5 août 2014 2 05 /08 /août /2014 11:42
image pré opératoire du site tumoral

image pré opératoire du site tumoral

Une chienne de race Jack Russel Terrier de 4 ans est amenée en consultation pour traitement d'une masse linguale identifiée il y a plusieurs jours. Après analyse histopathologique, cette masse est revenue comme un carcinome épidermoïde. Celle-ci infiltre la partie centrale de la langue côté gauche ainsi que le pilier de la langue. Elle est indurée, son aspect est pluri nodulaire et s'effrite au contact. Suite au refus d'une radiothérapie et d'une chimiothérapie par voie générale, la décision est prise de tenter une chimiothérapie locale avec, en parallèle, administration de corticoïdes par voie générale à dose immunosuppressive.

 

image per opératoire du site tumoral

image per opératoire du site tumoral

Le protocole est le suivant : sous anesthésie générale, nous mettons en place une membrane collagénique (membrane ConForm 15mm/20mm distribuée par ACE) imprégnée de Doxorubicine (agent inhibiteur de la topoisomérase II). Celle-ci est coupée en 2 morceaux : l'un est positionné rostralement à la masse dans la langue, via une fenêtre ménagée chirurgicalement, et l'autre caudalement à la masse. Des injections in situ de Doxorubicine en 3 points au sein de la masse sont réalisées en complément.

La membrane collagénique est réalisée à partir de collagène de bœuf. La membrane ne provoque aucune réaction de rejet lors de son implantation, elle se résorbe progressivement sur une période de 4 à 6 mois. Ainsi, selon l'évolution du site chirurgical, si la tumeur est en phase de rémission, il est possible de réimplanter l'animal afin d'atteindre la phase de guérison.

Du piroxicam à 0.3mg/kg/j en administration per os au cours d'un repas est débuté le lendemain de la chirurgie.

image post opératoire du site tumoral

image post opératoire du site tumoral

En post opératoire immédiat (les premières 48h), la chienne est en très bon état général, boit et mange sans souci. La chienne développe une diminution de son appétit et de son état général au bout de 48h, conséquence d'une inflammation de la langue consécutive à l'action locale de la chimiothérapie. La chienne est placée sous tramadol (nom commercial "Topalgic") pendant 1 semaine.

La chienne au bout d'une semaine présente un état général normal avec une alimentation non diminuée. Une nécrose de la masse linguale tumorale est identifiée après 10jours confirmant la bonne efficacité de la chimiothérapie locale.

Partager cet article

Published by dentalvet
commenter cet article
25 juillet 2014 5 25 /07 /juillet /2014 18:50

pré op fracture incisive 25 juillet 2014Un chien de la race Berger Blanc Suisse est amené en consutation pour diagnostic radiographique d'agénésie dentaire au niveau des arcades mandibulaires. Au cours de l'examen, une fracture coronaire compliquée au niveau de la dent 102 (incisive I2 maxillaire droite) est identifiée.

Ne sachant pas à quand remonte cette lésion dentaire, nous décidons de réaliser une pulpectomie. Ce soins dentaire permettra d'éviter le développement d'une affection apicale (kyste apical voir abcès apical) au niveau racinaire associée à de la douleur et de l'inconfort pour le chien.

 

 

La pulpectomie est réalisée selon un protocole standardisé per op fracture incisive 25 juill 2014

- avec une lime K ISO 20, la longueure de travail pour le soin endodontique est mesurée

- la cavité pulpaire étant bien accessible, il n'est pas nécessaire d'utiliser des forets de Gates afin d'augmenter le diamètre d'ouverture

- après extraction de la pulpe dentaire avec un tire nerf ISO 20, la cavité pulpaire est nettoyée et raclée : les limes H ou lime de Hedstroem (racleurs) sont utilisées dans l'ordre croissant de la taille ISO 20 à la taille ISO 40. Entre chaque passage, un rinçage à l'hypochlorite de soude 35% est réalisé ainsi que la vérification de la conservation de la longueure de travail. En effet, l'augmentation du diamètre des limes de Hedstroem peut entrainer une condensation de débris au niveau de l'extrémité racinaire de la cavité pulpaire.

