet pas de part son extension radiculaire d'envisager la réalisation dans un second temps d'une couronne. Cette dent bénéficie donc d'une pulpectomie.

La canine controlatérale (dent 204) est encore intègre. cependant, avec l'activité de mordant de ce chien il est malheureusement très probable qu'à court terme celle-ci soit victime d'une fracture car le mordant n'est plus symétrique.

Décision est prise de réaliser une réduction chirurgicale coronaire de la dent 204 et de réaliser en seconde intention la pose d'une couronne sous gingivale.

La réduction coronaire chirurgicale est accompagnée d'une biopulpotomie = cette action consiste à retirer une partie superficielle de pulpe dentaire (5mm) puis de reboucher la chambre pulpaire avec une couche de ciment calcique biocompatible puis un amalgame mercure argent.

image du moignon dentaire de la dent 204 après taille

image du moignon dentaire de la dent 204 après taille

image du moignon dentaire juste avant le collage de la couronne : noter la bonne cicatrisation de la gencive

image du moignon dentaire juste avant le collage de la couronne : noter la bonne cicatrisation de la gencive

La seconde étape consiste à réaliser la taille en cône du moignon dentaire de la 204 pour la prise d'empreinte. La gencive est alors ouverte et soulever sur quelques millimètres afin que cette taille descende sous le niveau de la gencive libre pour augmenter la taille du moignon et donc la surface de collage de la couronne.

La troisième étape consiste à ré-ouvrir la gencive, de limiter le saignement puis de réaliser le collage de la couronne avec une colle autopolymérisable de type Fugi GC Plus.

le chien est placé au repos de mordant pendant 15 jours.

image du moignon dentaire après réouverture de la gencive juste avant le collage de la couronne

image du moignon dentaire après réouverture de la gencive juste avant le collage de la couronne

image de la couronne après collage

image de la couronne après collage

21 juillet 2016 4 21 /07 /juillet /2016 10:50
visualisation de la fistule

visualisation de la fistule

visualisation de la carnassière maxillaire gauche : parodontite focale sévère

visualisation de la carnassière maxillaire gauche : parodontite focale sévère

Un chihuahua de plus de 10 ans est référé en consultation de dentisterie pour une fistule infra-orbitaire gauche qui rétrocède aux antibiotiques mais qui réapparaît dans les jours suivant l'arrêt du traitement.

L'examen buccale révèle une oligondontie iatrogène, le chien ayant bénéficié de plusieurs détartrages associés à des extractions dentaires.

Au niveau de la carnassière maxillaire gauche (dent 208), une parodontite plus sévère qu'au niveau des autres dents est notée.

Sous anesthésie générale, le sondage des poches parodontales à hauteur de la face vestibulaire de la carnassière maxillaire gauche (dent 208) révèle une profondeur pathologique (plus de 5 mm).

La radiographie dentaire de la dent 208 révèle la présence d'abcès apicaux au niveau des deux racines crâniales avec notamment le début de la rhizalyse de la racine crânio-palatine.

Décision est prise de retirer la dent 208. L'extraction répond aux nécessités de l'extraction d'une dent pluriradiculée : découpe de la couronne avec une fraise fissure en tungstène, extraction des portions de couronne associées à chaque racine.

Le chien bénéficie d'une antibiothérapie post opératoire de 1 semaine.

Le chien est revu 15 jours après l'intervention : la cicatrisation est parfaite et la fistule n'apparaît plus.

visualisation du site d'extraction post opératoire

visualisation du site d'extraction post opératoire

Published by dentalvet
commenter cet article
21 juillet 2016 4 21 /07 /juillet /2016 10:11
côté droit

côté droit

côté gauche

côté gauche

Un jeune chiot chien courant de 8 mois est vu en consultation pour la lingualisation de la canine mandibulaire droite (dent 404). Celle-ci impacte la muqueuse gingivale au niveau du diastème physiologique maxillaire droite entre la dernière incisive et la canine maxillaire droite.

Du côté gauche, la canine mandibulaire gauche s'intercale normalement dans le diastème maxillaire gauche sans gène.

Décision est prise de réaliser des cales en résine collées au niveau des diastèmes : une cale de glissement pour la canine mandibulaire droite et une cale neutre pour la canine mandibulaire gauche.

