Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 mai 2015 3 20 /05 /mai /2015 16:55

Un chien malinois tervueren de 4 ans est amené en consultation de référé pour une gène lors des exercice de mordant. Le propriétaire rapporte un mordant atypique avec des changements de morsure lors des exercices. Ce chien à subit lors d'un exercice en septembre 2014 une avulsion totale de la canine 104 qui a été géré immédiatement par remise en place de la dent et suture gingivale. Après un repos de 1 mois, le chien a repris le mordant sans gène apparente.

Depuis 10 jours, ce chien présente une gène lors de ces exercices de mordant. A l'examen clinique, nous identifions une lésions gingivale inflammatoire chronique au niveau de la jonction muco-gingivale. Le propriétaire rapporte que cette lésion était suintante jusque là et qu'une cure d'antibiotique a permis l'amélioration de cette lésion. La dent n'est pas douloureuse à la percussion à l'ongle. Une mobilité de stade 1 à 2 est identifiée au niveau de cette dent.

Une suspicion de lésion apicale infectieuse est posée.

radiographie de controle de l'apex radicalaire de la 104

radiographie de controle de l'apex radicalaire de la 104

Un contrôle radiographique est réalisé. Nous notons plusieurs lésions : un épaississement significatif du desmodonte qui se traduit par une ligne radiotransparente épaisse autour de la racine de la dent 104 ainsi qu'une lésion de rhizalyse fortement suspectée.

La première étape de la pulpectomie est entreprise. Après ouverture de la cavité pulpaire au niveau de la face mésiale de la canine 104, un tire nerf est introduit dans la cavité camérale. La radiographie de contrôle met en évidence la rhizalyse de la dent avec le passage de l'instrument au travers de l'extrémité racinaire de la dent. Il s'avère impossible de dévitaliser cette dent au risque de faire passer les produits de comblement dans l'os alvéolaire périphérique et de générer une inflammation réactionnelle sévère.

radiographie per opératoire : traversée de l'instrument au travers de l'apex radiculaire

radiographie per opératoire : traversée de l'instrument au travers de l'apex radiculaire

L'extraction dentaire est réalisée. A l'aide d'une fraise boule en tungstène, les limites de l'os alvéolaire sont taillée pour limiter les zones traumatiques qui seraient défavorables au processus cicatriciel. Un lambeau de recouvrement est réalisé avec la muqueuse labiale périphérique. Celle-ci est décollée à l'aide d'un élévateur périosté puis découpée avec un bistouri à lame froide. Le lambeau ainsi délimité et décollé est ensuite désépaissit avec le bistouri afin de gagner de l'élasticité et ainsi limiter les tensions au niveau du lambeau. Des points simples au monofilament Monosof 4-0 sont posés.

Le chien est placé sous alimentation molle pendant 1 mois ainsi qu'un repos stricte au mordant pendant 1mois afin de favoriser la cicatrisation du lambeau. Si besoin, le port de la collerette sera nécessaire afin d'éviter tout frottement pouvant mettre en péril la cicatrisation.

radiographie post opératoire de l'alvéole

radiographie post opératoire de l'alvéole

vue per opératoire de l'alvéole après extraction de la canine 104 : le lambeau est inévitable

vue per opératoire de l'alvéole après extraction de la canine 104 : le lambeau est inévitable

vue post opératoire immédiate du lambeau

vue post opératoire immédiate du lambeau

Partager cet article

19 mai 2015 2 19 /05 /mai /2015 17:45

Un chien berger allemand de 2 ans est amené en consultation pour une fracture de l'incisive I2maxG (dent 102). A l'examen clinique de la dent, la fracture est identifiée comme une fracture coronaire compliquée. Le traitement proposé est une pulpectomie, la fracture remontant à plus de 15 jours.

La première étape consiste à réaliser un cliché radiographique de la dent 102 et de son apex afin d'identifier la présence d'un kyste inflammatoire en formation. Celui-ci apparaît avec une radiodensité moindre que l'os alvéolaire environnant. Dans notre cas de figure, il n'y a aucune lésion en cours au niveau de l'apex.

radiographie préopératoire de la dent 102

radiographie préopératoire de la dent 102

La seconde étape consiste à déterminer la longueur de travail. Dans notre cas de figure, nous avons utilisé un tire nerf bague jaune (ISO 15). Suite à la détermination de cette longueur, le travail de nettoyage de la cavité pulpaire est entrepris. Après extirpation de la pulpe camérale, le raclage des parois de la chambre est réalisé avec des racleurs allant de la taille ISO 20 à ISO 40 alternativement avec des rinçages abondant à l'hypochlorite de soude 3%.