- à la fin du nettoyage, un séchage de la cavité est réalisé avec des pointes de papier absorbant ISO 30

- à l'aide d'un lentulo, une pâte zinc/eugénol est déposé sur les parois de la cavité afin d'assurer une aseptie complètre ainsi qu'un remplissage des tubuli dentinaires

- une pointe de gutta percha taille 30 est insérée dans cavité pulpaire. Après découpe à chaud du surplus, la gutta percha est condensée à froid dans la cavité

- à l'aide d'une fraise à cône renversé, la cavité est nettoyée et préparée pour réceptionner l'amalgame métallique post op fracture incisive 25 juill 2014qui finalisera la pulpectomie.

 

Une radiographie de controle post-opératoire immédiat est réalisée et montre une cavité pulpaire comblée totalement.

 

L'amalgame métallique atteint 80% de ses capacités de résistance mécanique à la compression et à l'abrasion dans les heures suivant son utilisation et 100% au bout de 48h. Consigne est donnée de ne pas permettre les jeux de mordant pendant 1 semaine. Une radiographie de contrôle est proposée dans 12 mois. 

Partager cet article

23 juillet 2014 3 23 /07 /juillet /2014 16:47

 

chihuahua 25 juilUn chiot chihuahua de 6 mois est amené en consultation pour extraction des canines lactéales maxillaires et mandibulaires ainsi qu'une malposition dentaire consécutive à une rétrognathie maxillaire. Ces deux affections associées provoquent une malposition de la canine maxillaire droite (dent 104) positionnée contre la dent 103. L'intervalle physiologique pour le positionnement de la canine mandibulaire droite (dent 404) n'existant plus, celle-ci est lingualisée et vient en percussion avec le palais.

 

La décision est prise de positionner une chainette de traction après l'extraction des canines lactéales afin de tirer distalement la Canine maxillaire droite (dent 104) et de libérer l'espace physiologique pour que la Canine mandibulaire droite (dent 404) vienne s'intercaler.

 

Après retrait des canines lactéales maxillaires et mandibulaires et vérification radiographique des sites d'extraction, une chihuahua 25juil 2chainette de traction est placée entre la canine maxillaire droite (dent 104) et une cale en résine comprenant un bracket type "lingual button flat" de Dentsply.

 

 

Au contrôle de 15 jours, la traction de la canine maxillaire droite (dent 104) a progressé plus rapidement que prévu. La dent est positionnée trop distalement et présente une mobilité de classe 1-2. La décision est prise de retirer l’ensemble du matériel de traction et de laisser le parodonte se stabiliser. La dent 104 dans sa position actuelle n’est pas gênante pour le chien mais un contrôle dans 2 mois est prévu. En cas d’inconfort, la mise chihuahua 25juil 3en place d’une correction sera entreprise.

La cause de cette correction trop rapide est la mise en place d’un matériel de traction concomitamment à l’extraction des dents lactéales. L’espace vide laissé après extraction n’a présenté aucune résistance mécanique lors de la traction de la dent 104 expliquant sa progression distale trop rapide. La pose d’un appareil de traction devrait être réalisé en présence d’un tissu parodontal intègre et cicatrisé.

 

 

Le  tissu de granulation se forme le long des parois alvéolaires – d’abord dans le fundus – à partir du deuxième ou troisième jour après extraction de la dent. Le coagulum est totalement remplacé par le tissu de granulation en sept jours environ. Le tissu conjonctif se forme à partir de la périphérie et remplace en 20 jours environ le tissu de granulation. Le nouvel os commence à se former sur les parois alvéolaires six à sept jours après l’opération, la plaie osseuse étant comblée de tissu osseux immature au bout d’un mois environ. L’os mûrit totalement en deux à trois mois et forme un trabécule. La maturité de l’os est complète après trois ou quatre mois. Il serait donc intéressant de placer un matériel de traction minimum 2 mois après l’extraction des dents lactéales afin d’obtenir une résistance suffisante et une évolution progressive de la dent à déplacer.

 

 

 

 

Partager cet article

7 juin 2014 6 07 /06 /juin /2014 08:05

pré op 

Les fentes palatines sont une non jonction des deux hémi-palais osseux et tissulaires. Elles peuvent intéresser l'intégralité du palais dur et/ou du palais mou ou partiellement chacun d'eux. Les fentes palatines se rencontrent majoritairement chez le chiot ou le chaton nouveau-né (fente palatine d'origine congénitale) mais elles peuvent aussi apparaitre lors d'un trauma facial chez un individu adulte. Les conséquences principales sont une difficulté pour s'alimenter et un passage des fluides buccaux et du bol alimentaire dans les voies aériennes supérieures provoquant éternuements, sinusite purulente, etc. intub[1]

 

Ce chiot de race Shi Tsu de 1.5 mois et pesant 410g au moment de la chirurgie illustre un cas de fente palatine congénitale intéressant l'ensemble du palais dur ainsi que du palais mou. Le chiot est dans l'incapacité de téter et sa propriétaire le sonder pour le nourrir. La wardill1[1]chirurgie correctrice est décidée.