Les consignes hygiéniques sont données et respectées pendant toute la durée de la correction.

Les cales sont retirées au bout de 8 semaines, la canine mandibulaire droite étant venue en position physiologique.

plan de glissement

plan de glissement

Published by dentalvet
commenter cet article
31 mai 2016 2 31 /05 /mai /2016 14:52
image pré opératoire de la lésion de la dent 108

image pré opératoire de la lésion de la dent 108

image per opératoire après curetage de la lésion

image per opératoire après curetage de la lésion

Suite à un détartrage, un chien caniche de 9 ans est amené pour second avis sur une lésion dentaire découverte lors du détartrage.

Cette lésion est située face vestibulaire de la carnassière maxillaires droite (dent 108), au niveau du collet dentaire à hauteur de la racine caudale de cette dent. Cette lésion est cavitaire, à fond mou. Une carie du collet est diagnostiquée.

La radiographie de la dent 108 pré opératoire montre une perte de radiodensité de l'ensemble de la racine caudale de la dent. L'examen sous anesthésie de la cavité lésionnelle permet de découvrir une profondeur importante de la lésion = avec un tire nerf utilisé comme sonde, la cavité s'enfonce sur plus de la moitié de la longueur de la racine.

Lors de cet examen, la paroi latéral de la racine présente une fragilité importante et se fracture en de nombreux morceaux.

Le sauvetage de cette dent n'est pas possible et son extraction est réalisée : celle-ci utilise les techniques nécessaires pour l'extraction d'une dent pluriradiculée. Un lambeau de recouvrement est ensuite réalisé sur le site d'extraction .

Le chien reçoit une injection d'anti-inflammatoire post opératoire. Consignes sont données de proscrire les jeux pendant une quinzaine de jour.

radiographie dentaire per opératoire = noter la perte de radiodensité au niveau de la partie distale de la racine caudale de la dent 108

radiographie dentaire per opératoire = noter la perte de radiodensité au niveau de la partie distale de la racine caudale de la dent 108

image post opératoire du site d'extraction et du lambeau de recouvrement

image post opératoire du site d'extraction et du lambeau de recouvrement

Published by dentalvet
commenter cet article
26 mai 2016 4 26 /05 /mai /2016 18:07
noter la dépigmentation en tâches de la muqueuse palatine et l'inflammation des zones dépigmentées

noter la dépigmentation en tâches de la muqueuse palatine et l'inflammation des zones dépigmentées

Une chienne beauceron de 13 ans est amenée en consultation pour dysorexie, abattement et pour l'apparition de masses sous l'encolure.

L'examen clinique révèle l'absence d'anomalie cardiorespiratoire et à la palpation abdominale. La chienne présente des fistules périanales non traitées actuellement.

La palpation de l'encolure révèle la présence de masses dures symétriques de la taille de mandarine. La chienne à la palpation de ces masses présente une gène à la déglutition. Ce sont les nœuds lymphatiques rétromandibulaires.

La cavité orale est inspectée : une gingivite modérée et une bucco-stomatite généralisée sont identifiées ainsi qu'une dépigmentation en tâches de la muqueuse palatine. Les zones dépigmentées présentent une inflammation modérée.

La cytoponction à l'aiguille fine des NL rétromandibulaires de l'encolure permet la réalisation d'un étalement de qualité

- l'analyse cytologique révèle une accumulation de cellules non jointives au rapport nucélo-cytoplasmique élevé. Une anisocaryose est notée, ainsi que la présence de nombreux nucléoles dans certains noyaux cellulaires. Des figures de division cellulaire sont identifiées (figures de mitose).

L'hypothèse d'un mélanome achromique ou d'un lymphosarcome (hypothèse secondaire) est établie.

Malheureusement face au pronostic réservé à sombre de ces premières hypothèses, les propriétaires ne souhaitent faire aucune autre investigation.