A la fin du nettoyage de cavité pulpaire, celle-ci est séchée avec des pointes de papier absorbante ISO40.

mesure de la longueur de travail avec le tire nerf

mesure de la longueur de travail avec le tire nerf

La troisième étape consiste à remplacer le contenu de la chambre camérale par de la gutta percha associé à un ciment canalaire au propriété désinfectante. Un maitre cône de Gutta ISO 25 est placé dans la chambre enduit d'un ciment canalaire type Rosen. Avec un condenseur à gutta nous nous assurons de ne pas pouvoir placer un cône accessoire dans la cavité. Un contrôle radiographique permet de s'assurer du bon remplissage de la cavité canalaire.

comblement de la chmabre camérale avec la Gutta Percha

comblement de la chmabre camérale avec la Gutta Percha

La dernière étape consiste à refermer la dent. Deux possibilités s'offrent à nous : la mise en place d'un plombage (alliage argent/mercure) ou d'un composite de haute résistance (dans notre pratique le Tetric EvoCeram Bulk Fill). Nous avons, dans ce cas, choisi un plombage car le chien pratique une activité intense de mordant et nécessite donc un matériau de fermeture résistant.

Un repos au mordant sera réalisé pendant 1 semaine. Un contrôle radiographique sera réalisé 12 mois après cette intervention afin de contrôler la bonne évolution de l'apex racinaire.

fermeture de la dent avec un plombage

fermeture de la dent avec un plombage

Partager cet article

19 mai 2015 2 19 /05 /mai /2015 13:53
vue pré opératoire

vue pré opératoire

Les petites races canines sont malheureusement souvent victimes de persistance des dents lactéales notamment des canines. Physiologiquement, la perte de dents lactéales associée à l'égression des dents définitives débutent vers l'âge de 3.5mois par l'égression des incisives pour se terminer vers l'âge des 6 mois avec la chute des canines lactéales. Les petites races et les races naines peuvent avoir du retard par rapport à ces délais de maximum 1 mois.

Ainsi, il est intéressant pour ces individus de prévoir une consultation de contrôle dentaire vers l'âge de 7 mois afin de s'assurer de la bonne égression de toutes les dents définitives ainsi que de la chute de toutes les dents lactéales.

La persistance de dents lactéales génère localement une malposition dentaire favorable au dépôt de plaque dentaire, à la rétention de débris alimentaires et de poils. Cela conduit rapidement au développement de lésions parodontales sévères mettant en péril l'intégrité des dents environnantes. De plus, lors de persistance des canines lactéales, les canines définitives malpositionnées peuvent entrainer des lésions palatines et gingivales voir provoquer le déplacement d'autres dents par percussion avec celles-ci lors de l'occlusion.

Nous allons donc revoir les principales étapes de l'extraction des canines lactéales nécessitant à la fois dextérité, douceur et savoir faire.

matériel pédiatrique de base pour l'extraction

matériel pédiatrique de base pour l'extraction

Le matériel d'extraction nécessite un matériel pédiatrique adapté : luxateurs de faible diamètre avec courbure externe et interne, davier pédiatrique. Il faut pratiquer une extraction douce et sans précipitation, les canines lactéales étant très fragile.

Pour les canines lactéales maxillaires, l'abords principal est palatin puis rapidement palato-rostral entre la canines maxillaires lactéales et son homologue définitive. Il faut délicatement passer le luxateur tout autour de la racine de la canine lactéale afin de détruire le desmodonte. La canine lactéale doit ensuite être cueillit délicatement avec le davier en pratiquant de petits mouvements de rotation et de traction dans l'axe de la racine afin de ne pas la casser.

Pour les canines lactéales mandibulaires, l'abords principale est rostrale avec un luxateur courbe concave afin de suivre au mieux la courbure de la canine. Il faut ensuite passer entre la canine lactéale et la canine définitive pour détruire suffisamment le ligament dentaire et extraire la dent de lait.