 

 

 

 

La technique employée est inspirée de la technique de Veau-Wardill-Kilner utilisé en     chirurgie humaine.

 

 

Cette technique consiste, dans un premier temps, à raviver les marges mésiales de chaque hémi-palais tissulaire ainsi que d'insister le tissu palatin le long des arcades dentaires maxillaires jusqu'aux arcs palatoglossiques. Chez ce chiot, la contrainte principale de cette chirurgie a été la place disponible dans la cavité buccale pour réaliser le travail.

 

La seconde étape permet de décoller délicatement en épargnant les principaux faisceaux vasculaires (les artères palatines majeures et mineures de chaque côté) les deux lambeaux de tissus palatins.

 

post opLa dernière étape consiste à réunir ces lambeaux à l'aide de points simples afin de recréer une séparation physique entre les cavités nasales et la cavité buccale.

 

 En post opératoire immédiat, le chiot a présenté de nombreux éternuements avec des expectorations sanguinolentes consécutives à la chirurgie. Dans les premières 24h, le chiot a mangé sans problème des croquettes humides. Durant les 15 jours suivant la chirurgie, les éternuements ont progressivement régressé jusqu'à être quasi inexistant. Le chiot a augmenté sa masse corporelle de 50% en 15jours passant de 410g à 650g.

 

Au contrôle des 15jours, le chiot est en bon état général, présente quelques écoulements séreux au niveau des narines. L'observation du site chirurgicale révèle une cicatrisation à 80% du palais dur par contre les points réalisés au niveau du palais mou n'ont pas tenu. Il est convenu avec la propriétaire de prévoir une réintervention dans quelques mois sachant que le chiot se porte bien et tolère sans problème sévère l'absence de cicatrisation du palais mou.

Partager cet article

25 mai 2014 7 25 /05 /mai /2014 09:56

Dans les races de petits gabarits, races naines et toy, il n'est pas rare d'avoir durant la croissance une malposition dentaire qui se met en place. Celle ci peut intéresser les arcades incisives, les crocs et plus rarement les pré-molaires et molaires. Ce cas illustre une malposition au niveau des deux crocs mandibulaire sur un chien de race toy, un chihuahua.

 

  • Description du cas

Ce chien Chihuahua mâle adulte de 4ans est présenté pour malposition bilatérale des canines mandibulaires droite et Mesia 1gauche. Celles-ci ont eu une egression beaucoup trop proximale par rapport à l'axe d'égression physiologique. Lors de l'occulsion dentaire, elles viennent s'intercaler entre les incisives 2 et 3 maxillaires à droite comme à gauche. Une parodontite modérée focale au niveau de l'incisive 3 mandibulaire gauche est identifiée. Les arcades incisives sont en situation "d'articulé inversé" avec un décallage de 2mm maximum au niveau des incisives centrales. 

 

  • Traitement orthodontique mis en place

La traction distale des 2 crocs mandibulaires est proposée et mise en application. Mécaniquement, les crocs vont être tiré distalement grâce à un point fixe positionné à hauteur des pré-molaires mandibulaires ipsilatérales. Le point fixe peut être de deux sortes :

 

  1. une vis orthodontique placée au niveau de l'arcade mandibulaire osseuse le plus souvent entre la PM4 et la M1 Mesia 3(carnassière) après contrôle radiographique
  2. un bracket collé sur un support en résine (type ORTHORESIN autopolymérisable) prenant appui sur plusieurs pré-molaires et molaires : le plus souvent la résine englobe PM3, PM4 et M1 et sera collée sur les surfaces coronaires à l'aide d'une colle photopolymérisable type GC Fuji ORTHO-LC.

Dans notre cas, la mandibule étant très étroite et les espaces interdentaires PM4-M1 étant quasi inexistants, le choix s'est porté sur l'utilisation de brackets collé sur des résines.