Ce cas clinique permet de souligner l'importance d'une recherche approfondie en cas de dépigmentation intraorale car cela peut cacher une affection grave.

noter l'inflammation gingivale et la bucco-stomatite diffuse modérée

noter l'inflammation gingivale et la bucco-stomatite diffuse modérée

zone tondue et désinfectée en arrière de l'angle mandibulaire gauche pour la cytoponction

zone tondue et désinfectée en arrière de l'angle mandibulaire gauche pour la cytoponction

Published by dentalvet
commenter cet article
25 avril 2016 1 25 /04 /avril /2016 18:49
image pré opératoire : noter la prolifération massive des verrues

image pré opératoire : noter la prolifération massive des verrues

Papillomatose intra-buccale

Le papillomavirus est un virus qui se trouve fréquemment dans l'environnement. Chez un sujet sensible, l'infection à papillomavirus favorise la prolifération de verrue le plus souvent dans la cavité orale.

Un jeune golden retriever de 15 mois est amené en consultation suite à l'apparition en masse de verrue au sein de la cavité orale, parsemées sur l'ensemble de la muqueuse.

Les commémoratifs rapportent notamment que le chiot a joué en club avec un chiot déjà victime de cette affection virale. Les jeux de mordant ont servi de support à la transmission virale.

Sous anesthésie, les verrucosités sont cautérisées à l'aide d'un bistouri électrique (Servotome).

Le chien est ensuite placé sous un traitement préventif pour limiter les risques de rechute :

- azithromycine : 10 mg/kg/j par voie orale pendant 10 jours

- magnésium : granule, liquide ou bolus

- désinfectant oral quotidien (Vetaquadent de Virbac)

Ce traitement peut aussi être mis en place en curatif au début de l'expansion des verrues mais dans notre cas celles-ci étaient trop évoluées pour ne pas nécessiter un traitement chirurgical.

Le chien ne doit pas jouer avec des jeux de mordant au milieu d'autres chiens aux risques de transmettre le virus tant qu'il n'est pas stabilisé.

Published by dentalvet
commenter cet article
15 mars 2016 2 15 /03 /mars /2016 16:06
vue de face de l'extrémité de la mandibule : noter l'absence des canines

vue de face de l'extrémité de la mandibule : noter l'absence des canines

vue latérale de l'hémi-mandibule droite : noter l'absence de la dent 407

vue latérale de l'hémi-mandibule droite : noter l'absence de la dent 407

Un chiot berger de 9mois est amené en consultation de dentisterie pour l'exploration de sa denture définitive. En effet, celui-ci présente une absence des 2 canines mandibulaires (dent 304 et 404) ainsi que de la PM3 mandibulaire droite (dent 407). A l'examen clinique, les sites des canines mandibulaires présentent de très légère tuméfaction pouvant faire penser à la présence de dents incluses ou anormales alors qu'au niveau du site de la PM3mand droite, il n'y a aucune tuméfaction de l'os alvéolaire faisant craindre une agénésie dentaire.

Sous tranquillisation (association dexmédétomidine/butorphanol), des radiographies dentaires sont réalisées. Celles-ci mettent en évidence

- la présence de canines mandibulaires morphologiquement normale mais incluses au sein de l'os alvéolaire

- l'agénésie confirmée de la dent 407

radiographie au site de la dent 304 qui est incluse

radiographie au site de la dent 304 qui est incluse

radiographie au site de la dent 404 qui est incluse

radiographie au site de la dent 404 qui est incluse

Suite aux radiographies, une gingivectomie locale au site d'égression des canines mandibulaires est réalisée. Une anesthésie loco-régional est mise en place avec l'injection au niveau des nerfs mentonniers mais aussi des sites chirurgicaux d'articaïne adrénalinée. Cette intervention permet de supprimer le plafond muqueux et osseux des alvéoles dentaires des canines mandibulaires afin de relancer leur égression. Une radiographie des apex racinaires montre des apex encore ouvert, gage d'une égression dentaire encore possible.

Le chien est rendu sous bain de bouche pour optimiser la cicatrisation.

Un contrôle de l'égression des canines est prévu 8 semaines après l'intervention

radiographie des apex racinaires des canines mandibulaires : les apex sont ouverts

radiographie des apex racinaires des canines mandibulaires : les apex sont ouverts

vue post opératoire après cautérisations gingivales

vue post opératoire après cautérisations gingivales

Published by dentalvet
commenter cet article
11 février 2016 4 11 /02 /février /2016 16:47
radiographie préopératoire : noter l'ouverture de la cavité pulpaire visible sur la radiographie

radiographie préopératoire : noter l'ouverture de la cavité pulpaire visible sur la radiographie

Un jeune chat persan est amené en consultation suite à la fracture de sa canine maxillaire droite après une chute d'un jeu d'agilité pour chat.