Dans notre pratique, nous plaçons une suture gingivale afin de favoriser la formation du caillot sanguin avec un monofilament résorbable type Monosof 4-0.

Un contrôle radiographique sera réalisé au terme de l'intervention avant les sutures gingivales afin de vérifier l'absence de reliquats racinaires.

vue post opératoire des canines lactéales

vue post opératoire des canines lactéales

vue après extraction des canines lactéales = observer la finesse et la longueure des racines

vue après extraction des canines lactéales = observer la finesse et la longueure des racines

radiographie post opératoire du maxillaire

radiographie post opératoire du maxillaire

radiographie post opératoire du mandibulaire

radiographie post opératoire du mandibulaire

En cas de fracture d'une canine ou si l'extraction ne se déroule pas correctement, la levée d'un lambeau gingivale permettra un accès plus aisé à la racine et ainsi facilitera l'extraction dentaire.

En cas de malposition dentaire générée par la persistance des canines lactéales, notamment la lingualisation des canines mandibulaires définitives, celle-ci peut se corriger spontanément suite à l'extraction des canines lactéales. En effet, suite à l'extraction, un espace vide est ménagé : les canines définitives vont alors migrer dans cette espace et se repositionner. Un contrôle sera réalisé 2 mois après l'extraction des canines lactéales : en cas de persistance de la malposition des canines définitives, la mise en place de corrections orthodontiques sera alors inévitable.

Partager cet article

Published by dentalvet
commenter cet article
15 mai 2015 5 15 /05 /mai /2015 13:59

Vaccins, stérilisations, traitements antiparasitaires… les soins et consultations vétérinaires sont essentiels pour la santé et le bien-être des animaux domestiques (chats, chiens, lapins, hamsters, cochons d’Inde…). Ces derniers n’étant pas à l’abri des accidents et problèmes de santé, il est également important de pouvoir contacter rapidement un vétérinaire, notamment en cas d’urgence. D’où, l’utilité de l’annuaire des vétérinaires qui présente généralement la liste complète des vétérinaires de France, avec fiche complète et coordonnées.

Annuaire des vétérinaires : trouver rapidement un vétérinaire compétent en ligne

Destiné aux propriétaires d'animaux domestiques, éleveurs d'animaux de compagnie, d'animaux de ferme ou de basses-cours, l’annuaire des vétérinaires est un outil Internet qui permet de trouver facilement (et rapidement) un vétérinaire compétent à proximité de chez soi. Il s’agit d’un annuaire de recherche qui regroupe tous les vétérinaires de France, en les classant par territoire géographique, pays, régions, adresse ou code postal. Mais ce n’est pas tout ! On y trouve également une fiche complète de chaque vétérinaire avec son adresse et ses coordonnées, ainsi qu’un plan détaillé de l’endroit ou est situé la clinique médicale du praticien. À la fois utile et efficace, l’annuaire des vétérinaires permet ainsi de trouver un vétérinaire compétent ou une clinique de santé animale à proximité de chez lui, depuis son ordi, son Smartphone ou sa tablette et en seulement quelques clics.

Quand l’animal domestique a-t-il besoin d’une consultation vétérinaire ?

Les soins et consultations vétérinaires contribuent à la santé des animaux domestiques. Mais quand faut-il emmener son petit compagnon chez le vétérinaire ? Bien sûr, il est indispensable de conduire son chat, son chien, son lapin ou autre animal de compagnie chez le vétérinaire en cas d’accident, mais également en cas de problème de santé aussi minime soit-il. D’ailleurs, une consultation vétérinaire permet de prévenir et préserver son animal domestique des maladies par le biais de vaccins, de stérilisations et/ou de traitements antiparasitaires. À savoir que la stérilisation d’un animal domestique requiert les compétences d’un vétérinaire. Sinon, l’acquisition d’un nouvel animal de compagnie nécessite également la consultation vétérinaire afin d’établir un bilan de santé de l’animal. Trouvez plus d’informations sur l’annuaire des vétérinaires sur :

https://www.le-guide-sante.org/Annuaire/Veterinaires.html

Partager cet article

Published by dentalvet
commenter cet article
7 mai 2015 4 07 /05 /mai /2015 15:19
vue pré opératoire des papillomes buccaux

vue pré opératoire des papillomes buccaux

Une chienne Carlin de 10mois est amenée en consultation pour des masses labiales apparues subitement. La chienne n'est pas douloureuse mais les masses sont gênantes.