 

mesia 4Lors du temps opératoire sous anesthésie, les résines sont déposées sur les couronnes PM3-PM4-M1 : leur texture souple après mélange des 2 composants (Orthoresin poudre et Orthoresin solution) permet une application facile sur les couronnes, la prise se réalisant en 5 minutes environ. Les résines, après calibrage, sont repositionnées et collées sur les couronnes avec la colle GC Fuji ORTHO-LC photopolymérisable.

Les brakets sont collés sur les résines de telle façon qu'il n'y est pas de contact lors de l'occlusion avec les carnassières maxillaires.

2 anneaux en résine sont disposés au niveau du 1/3 proximal de la couronne de chaque canine mandibulaire.

1 chainette élastique est placée au niveau du bracket et entre les anneaux en résine de chaque côté de la mandibule, la traction étant controlée.

Le premier contrôle est prévu 1 mois après la pose.

  • Suivi

Le premier contrôle à 1 mois permet le changement des chainettes : en effet, las chainettes élastiques se détendent tout au long de la phase de traction et doivent être changées toutes les 4 semaines. Ainsi 1 contrôle mensuel de ce chien est prévu avec la propriétaire. Celui-ci étant calme, le changement des chainettes peut se réaliser vigile.

Le recul de chaque canine mandibulaire est objectivé et mesuré à chaque contrôle. Celui-ci doit être progressif pour ne Mesia 7pas risquer de dommage irréversible du parodonte. Dans notre cas, la progression est homogène et régulière de chaque côté. La parodontite objectivée le premier jour au niveau de l'I3 mand G évolue légèrement tout au long du processus mais ne met pas en péril l'intégrité du parodonte de la Cmand G.

 

3 mois après la pose des chainettes de traction, la correction est terminée. Les deux canines mandibulaires s'intercalent entre les dernières incisives et les canines maxillaires. Grâce à cette correction, le prognathisme incisif, objectivé le premier jour, a lui aussi été partiellement corrigé : lors de l'occlusion, les arcades incisives sont maintenant en pince.

 

Partager cet article

3 avril 2014 4 03 /04 /avril /2014 00:00

Les défauts de croissance de la mandibule (rétrognathie mandibulaire) sont rencontrés couramment chez les chiots, notamment dans les races dolichocéphales (Berger Allemand, Colley et assimilé, Beauceron, Berger Belge Malinois…). L’évolution de la croissance des mâchoires est la combinaison de différents facteurs : l’expression génique, les apports alimentaires, les contraintes environnementales (jeux trop précoce, traumatisme), les contraintes musculaires (tension musculaire excessive). Ces différents facteurs pourront de manière individuel ou associés provoquer des défauts de croissance plus ou moins marqués des mâchoires. Les conséquences seront multiples et variées : on pourra avoir un simple articulé inversé incisif jusqu’à une rétrognathie chiot ba 1mandibulaire avec lingualisation des crocs et impact palatin des crocs mandibulaires. Ce dernier cas de figure nécessite une intervention orthodontique précoce afin de minimiser les conséquences de la rétrognathie et de réorienter l’égression des crocs mandibulaires vers leur position physiologique.

 

chiot ba 2Ce cas clinique illustre la gestion orthodontique d’une rétrognathie mandibulaire avec lingualisation des crocs mandibulaires et atteinte palatine. Nous traitons un chiot de 5.5 mois de race Berger Allemand présentant une rétrognathie mandibulaire. Les crocs mandibulaires (dent 404 (photo1) et 304 (photo2)) viennent s’impacter face palato-distale de leurs homologues maxillaires. Entre les deux arcades incisives existe un espace de 6mm (mesure moyenne en 3 points). Nous décidons la mise en place de 2 plans inclinés en résine prenant appui de chaque côté entre la dernière incisive (I3 max) et le croc (Cmax) afin de corriger la malposition des crocs mandibulaires et de les orienter vers leur position physiologique (intercalée entre le coin maxillaire et le croc maxillaire). Cette correction devrait permettre, en parallèle, de favoriser la croissance globale de la mandibule et de réduire le retard de croissance.

Le jour de la première consultation, après analyse du défaut et mesure des intervalles, le chiot est tranquillisé et les résines thermopolymérisables sont moulées (résine Orthoresin de DentSply). Elles sont, après modelage, collées avec une colle Ortho Fuji photopolymérisable.

chiot ba 3chiot ba 4

Un contrôle est prévu 6 semaines après la première consultation.