A l'examen clinique, la fracture est une fracture coronaire compliquée. Le propriétaire ayant récupéré le fragment coronaire fracturé, suite au soins de fermeture de la cavité pulpaire, une reconstruction sera entreprise.

La fracture coronaire remontant à 72h et le chat étant jeune (24 mois), une biopulpotomie est réalisée. A l'aide d'une fraise boule tungstène stérile, la pulpe dentaire est extraite sur une distance de 6 à 7mm. Après inhibition du saignement pulpaire, une couche de 2mm d'hydroxyde de calcium poudre est appliqué au fond de la cavité. Ensuite, une résine de haute résistance photopolymérisable (Tetra Evo Ceram Bulk) est mise en place dans la cavité pour la fermeture.

radiographie pré opératoire : aucune lésion périapicale

radiographie pré opératoire : aucune lésion périapicale

radiographie post opératoire : biopulpotomie et reconstruction coronaire

radiographie post opératoire : biopulpotomie et reconstruction coronaire

Le comblement étant fini, la reconstruction est initié. Fort heureusement, la fracture coronaire n'a pas engendré de perte de substance trop importante. Une colle orthodontique (GC Fuji LC) est appliquée sur le moignon coronaire et le fragment est ajusté avant la polymérisation de la colle. La reconstruction étant bien alignée, de la colle orthodontique est appliquée en anneau autour de la zone de collage afin de renforcer le maintien. A l'aide d'une brosse à polissage, l'épaisseur de colle est réduite afin de ne pas gêner l'occlusion des canines.

Le chat est mis au repos de toute activité de chasse pendant 1 semaine.

image post opératoire de la reconstruction coronaire : noter la ligne de collage du fragment qui se distingue légèrement

image post opératoire de la reconstruction coronaire : noter la ligne de collage du fragment qui se distingue légèrement

Published by dentalvet
commenter cet article
5 février 2016 5 05 /02 /février /2016 17:23
photo avant la chirurgie : notée la dilatation au niveau de la joue gauche

photo avant la chirurgie : notée la dilatation au niveau de la joue gauche

La dentition des petits ruminants est différentes de celles des carnivores domestiques. Etant herbivores, leur dentition est adaptée pour broyer des végétaux en grande quantité. Ainsi ils sont pourvu de molaire de grande taille avec des tables d'usures (bords occlusal dentaire) larges.

Parfois, en cas de défaut de mastication ou d'anomalie de la poussée dentaire, l'usure normale ne se fait plus et des spicules dentaires (saillie en pointe des couronnes dentaires) se créent et peuvent traumatiser les muqueuses jugales de l'animal. En plus du traumatisme tissulaire, souvent le petit ruminant fera "magasin" c.à.d. qu'il accumulera de l'aliment en grande quantité au creux de la joue provoquant à terme une déformation facial.

Une chèvre naine est amené en consultation dentaire pour une accumulation anormale d'aliment constatée par le propriétaire au niveau de la joue gauche depuis plusieurs semaine. La chèvre est en bonne état général mais le propriétaire note que l'accumulation de nourriture au niveau de la joue s'aggrave en intensité et en rapidité.

Sous anesthésie (tilétamine/zolazépam) la chèvre bénéficie d'un meulage complet de l'ensemble des molaires maxillaires et mandibulaires côté gauche. En effet, celles-ci présentent des spicules vestibulaires pour les maxillaires et linguales pour les mandibulaires de grandes tailles. Les muqueuses jugales ne présentent pas de lésions d'irritation.

Côté droit, il n'y a pas d'anomalie de l'usure des table nécessitant un meulage. Cependant, une molaire maxillaire présente une mobilité anormale conduisant à son extraction.

La chèvre se réveille bien. Un contrôle une semaine après révèle que la chèvre ne présente plus d'accumulation anormale d'aliment au niveau de la joue gauche.

image per opératoire de la chirurgie dentaire

image per opératoire de la chirurgie dentaire

Published by dentalvet
commenter cet article