A l'examen clinique, ces masses sont superficielles au niveau des muqueuses labiales, granuleuses, verruqueuses, en chapelet pour certaines.

En tenant compte de l'âge de la chienne ainsi que l'aspect des masses, l'hypothèse de papillomatose buccale est posée. Cette affection intéresse plus particulièrement les jeunes chiens (entre 8 et 10 mois) et rétrocède spontanément dans la plupart des cas. Ces masses prolifératives sont la conséquence d'une affection au papillomavirus. Dans certains cas, quand les masses sont trop nombreuses, de grande taille ou malpositionnées (au niveau du fond de la gueule ou du pharynx), une extraction chirurgicale est nécessaire.

Dans notre cas, une extraction chirurgicale est nécessaire du fait de la gène occasionnée par les masses labiales. L'extraction est réalisée au bistouri électrique. Des sutures "simple point" au monosof 4-0 sont réalisées au niveau des sites principaux d'exérèse.

La chienne est placée sous antibiotique en post opératoire pendant 1 semaine. Des bains de bouche (Dentalplak) sont prescrit tous les jours pendant 2 mois.

En cas de rechute, de nouvelles extractions seront réalisées. Les papillomes seront récupérés et un broyat sera réalisé pour créer un autovaccin. Celui-ci sera injecté selon le protocole suivant : 1ml injecté toutes les semaines en sous cutané pendant 6 à 8 semaines.

vue post opératoire : ici des sutures sont nécessaires

vue post opératoire : ici des sutures sont nécessaires

Partager cet article

Published by dentalvet - dans Néoplasie buccale
commenter cet article
23 avril 2015 4 23 /04 /avril /2015 11:03
vue pré opératoire des deux épulis ossifiés

vue pré opératoire des deux épulis ossifiés

Une chienne croisée labrador est amenée en consultation pour des masses au niveau des arcades dentaires maxillaire droite et mandibulaire droite. A l'examen clinique, deux masses sont identifiées = une au niveau de la PM1maxD (dent 105) et une au niveau de la PM3mandD (dent 407). La palpation de ces masses révèle une structure indurée au centre recouverte d'un tissus gingivale. L'hypothèse d'épulis ossifiés est posée.

Sous anesthésie, des radiographies sont réalisées. Les deux révèlent la présence d'un tissu osseux prolifératif au sein des masses. Cela confirme l'hypothèse d'épulis ossifiés. Décision est prise de faire l'exérèse de ces masses, les dents impliquées dans les lésions seront retirées pour améliorer le curetage alvéolaire.

radiographie de l'épulis maxillaire : prolifération osseuse visible à hauteur de la PM1maxD

radiographie de l'épulis maxillaire : prolifération osseuse visible à hauteur de la PM1maxD

radiographie de l'épulis mandibulaire : prolifération osseuse visible à hauteur de la PM3mandD

radiographie de l'épulis mandibulaire : prolifération osseuse visible à hauteur de la PM3mandD

Le retrait des épulis ossifiés est réalisé en 3 étapes :

- la première consiste à retire la partie visible de l'épulis ossifié. Pour cela, la muqueuse est retirée au bistouri électrique et la partie osseuse est fraisée à l'aide d'une fraise boule en tungstène stérile.

- la seconde étape consiste à retirer la dent présente au sein de la lésion. Pour la PM3mandD, l'extraction est précédée de la découpe de la couronne à l'aide d'une fraise fissure en tungstène.

- la troisième étape consiste à réaliser une alvéolotomie partielle. En effet, l'épulis ossifié infiltre une partie de l'os alvéolaire. Ainsi, avec une fraise boule en tungstène nous retirons la partie infiltrée. Celle ci à un aspect fibreux et saigne très peu. L'os alvéolaire est reconnaissable car d'aspect nacré et saignant facilement.