Lors de la consultation de contrôle, le défaut est corrigé, les crocs mandibulaires prenant place entre les incisives I3 max et les canines Cmax (photo de gauche pour la dent 404 (Cmand D) et photo de droite pour la dent 304 (Cmand G)). L’espace entre les 2 arcades incisives s’est corrigé de moitié soit 3mm (mesure moyenne en 3 points).

controle Dcontrole G

Grâce à deux plans inclinés en résine, l’égression dentaire a été réorientée et cette correction a permis une correction partielle de la rétrognathie mandibulaire. Avec les derniers mois de croissance pour ce chiot, on peut imaginer avoir une correction totale du retard de croissance au terme de cette période.

Partager cet article

18 mars 2014 2 18 /03 /mars /2014 00:00

    Les fractures dentaires sont fréquentes chez nos compagnons, notamment les chiens de travail. Leur activité de mordant ainsi que la modernisation des tenues des Hommes d'attaque dans lesquelles sont intégrées des fibres de Kevlar provoquent des contraintes importantes sur la dentition et des fractures. Lors de fractures coronaires compliquées (avec exposition de la pulpe dentaire), le facteur "temps" est primordial.

Une biopulpotomie partielle (coiffage direct de la pulpe dentaire pour conserver une dent vivante) est réalisable dans les premiers jours suivant la fracture. Le taux de réussite est de plus de 88% dans les premières 48h et chute 40% de 2 à 7 jours. Après une semaine, une biopulpotomise totale (dévitalisation dentaire) est nécessaire.

 

Ce cas illustre une fracture coronaire compliquée d'une prémolaire PM4 mandibulaire gauche suite à une activité de mordant. La fracture a été détecté par le propriétaire il y a une semaine avant la prise en charge. Une biopulpotomie totale est donc décidée.  

 

- Etape 1 : individualisation des canaux pulpaires

 

    CAM00050La PM4 mandibulaire est une dent biradiculée. Lors de la dévitalisation, il faut retirée l'ensemble de la pulpe dentaire. La fracture touche l'ensemble de la face occlusale de la PM4. Sur la radiographie, on voit nettement la communication avec la chambre pulpaire. A l'aide d'une fraise boule tungstène, nous réalisont un alésage du site fracturaire afin d'accéder au deux canaux pulpaires racinaires.

 

 

 

 

- Etape 2 : dévitalisation et préparation des canaux pulpaires

 

A l'aide de tire-nerf ISO 30, les pulpes racinaires sont extraites. Après rinçage à l'hypochlorite de sodium 2.5%, la CAM00051préparation des canaux est initiée. Une lime K ISO 20 est introduite dans chaque canal afin de déterminer la longueur de travail validée par radiographie per-opératoire. La préparation canalaire nécessite l'utilisation en alternance du plus petit au plus gros diamètre ISO de lime K pour préparer le canal et de lime H pour élargir le canal. Entre chaque passage de limes, un rinçage à l'hypochlorite de soude 2.5% est réalisé suivi d'un test de la longueur de travail avec la lime K ISO 20.

A la fin de la préparation des canaux, ceux-ci sont nettoyer avec une alternance d'hypochlorite de soude 2.5% et d'une solution d'EDTA. Les canaux sont ensuite séchés avec des pointes de papier de diamètre ISO identique aux limes utilisées.

 

- Etape 3 : remplissage canalaire

 

CAM00040Les canaux pulpaires préparés sont enduits d'un ciment canalaire Zinc/Eugénol. Celui-ci possède une action antiseptique et lubrifiante pour les cônes de gutta percha. Après application à l'aide d'un lentulo, un maître cône de gutta percha est inserré dans chaque canal pulpaire. Celui-ci doit atteindre l'extrémité de chaque canal afin d'assurer un comblement parfait. A l'aide d'un fouloir à gutta, celle-ci est condensée afin d'inserrer de nouveaux cônes jusqu'à l'obturation complète des canaux. Les bouquets de cônes sont alors sectionnés à la lame chaude au niveau de l'entrée des canaux.

Une couche de verre ionomère est appliquée pour créer un fond de cavité dur comme support pour la fermeture de la dent.

 

 

 

- Etape 4 : fermeture de la dent

 

CAM00052Deux possibilités s'offrent à nous : l'utilisation d'un amalgame (base métallique) ou d'une résine composite. Ce chien réalisant du mordant, CAM00041nous optons pour l'utilisation d'un amalgame qui possède, de part sa composition, des propriétés supérieures de résistance à la pression et à l'abrasion. Celui-ci est appliqué et façonné au niveau de la cavité rétentive réalisée au niveau de la couronne dentaire.  

 

Le chien doit être mis au repos pendant 1 mois minimum avant la reprise de toute activité de mordant.

Partager cet article

12 février 2014 3 12 /02 /février /2014 00:00

implants gaucheCe chien de race Berger Belge Malinois présente une agénésie des Pm3max D et G (dent 107 et 207 respectivement). Après explication et consensus avec le priopriétaire, la décision de poser deux implants est validée.

 

Les séquences de l'implantologie vétérinaire respectent les mêmes impératifs et les mêmes temps chirurgicaux qu'en implantologie humaine. Dans ce cas décrit, nous avons utilisé des implants de la marque Tekka et leur mise en place utilise les intruments spécifiques Tekka. 

 

 

La première consultation permet la réalisation de clichés radioscopique sous anesthésie afin de déterminer au nibveau des sites d'implantation la quantité d'os alvéolaire disponible (hauteur et largeur) ainsi que sa qualité (densité radiologique). La longueur et la largeur de l'implant est déterminée à partir de  l'épaisseur de l'os alvéolaire au niveau du site chirurgical. Ainsi dans ce cas, l'épaisseur de l'os alvéolaire n'est pas importante (6mm) mais la largeur du site (entre la dent mésiale et la dent distale ) est comfortable (10mm). Nous avons donc opté pour des implants de 4x6mm (diamètre de 4mm et longueur de 6mm).

 

pose de l'implantLa seconde consultation consiste en la pose des implants. Les sites d'implantation sont identifiés, préparés chirurgicalement (nettoyage et désinfection). Les muqueuses sont insisées puis écartées afin de mettre à nu l'os alvéolaire. La pose de l'implant doit respecter l'axe des racines des dents adjacentes car ce sont des faux moignons droits qui seront utilisés pour supporter les couronnes.

Le site d'implantation est au préalable foré selon une séquence prédéfini : forage avec le foret pilote pointeur diamètre 2mm  puis passage au foret étagé dimaètre 2-3 mm pour augmenté le diamètre du trou de forage puis finalisation du forage avec le foret terminal dimaètre 4 mm. La profondeur du forage est calculée à 6mm.

Les implants sont vissés avec une clé porte-implant contre angle dynamométrique (couple maximum 70N.cm) et le vissage est finalisé manuellement avec une clé porte-implant . Une vis de     couverture est ensuite positionnée sur chaque implant permettant ainsi une cicatrisation de la muqueuse pendant la période d'ostéo-intégration.

 

La troisième consultation, 2 mois après la pose des implants, permet de vérifier l'ostéo-intégration. Celle-ci est pose de la contre dépouille pour l'empreintecontrolée grâce à la réalisation de radiographie du site chirurgical. Une attention particulière est portée au niveau de la zone de contact entre le pas de vis de l'implant et l'os alvéolaire. Toute zone radiotransparente pourra être le signe d'un début d'ostéolyse et donc d'une mauvaise ostéo-intégration. Dans ce cas, l'ostéo-intégration était parfaite.

Les sites chirurgicaux sont réouverts et les vis de couverture sont retirées. Un transfert Pop-Up Tekka est positionné au niveau de chaque implant et une empreinte de l'ensemble de l'arcade maxillaire est réalisée afin de permettre au prothésiste de réaliser les couronnes céramo-métalliques. Un analogue d'implant est passé au prothésiste pour la réalisation des prothèses. 

 

pose vis de cicatrisationDes vis de cicatrisation de diamètre 4mm et de hauteur 3mm sont placées pendant 2 mois au niveau des implants en remplacement des vis de couverture afin de favoriser la formation de bourrelet gingivaux cicatritiels. Ceux-ci, lors de la pose des couronnes, viendront affleurer sur les couronne, l'esthétique sera idéale. Des faux moignons droits standards diamètre 4mm et hauteur 1.5mm sont choisis pour la mise en place des couronnes.