Suite aux alvéolotomies, des lambeaux muqueux de recouvrement sont réalisés.

radiographie du site d'exérèse maxillaire de l'épulis ossifié : la PM1maxD a été extraite

radiographie du site d'exérèse maxillaire de l'épulis ossifié : la PM1maxD a été extraite

vue post opératoire du lambeau muqueux maxillaire

vue post opératoire du lambeau muqueux maxillaire

radiographie du site d'exérèse mandibulaire de l'épulis ossifié : la PM3mandD a été extraite

radiographie du site d'exérèse mandibulaire de l'épulis ossifié : la PM3mandD a été extraite

vue post opératoire du lambeau muqueux mandibulaire

vue post opératoire du lambeau muqueux mandibulaire

La chienne est placée sous désinfectant buccal (Dentalplak) et alimentation molle pendant 15 jours. Les jeux de tirage et de mordant sont proscrits pendant 15jours afin de permettre la bonne cicatrisation des lambeaux.

Un contrôle est prévu au bout de 2 mois.

Partager cet article

Published by dentalvet - dans Néoplasie buccale
commenter cet article
17 février 2015 2 17 /02 /février /2015 11:54
vue post pulpectomie de la dent 104

vue post pulpectomie de la dent 104

Une chienne Malinois de 2.5ans est amenée en consultation de dentisterie pour les fractures des dent 104 (CmaxD) et 101 (I1maxD). La chienne présente la fracture de la dent 101 depuis 1 mois environ suite à un coup contre le sol durant le jeu. La date de la fracture de la dent 104 n'est pas connue par le propriétaire.

L'examen clinique buccale révèle la présence d'une fracture coronaire compliquée de la dent 104 ancienne. Il est mis en évidence également une fracture radiculaire dans le tiers coronaire de la dent 101. L'examen permet aussi de mettre en évidence l'absence de la dent 401.

Des radiographies dentaires préopératoire sont réalisées : celles-ci permettent d'identifier la présence d'une lésion radiotransparente au niveau de l'apex de la dent 104 (kyste ou abcès), l'absence de lésion apicale au niveau de la dent 101 et la présence d'un reliquat racinaire en cours de résorption au niveau du site de la dent 401.

radiographie pré opératoire de la dent 104

radiographie pré opératoire de la dent 104

Décision est prise de réaliser une pulpectomie de la dent 104 ainsi qu'un nettoyage du site de la dent 101. Au niveau de la dent 401, le site étant froid, la surveillance est privilégiée à l'extraction du reliquat racinaire. Nous allons voir le traitement de la dent 104.

La dent 104 est préparée pour la pulpectomie : l'ouverture de la chambre camérale est réalisée à l'aide d'un foret de Gates n°5. Le contenu nécrotique est retiré puis la chambre est nettoyée et raclée avec une alternance de lime K de diamètre ISO croissant jusqu'au 40 et le rinçage est assuré avec une solution d'hypochlorite de sodium à 3%.

Suite à la préparation du canal, celui-ci est comblé avec un ciment d'obturation canalaire de Rosen et des cônes de Gutta percha. Après application sur toutes les parois du canal du ciment, un maitre cône est inséré après report de la longueur de travail jusqu'à l'apex racinaire. Ensuite, des cônes secondaires sont insérés et foulés à froid.

Après comblement du canal, la dent est refermée avec un composite de restauration photopolymérisable : Tetric EvoCeram Bulk Fill.

radiographie post opératoire de la dent 104

radiographie post opératoire de la dent 104

1 mois après la pulpectomie, une procédure de mise en place d'une couronne est entreprise.

Le premier temps opératoire consiste en la taille du moignon dentaire et la prise d'une empreinte (résine proclinic). La taille est réalisée en juxta gingivale afin qu'esthétiquement la couronne soit bien intégrée dans l'arcade maxillaire droite et minimiser les risques de gingivite locale.

2 semaines après la taille du moignon, la couronne est collée sur le moignon après vérification de son parfait positionnement juxta gingival. La colle utilisée est une colle auto-polymérisable GC Fuji Plus.

La chienne est interdit de mordant pendant 1 mois avec une reprise progressive de celui-ci le mois suivant. Des applications de VetAquadent en local au niveau de la gencive sont indiquées pendant un minimum de 1 mois.

vue de la couronne en 104 gueule ouverte

vue de la couronne en 104 gueule ouverte

vue de la couronne en 104 à l'occlusion

vue de la couronne en 104 à l'occlusion

Partager cet article

Published by dentalvet
commenter cet article
13 février 2015 5 13 /02 /février /2015 14:50
correction de la PM2maxG

correction de la PM2maxG

Une chienne croisée American Staffordshire Terrier est amenée en consultation de dentisterie pour une lésion de la PM2 maxillaire gauche (dent 206). Cette chienne est habituée à jouer avec des objets solides : bâtons, cailloux, jeux en plastique dur.

L'examen clinique buccale révèle la présence d'une fracture coronaire simple n'impliquant que l'émail et une fine partie de la dentine. Il n'y a pas de fissure associé de la surface émaillée ni d'accès direct à la cavité pulpaire.

Les solutions thérapeutiques sont multiples :

- pose d'une résine de couverture

- pose d'une couronne juxta-gingivale

- expectative avec polissage des surfaces pour éviter d'éventuelle lésion des muqueuses

Après présentation des avantages et des inconvénients de chaque solution, la propriétaire s'est prononcée pour la mise en place d'une couronne juxta-gingivale.

radiographie dent 206 : fracture amélaire simple

radiographie dent 206 : fracture amélaire simple

radiographie dent 206 : controle de la biopulpotomie

radiographie dent 206 : controle de la biopulpotomie

En préambule de la taille de la 206, une empreinte complète de l'arcade dentaire maxillaire est réalisée : celle-ci donne un référentiel au prothésiste pour couler la couronne.

Avant la taille de la dent 206, une radiographie est réalisant montrant une épaisseur de dentine limite pour permettre la taille de la dent. Une biopulpotomie en cours de taille est réalisée afin de préservée la pulpe dentaire.

Après vérification de la taille, une empreinte est réalisée : empreinte "Hard" avec Pro Clinis Putty Soft et empreinte "light" avec Heraeus Xantopren.

vue après taille de la dent 206

vue après taille de la dent 206

empreinte de l'hémiarcade maxiallaire gauche

empreinte de l'hémiarcade maxiallaire gauche

Une semaine après la taille de la PM2 max G et la prise d'empreinte, la couronne est collée avec une colle auto-polymérisable GC Fuji Plus précédée de l'application d'un adhésif amélo-dentinaire (Biosplint marque Pierre Rolland). La limite juxta-gingivale est parfaitement respectée. La hauteur de la couronne est très légèrement inférieure aux dents voisines permettant lors de morsure de limiter la pression sur celle-ci et donc les risques de décollage.

Conseil est donné à la propriétaire de limiter les jeux de mordant pendant un minimum d'une semaine pour permettre une prise adéquat de la colle.

vue couronne après collage

vue couronne après collage

Partager cet article

Published by dentalvet
commenter cet article
12 février 2015 4 12 /02 /février /2015 14:00
vue pré opératoire de la région incisive maxillaire droite

vue pré opératoire de la région incisive maxillaire droite

Un jeune Cocker mâle de 10mois est amené en consultation pour l'exploration d'une anomalie de la denture définitive : l'absence des incisives ImaxD2 et ImaxD3 (respectivement les dents 102 et 103).

A l'examen clinique, le chien présente au site d'égression physiologique des dents 102 et 103 une conformation gingivale anormale. La limite entre la gencive et la muqueuse présente une irrégularité à hauteur de la dent 103. L'hypothèse d'une double inclusion dentaire est émise et sera validée par la radiographie.

Sous anesthésie, une radiographie de la région incisive maxillaire droite est réalisée. Elle met en évidence la présence des deux incisives 102 et 103 incluses avec l'incisive 102 anatomiquement anormale : celle-ci est atteinte de dilacération corono-radiculaire.

radiographie des dents 102 et 103 = visualisation de l'anomalie de la 102

radiographie des dents 102 et 103 = visualisation de l'anomalie de la 102

vue per opératoire après levée du lambeau muco-gingival

vue per opératoire après levée du lambeau muco-gingival

Le traitement mis en place consiste en l'extraction de la 102 anormale et la libération de la 103 avec l'ouverture de l'alvéole dentaire afin de permettre son égression. Dans un second temps, après cicatrisation de l'alvéole dentaire de la dent 102, la mise en place d'un implant pourra être envisagée.

Pour faciliter l'accès aux dents 102 et 103, un lambeau d'accès muco-gingival est levé. A l'aide d'une fraise boule en tungstène stérile, la partie vestibulaire de l'alvéole dentaire de la 102 est retirée permettant une extraction simplifiée du fait de la dilacération radiculaire. La radiographie de contrôle met en évidence un reliquat racinaire qui est fusionné avec l'os alvéolaire. Celui-ci est laissé en place, le restant de la dent ayant été retiré proprement. En effet, son extraction aurait nécessité un retrait complet de l'alvéole osseuse, intervention ne représentant pas pour nous un bénéfice pour le chien.

Dans un second temps, l'extrémité de l'alvéole dentaire de la dent 103 est dégagée à la fraise boule en tungstène afin de faciliter l'égression de la dent 103.

Le lambeau muco-gingival est ensuite suturé au vicryl 5-0, un espace étant laissé ouvert pour l'égression de la dent 103.

Un contrôle est prévu au bout de 2 mois. Le chien bénéficie d'une alimentation molle pendant 15jours ainsi qu'un arrêt des jeux de tirage et de mordant.

vue post extraction de la dent 102 : reliquat racinaire laissé en place

vue post extraction de la dent 102 : reliquat racinaire laissé en place

vue post opératoire du site chirurgical

vue post opératoire du site chirurgical

Au contrôle des deux mois, la cicatrisation est parfaite. L'incisive I3maxD a bénéficié d'une légère égression supplémentaire mais elle reste en retrait par rapport à son homologue controlatérale.

Partager cet article

Published by dentalvet
commenter cet article
10 février 2015 2 10 /02 /février /2015 09:28
rétrognathie mandibulaire sévère

rétrognathie mandibulaire sévère

Un chiot Terre Neuve de 3mois est amené en consultation pour une rétrognathie mandibulaire sévère entrainant l'impaction des 2 canines mandibulaires lactéales (dent 704 et 804) mésialisées dans le palais. Les incisives mandibulaires lactéales viennent touchées le palais à hauteur de la papille palatine. Un défaut de croissance de 7mm est mesurée lors de la consultation entre la face vestibulaire des incisives mandibulaires et la face palatine des incisives maxillaires (cingulum).

impact palatin des canines mandibulaires lactéales

impact palatin des canines mandibulaires lactéales

Afin de libérer la croissance mandibulaire et de limiter les lésions au niveau du palais, décision est prise de réaliser une réduction coronaire des deux canines mandibulaires lactéales associée à une biopulpotomie.

Après désinfection locale, les deux canines mandibulaires sont coupées 2mm au dessus de la bordure gingivale. Une biopulpotomie est immédiatement réalisée : 3mm de pulpe dentaire sont retirée, un fond en poudre d'hydroxyde de calcium est appliqué sur une épaisseur de 1mm puis la dent est refermée avec un composite fluide photopolymérisable (BioSplint Flow des laboratoires Pierre Rolland).

En post-opératoire et jusqu'à l'égression des dents définitives, des consignes de physiothérapie quotidienne sont données aux propriétaires : tirage rostrale de la mandibule, jeux avec une balle dure afin de repousser latéralement les canines définitives mandibulaires lors de la croissance pour éviter qu'elle ne viennent s'impacter dans le palais.

vue post opératoire après réduction coronaire des deux canines mandibulaires

vue post opératoire après réduction coronaire des deux canines mandibulaires

Un contrôle à 5 mois est défini. Lors de ce contrôle, la rétrognathie mandibulaire est quasiment corrigée avec un défaut relatif de 2mm entre les arcades incisives.

Du côté droit, la canine mandibulaire droite vient parfaitement se loger dans le diastème maxillaire physiologique entre la dernière incisive et la canine maxillaire droite.

Du côté gauche, la canine mandibulaire est très légèrement mésialisée, bloquée contre la face mésio-palatine de la canine maxillaire gauche : la mise en place d'un plan de glissement permettra de finaliser le placement de cette canine. Le traitement correctif sera réaliser après validation par les propriétaires.

côté droit : placement physiologique de la canine mandibulaire

côté droit : placement physiologique de la canine mandibulaire

côté gauche : mésialisation de la canine mandibulaire gauche

côté gauche : mésialisation de la canine mandibulaire gauche

Partager cet article

Published by dentalvet
commenter cet article