 

 

 

 

La quatrième consultation, 2 mois après la troisième, permet la pose des couronnes sur les implants. Après dégagementimplants gauche des gencives et retrait des vis de cicatrisation, les fuax moignons droit 4mm et hauteur 1.5mm sont positionnés et vissés. Les couronnes sont ensuite collées sur les faux moignons à l'aide d'une colle auto-polymérisable GC Fuji Plus.

 

Une cinquième consultation de controle est prévue au bout d'un mois afin de s'assurer du bon positionnement gingival au niveau des couronnes. Le chien est interdit à vie de jeux de mordant type mordant sur homme d'attaque. Les jeux de balle et corde sont réintégrés progressivement au bout de 2 à 3 mois après pose des couronnes.

Il faut grader à l'esprit que ces implants sont utilisés en dentisterie humaine et ne sont donc pas étudiés pour résister aux forces de pression et de torsion maximales lors d'exercice de mordant réalisés avec le chien.

 

 

 

Partager cet article

5 février 2014 3 05 /02 /février /2014 00:00

Dossier-Romain 0895Ce chat, âgé de 11ans, est présenté chez un confrère suite à l'apparition d'une masse sous cutané au niveau de la joue gauche. Une plage ulcéro nécrotique est mise en évidence au niveau de la commissure des lévres à gauche. Ce chat avait subit , dans le passé, une exérèse de masse au niveau de ce même site chirurgical. L'analyse histopathologique était revenu en faveur d'un liposarcome de haut grade, peu différencié et localement infiltrant. Le confrère réalise une exérèse a minima de la masse et de la zone ulcéro-nécrotique. Une membrane imprégnée de doxorubicine est disposée au cours de l'intervention au niveau du site chirurgicale avant fermeture, une récidive du liposarcome étant fortement suspectée.

 

Le chat est présenté pour second avis suite à la déhiscence des ligatures 5 jours après l'exérèse.

Les marges de la plaie déhiscente mettent en evidence un tissue cutané épaissi, fibrosé et ulcératif en certain endroit faisant fortement suspecter une infiltration tumorale cutanée secondaire à la masse retirée 5 jours auparavant.

 

Après discussion avec les propriétaires, la réalisation d'une chimiothérapie associée à une radiothérapie n'est pas envisagée. La reconstruction de la joue gauche avec un lambeau cutané prélevé au niveau de l'encolure après parrage large du site chirurgical et retrait des tissus infiltrés est décidée.

 

Sous anesthésie générale, le chat est préparé (tonte large, désinfection chirurgicale), le site de prélèvement étant au Dossier-Romain 0897préalable identifié. Après parrage chirurgical de la zone de déhiscence et retrait de l'ensemble des tissus anormaux, le lambeau cutané est découpé. La base du lambeau est située latéro-ventralement à la base du pavillon auriculaire, lieu d'émergence de l'artère auriculaire caudale irrigant ce lambeau. La taille du lambeau est déterminée par la somme de la taille du site chirurgicale associée à la distance séparant ce site du site de prélèvement. Il ne faut pas que le lambeau soit trop court car il existerait des tensions tissulaires importantes défavorisant la cicatrisation. Il ne faut pas non plus qu'il soit trop long au risque d'observer une nécrose de l'extrémité du lambeau. 

 

Après positionnnement du lambeau, celui-ci est suturé via des points simples à l'éthilon 3/0 (fil non résorbable).

 

Un controle est prévu 1 semaines après l'intervention puis au retrait des points au bout de 15 jours.

 

Dossier-Romain 0901Au controle prévu 1 semaine post-opératoire, le chat présente depuis 2 jours un grattage intense de la zone chirurgicale. Malgrè la collerette, celui-ci est parvenu à atteindre le site de greffe et à provoquer une déhiscence partielle du lambeau. Face à cette situation, les proprétaires ne désirent plus poursuivre les soins et opte pour un arrêt du traitement et l'euthanasie du chat.

 

Le prurit au niveau du site chirurgical peut être la conséquence du phénomène de cicatrisation tissulaire comme un signe de présence d'infitrat tumoral. Une autopsie n'ayant pas pu être réalisé, ceci ne peut être qu'hypothèses. 

Partager cet article

Published by dentalvet - dans Néoplasie buccale
commenter cet article
19 janvier 2014 7 19 /01 /janvier /2014 10:08

Dossier-Romain 0886Les chiens sont susceptibles dans leur jeune âge de mordre des fils électriques. La formation d'un arc électrique lors de la morsure produit des dommages importants au niveau des tissus mous (gencive, muqueuse, langue...) et des tissus durs (dents, os alvéolaire...). La réalisation d'un examen précoce permettra de sauvegarder le maximum de tissus mous vivant et de préserver la dentition. Des controles radiographiques pour objectiver l'évolution de lésions osseuses et dentaires seront nécessaires dans les mois suivant l'accident.

 

 

 

Le cas de ce chien illustre ce risque domestique.

 

 

Un chien Scottish Terrier de 6 mois a mordu un cable électrique il y a 72h. Une brûlure importante intéressant le premier tiers coronaire au niveau des surfaces coronaires mésiale, palatine et distale de la canine maxillaire droite (dent CmaxD ou dent numéro 104) est objectivée lors de la consultation. Une très légère gingivite réactionnelle en bordure vestibulaire de la gencive libre est objectivée également. Aucune autre lésion macroscopique est identifiée.

 

Des radiographies sont réalisées : il n'y a pas d'atteinte de l'os alvéolaire ni d'ostéolyse apicale. Au niveau de la lésion amélaire, les radiographies font apparaitre une épaisseur résiduelle de 1.5 à 2mm de dentine.

 

Le traitement consiste en une restauration de l'émail par apposition d'une résine composite biocompatible, la surveillance de la sensibilité dentaire sera nécessaire en post opératoire. En effet, le chien étant jeune, la cavité pulpaire est très large et la dentine est fine. Il est possible que l'arc élaectrique aie pu provoquer un traumatisme de la pulpe dentaire entrainant dans les prochains mois le développement d'une pulpite nécrosante.

La percussion avec l'ongle régulièrement de cette dent sera un moyen intéressant et simple d'objectiver une douleur dentaire. Dans un tel cas, une pulpite sera suspectée nécessitant une dévitalisation de la dent (pulpectomie).

 

Le traitement sous anesthésie s'organise en 2 étapes Dossier-Romain 0887

- retrait de l'émail nécrosée

- mise en place de la résine composite

 

1- retrait de l'émail nécrosée  

 

Le nettoyage s'effectue avec une fraise conique de granulation élevée (bague noire) afin d'éliminer au mieux l'ensemble de l'émail atteinte. Les limites entre émail saine et émail nécrosée sont bisotée avec une fraise losangique pour permettre un afleurement plus esthétique de la résine avec l'émail saine.

 

2- mise en place de la résine composite

 

Cette étape s'oragnise en 3 phases : mordençage, collage et pose de la résine photopolymérisable. Dossier-Romain 0888

 

  • Le mordençage est réalisé avec un acide orthophosphorique à 37% en gel coloré afin de controler cette étape. Le mordençage dure 1minute sur l'émail et 30secondes sur la dentine. Un rinçage suivi d'un séchage doux clôturent cette étape.

 

  • Le collage est réalisé avec un adhésif amélo-cémentaire Biosplint Bond que l'on associe avec la résine de la même marque. On applique au pinceau une couche fine et homogène sur l'ensemble de la surface à traiter, on sèche doucement 20secondes puis on polymérise 20secondes.

 

  • La résine est ensuite appliquée. C'est une résine composite hybride fluide ("Flow") photopolymérisable BiosplintDossier-Romain 0889 Flow. Cette résine  est appliquée couche après couche (les couches ayant une épaisseur de 0.5mm maximum), chacune étant photopolymérisée avant d'appliquer la suivante. Quand la réconstruction est terminée, il faut impérativement modeler la résine. Dans un premier temps, celle ci est dégrossit avec une fraise diamentée conique bague jaune (granulation intermédiaire fine) afin d'éliminer les amas grossiers et de niveler la résine au même plan que l'émail dentaire. Ensuite, une cupule à polir la résine est utilisée afin de rendre la surface lisse.

 

En post opératoire, le chien ne doit pas avoir accès aux jeux de mordant pendant 1 mois minimum.

Partager cet article

Published by dentalvet - dans Restauration dentaire
commenter cet article

Retour Accueil: Clic Photo

  • : Odonto-stomatologie canine et feline. Orthodontie
  • Odonto-stomatologie canine et feline. Orthodontie
  • : Odonto-stomatologie vétérinaire. Techniques de corrections orthodontiques chez le chien et le chat, traitement endocanalaire, traitement des néoplasies, restauration dentaire
  • Contact

Texte Libre

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog