4 novembre 2014 2 04 /11 /novembre /2014 13:50
Kystes odontogéniques chez une boxer

Une chienne boxer de 8 ans est amenée en consultation de cas référé pour des tuméfactions chroniques au niveau du menton rétrocédant à un traitement antibiotique et anti-inflammatoire conventionnel. Le jour de la consultation, la chienne présente une tuméfaction dure et non douloureuse au niveau du menton à droite sous la canine mandibulaire droite (dent 404). La chienne est en bon état général, mange normalement sans gène aucune, joue normalement sans gène aucune.

Examen buccal

L'ensemble de la denture présente une abrasion généralisée, signe de jeux avec des cailloux, des bâtons ou autres matériaux abrasifs (balles de tennis...). Les canines mandibulaires (dent 304 et 404) présentent au centre de la surface coronaire abrasée un point brunâtre : le test d'entrée avec une sonde parodontale étant négatif, cela confirme la présence de dentine tertiaire cicatricielle physiologique. L'hypothèse d'une infection dentaire associée à une nécrose de la pulpe camérale et la formation d'abcès apicale est alors remise en question.

Au niveau de la denture, une autre anomalie est notée : l'absence des deux PM1 mandibulaire (dent 305 et 405). Cette affection est fréquente chez le chien mais peut résulter d'une agénésie réelle ou d'une inclusion de la dent dans la mâchoire ou dans un kyste odontogène.

Examen radiographique dentaire

Une radiographie de chaque canine mandibulaire à hauteur de leur apex racinaire est réalisée. Sous les PM1 et PM2 mandibulaire de chaque côté, distalement aux apex racinaires des canines sont mis en évidence deux structures cavitaires radiotransparentes. Les PM1 sont présentes mais incluse dans ces structures, leurs racines étant atrophiées. Les racines des PM2 mandibulaires sont partiellement lysées. L'hypothèse de kystes odontogèniques est posée. Le traitement consiste en un drainage des ces kystes ainsi qu'un nettoyage de ceux-ci en n'oubliant pas de retirer la membrane interne du kyste pour éviter sa récidive.

Kystes odontogéniques chez une boxer

Chirurgie

Un abord gingival est réalisé avec ouverture dorsale du kyste de la face coronaire distale de la canine à la face coronaire distale de la PM2 en passant le long de la face vestibulaire de celle-ci. Lors de l'ouverture, le liquide contenu dans le kyste se vidange. Les PM1 et PM2 sont extraites. Les membranes internes des kystes sont retirées. Un nettoyage abondant au sérum physiologique est réalisé. Une suture à points séparés de la gencive est réalisée. Une radiographie post opératoire de chaque kyste est réalisée montrant une extraction in toto des deux PM.

Kystes odontogéniques chez une boxer

Post opératoire

La chienne est rendue sous anti-inflammatoire et sous antibiotique pendant 10 jours. Un repos stricte avec arrêt des jeux de mordant est indiqué pendant minimum 1 mois le temps d'attendre le comblement partiel des cavités kystiques et donc une amélioration de la résistance des arcades mandibulaires osseuses.

Un contrôle radiographique des sites chirurgicaux est prévu dans 3 mois afin de contrôler la cicatrisation osseuse.

Partager cet article

Published by dentalvet
commenter cet article
28 octobre 2014 2 28 /10 /octobre /2014 19:06

Un Berger Shetland de 7mois est amené en consultation d'orthodontie pour persistance des canines lactéales maxillaires (dent 504 et 604) ainsi que le début d'une double mésialisation des canines maxillaires définitives (dent 104 et 204). Décision est prise de réaliser l'extraction des canines lactéales ainsi que la mise en place de chainette de traction pour tirer distalement les canines définitives et les repositionner physiologiquement. La pose des chainettes est réalisée concomitamment à l'extraction des canines de lait maxillaires car celles-ci ne sont pas accolées au canines définitives mais séparées de celles-ci par une épaisseur d'os alvéolaire de quelques millimètres. On ne risque donc pas d'avoir une traction distale trop rapide des canines définitives.

Image de la malocclusion initiale (identique en contro-latéral)

Image de la malocclusion initiale (identique en contro-latéral)

Les canines définitives mésialisées ayant eu une égression restreinte, une gingivectomie périphérique aux couronnes est réalisée afin de pouvoir disposer les chainettes ainsi que les anneaux de blocage en CVI (ciment verre ionomère type GC Ortho Fuji LC).

Préparation de la canine définitive

Préparation de la canine définitive

Une cale en résine est moulée puis collée de chaque côté de la PM3 maxillaire à la M1 maxillaire. Un bouton orthodontique est ensuite collé à hauteur de la PM4 maxillaire afin de permettre l'ancrage de la chainette.

Un anneau en CVI (GC Ortho Fuji LC) est placé sur la portion distale de la couronne de chaque canine permettant d'éviter le glissement de la chainette.

La chainette en place correspond à 75% de la distance entre les deux points d'ancrage.

Matériel de traction

Matériel de traction

Un contrôle est prévu au bout de 4 semaines.

Au contrôle, l'évolution de la correction est correcte voir un peu plus rapide que prévu (probablement du fait de l'extraction des canines de lait et de l'espace libre laissé vacant). Les canines maxillaires sont au contact des faces distales des canines mandibulaires. La traction doit être pousuivie encore quelques semaines. Une nouvelle chainette de traction est placée avec une tension adaptée à la correction déjà obtenue.

contrôle à 4 semaines

contrôle à 4 semaines

Au second contrôle à 8 semaines, les canines sont suffisamment distalées. Les matériels de contention sont retirés. Il y a une marge suffisante pour autoriser les canines maxillaires à avancer très légèrement (mouvement rétrograde souvent observé après retrait d'une appareil d'orthodontie) sans revenir à une situation de malocclusion.

Contrôle à 8 smeaines : fin de correction

Contrôle à 8 smeaines : fin de correction

Partager cet article

Published by dentalvet
commenter cet article
10 octobre 2014 5 10 /10 /octobre /2014 14:47

Une chatte de 14 ans et 9mois est référée en consultation suite à un trauma facial sévère ayant provoqué une disjonction intermandibulaire, une ouverture complète de la fente palatine et la fracture de deux prémolaires. Une exophtalmie de l'œil gauche est notée lors de l'auscultation de la chatte, conséquence probable d'une fracture de l'orbite ou de la formation d'un hématome rétrobulbaire.

Un bilan sanguin a été réalisé au préalable montrant un bon état de santé de la chatte.

Sous anesthésie générale, un bilan lésionnel complet est réalisé :

- disjonction intermandibulaire avec lésion parodontale sévère au niveau de la canine mandibulaire gauche (dent 304)

- fissure palatine complète avec partie osseuse maxillaire gauche repoussée dorso-caudalement sur 4 mm.

- fracture coronaire compliquée des dents 109 et 307.

Une radiographie de l'orbite gauche ne montre pas de fracture de celui-ci : l'hypothèse d'un hématome rétrobulbaire est alors la plus probable.

Vue Pré opératoire : fente palatine et disjonction mandibulaire

Vue Pré opératoire : fente palatine et disjonction mandibulaire

La chatte est d'abord placée en décubitus sternal afin de placer un cerclage au niveau des deux arcades mandibulaires. Un point de résine est placé à l'extrémité du cerclage afin de ne pas risque de blessure. Lors de la pose du cerclage, le parodonte de la dent 304 montre de grave signe de fragilité : cette dent devra être traitée ainsi que l'alvéole dentaire lors du retrait du cerclage.

La chatte est ensuite basculée en décubitus dorsal. Un cerclage en 8 entre les deux canines maxillaires est positionné et maintenu par de la résine afin de rapprocher l'hémi-palais gauche. Le palais mou est décollé sur 1 cm de part et d'autre de la fissure palatine puis suturé à l'aide de points simple au Vicryl 3-0 (décimale 2).

Les deux dents fracturées sont extraites.

La chattes est placé sous antibiotiques et anti-inflammatoire pendant 15jours, associés à une alimentation humide exclusive pendant 1 mois. Un contrôle est prévu toutes les semaines pendant 1 mois.

vue post oépratoire immédiate de la gestion de la fissure palatine

vue post oépratoire immédiate de la gestion de la fissure palatine

Au dernier contrôle (soit à 4 semaines), la chatte va bien, mange bien, l'exophtalmie côté gauche a régressé la première semaine post opératoire. Sous anesthésie, les matériels de contention, positionnés au niveau du maxillaire et de la mandibule, sont retirés.

Lors du retrait de la contention mandibulaire, la dent 304 tombe spontanément de son alvéole. Un nettoyage alvéolaire est entrepris : une nécrose sévère de l'ensemble de l'alvéole osseuse est notée, nécessitant le retrait complet de l'alvéole. Une suture gingivale est ensuite posée au monofilament résorbable Biosyn 3-0 (décimale 2).

La chatte est à nouveau placée sous 10 jours d'antibiotique et alimentation humide pendant 15 jours.

Vue à 4 semaines : cicatrisation complète du palais

Vue à 4 semaines : cicatrisation complète du palais

Partager cet article

Published by dentalvet
commenter cet article
28 août 2014 4 28 /08 /août /2014 12:05

Un chien de race Staffordshire Bull Terrier est amené pour masse inflammatoire au niveau de l'arc palatoglosse gauche de la taille d'une noix. Cette masse est arrivée progressivement, n'est pas douloureuse pour le chien et n'a été remarquée par les propriétaires qu'à cause de rares saignements.

A la palpation, la masse est indurée, non douloureuse mais non pédiculées et non mobilisable. En première intension, afin d'espérer une diminution de la taille de la masse, le chien est placé sous corticoïdes à 0.5mg/kg matin et soir. Un contrôle est prévu au bout de 10 jours.

Le jour du contrôle, la masse n'a pas régressé voir même augmenté de taille. Décision est prise d'anesthésier le chien pour a minima réaliser une biopsie voir si possible retirer la masse.

Masse palatoglossique

Masse palatoglossique

Lors de l'anesthésie, la manipulation de la masse permet de déterminer la présence d'un pédicule large mais qui pourra permettre l'exérèse totale de celle-ci. Au bistouri électrique, la masse est extraite. Un lambeau de recouvrant est réalisé à partir de la muqueuse palatoglossique et jugale en arrière de la molaire M2 maxillaire gauche afin de recouvrir le site d'exérèse. Une membrane collagénique (Conform, Resorbable Collagen membrane, ACE laboratoire) imprégnée avec de la doxorubicine (Adriblastine) est placée au niveau du site opératoire, sous le lambeau.

mise en place de la membrane collagénique

mise en place de la membrane collagénique

Le lambeau est ensuite suturé au niveau des marges saines du site opératoire. Un contrôle est prévu au bout de 15 jours. Le chien est rendu en post opératoire sous meloxicam (0.1mg/kg/j au moment du repas) pendant 15 jours. Il est conseillé de ne pas faire de jeu de mordant pendant 15 jours. L'alimentation molle est aussi conseillée pendant 15 jours.

Les résultats histopathologiques donne pour la masse un résultat de sarcome de haut grade, infiltrant, de pronostic réservé.

vue post opératoire immédiate

vue post opératoire immédiate

Le chien est revu au bout de 15 jours. Le site opératoire évolue bien avec cependant un point de déhiscence du lambeau au niveau de la suture palatine. Le chien a un comportement tout à fait normal, mange bien. Un nouveau contrôle est prévu au bout d'un mois.

Un mois et demi après l'intervention, le chien est revu. Une douleur à l'ouverture de la mâchoire a été relevée par le propriétaire. Anesthésié, l'inspection de la cavité buccale est réalisée : la masse est de nouveau présente, plus importante encore, très infiltrante, non pédiculisée. Décision est prise de réaliser une autre chimiothérapie par infiltration en différents points dans la masse et autour de la masse.

Le chien est à nouveau placé sous meloxicam 0.1mg/kg/j pendant 15 jours.

récidive du sarcome à 6 semaines

récidive du sarcome à 6 semaines

Partager cet article

Published by dentalvet
commenter cet article
12 août 2014 2 12 /08 /août /2014 16:38

Une chienne de race Yorkshire Terrier de 15mois est amenée en consultation pour mésialisation et palatoversion de la canine maxillaire gauche (dent 204). Cette malposition dentaire favorise le dépôt de la plaque dentaire et du tartre comparativement au reste de la dentition. Décision est prise de repositionner la dent 204 par l'intermédiaire d'une chainette élastique prenant appui sur une cale en résine collée sur les dents de l'hémi-arcade maxillaire gauche (de la PM2 ou dent 206 jusqu'à la M1 ou dent 209). Les différentes étapes sont décrites ci-après.

vu pré opératoire

vu pré opératoire

Après détartrage de la dent 204, deux anneaux en colle GC Ortho FUji LC sont positionnés sur la dent 204 afin de pouvoir ancrer la chainette. Sur les PM et M de cette même arcade est moulée une résine (Orthoresin de Dentsply) puis collée (colle GC Ortho FUji LC) . Sur celle-ci un bracket est collé afin de pouvoir positionner la chainette. La chainette est tendue selon la méthode suivante : le nombre d'anneaux libres correspond à 75% de la distance totale entre les deux points d'ancrage.

vu per opératoire après pose de la résine

vu per opératoire après pose de la résine

vu post opératoire après montage avec la chainette

vu post opératoire après montage avec la chainette

La chienne est revue au bout de 6 semaines. La canine 204 est légèrement distalée par rapport à sa position initiale. Une nouvelle chainette est positionnée afin d'assurer une nouvelle tension. Un nouveau contrôle est prévu après 6 semaines.

Au contrôle, la correction est acquise : la canine 204 est distalée suffisamment pour permettre le passage rostrale de la canine 304 (canine mandibulaire gauche). On retrouve l'organisation dentaire physiologique : la canine mandibulaire gauche s'intercale entre la dernière incisive maxillaire gauche (I3maxG ou dent 203) et la canine maxillaire gauche (CmaxG ou dent 204).

Vu de la correction avant retrait des résines

Vu de la correction avant retrait des résines

Vu après retrait des résines

Vu après retrait des résines

Partager cet article

Published by dentalvet
commenter cet article
5 août 2014 2 05 /08 /août /2014 11:42
image pré opératoire du site tumoral

image pré opératoire du site tumoral

Une chienne de race Jack Russel Terrier de 4 ans est amenée en consultation pour traitement d'une masse linguale identifiée il y a plusieurs jours. Après analyse histopathologique, cette masse est revenue comme un carcinome épidermoïde. Celle-ci infiltre la partie centrale de la langue côté gauche ainsi que le pilier de la langue. Elle est indurée, son aspect est pluri nodulaire et s'effrite au contact. Suite au refus d'une radiothérapie et d'une chimiothérapie par voie générale, la décision est prise de tenter une chimiothérapie locale avec, en parallèle, administration de corticoïdes par voie générale à dose immunosuppressive.

 

image per opératoire du site tumoral

image per opératoire du site tumoral

Le protocole est le suivant : sous anesthésie générale, nous mettons en place une membrane collagénique (membrane ConForm 15mm/20mm distribuée par ACE) imprégnée de Doxorubicine (agent inhibiteur de la topoisomérase II). Celle-ci est coupée en 2 morceaux : l'un est positionné rostralement à la masse dans la langue, via une fenêtre ménagée chirurgicalement, et l'autre caudalement à la masse. Des injections in situ de Doxorubicine en 3 points au sein de la masse sont réalisées en complément.

La membrane collagénique est réalisée à partir de collagène de bœuf. La membrane ne provoque aucune réaction de rejet lors de son implantation, elle se résorbe progressivement sur une période de 4 à 6 mois. Ainsi, selon l'évolution du site chirurgical, si la tumeur est en phase de rémission, il est possible de réimplanter l'animal afin d'atteindre la phase de guérison.

Du piroxicam à 0.3mg/kg/j en administration per os au cours d'un repas est débuté le lendemain de la chirurgie.

image post opératoire du site tumoral

image post opératoire du site tumoral

En post opératoire immédiat (les premières 48h), la chienne est en très bon état général, boit et mange sans souci. La chienne développe une diminution de son appétit et de son état général au bout de 48h, conséquence d'une inflammation de la langue consécutive à l'action locale de la chimiothérapie. La chienne est placée sous tramadol (nom commercial "Topalgic") pendant 1 semaine.

La chienne au bout d'une semaine présente un état général normal avec une alimentation non diminuée. Une nécrose de la masse linguale tumorale est identifiée après 10jours confirmant la bonne efficacité de la chimiothérapie locale.

Au bout d'un mois, la résorption de la masse tumorale est significative. La chienne est toujours en bonne état général et mange bien.

A 2 mois et demi après la chimiothérapie, la masse est a nouveau en cours d'évolution. La pose d'une nouvelle membrane collagénique imprégnée de doxorubicine peut être envisagée.

Partager cet article

Published by dentalvet
commenter cet article
25 juillet 2014 5 25 /07 /juillet /2014 18:50

pré op fracture incisive 25 juillet 2014Un chien de la race Berger Blanc Suisse est amené en consutation pour diagnostic radiographique d'agénésie dentaire au niveau des arcades mandibulaires. Au cours de l'examen, une fracture coronaire compliquée au niveau de la dent 102 (incisive I2 maxillaire droite) est identifiée.

Ne sachant pas à quand remonte cette lésion dentaire, nous décidons de réaliser une pulpectomie. Ce soins dentaire permettra d'éviter le développement d'une affection apicale (kyste apical voir abcès apical) au niveau racinaire associée à de la douleur et de l'inconfort pour le chien.

 

 

La pulpectomie est réalisée selon un protocole standardisé per op fracture incisive 25 juill 2014

- avec une lime K ISO 20, la longueure de travail pour le soin endodontique est mesurée

- la cavité pulpaire étant bien accessible, il n'est pas nécessaire d'utiliser des forets de Gates afin d'augmenter le diamètre d'ouverture

- après extraction de la pulpe dentaire avec un tire nerf ISO 20, la cavité pulpaire est nettoyée et raclée : les limes H ou lime de Hedstroem (racleurs) sont utilisées dans l'ordre croissant de la taille ISO 20 à la taille ISO 40. Entre chaque passage, un rinçage à l'hypochlorite de soude 35% est réalisé ainsi que la vérification de la conservation de la longueure de travail. En effet, l'augmentation du diamètre des limes de Hedstroem peut entrainer une condensation de débris au niveau de l'extrémité racinaire de la cavité pulpaire.

- à la fin du nettoyage, un séchage de la cavité est réalisé avec des pointes de papier absorbant ISO 30

- à l'aide d'un lentulo, une pâte zinc/eugénol est déposé sur les parois de la cavité afin d'assurer une aseptie complètre ainsi qu'un remplissage des tubuli dentinaires

- une pointe de gutta percha taille 30 est insérée dans cavité pulpaire. Après découpe à chaud du surplus, la gutta percha est condensée à froid dans la cavité

- à l'aide d'une fraise à cône renversé, la cavité est nettoyée et préparée pour réceptionner l'amalgame métallique post op fracture incisive 25 juill 2014qui finalisera la pulpectomie.

 

Une radiographie de controle post-opératoire immédiat est réalisée et montre une cavité pulpaire comblée totalement.

 

L'amalgame métallique atteint 80% de ses capacités de résistance mécanique à la compression et à l'abrasion dans les heures suivant son utilisation et 100% au bout de 48h. Consigne est donnée de ne pas permettre les jeux de mordant pendant 1 semaine. Une radiographie de contrôle est proposée dans 12 mois. 

Partager cet article

23 juillet 2014 3 23 /07 /juillet /2014 16:47

 

chihuahua 25 juilUn chiot chihuahua de 6 mois est amené en consultation pour extraction des canines lactéales maxillaires et mandibulaires ainsi qu'une malposition dentaire consécutive à une rétrognathie maxillaire. Ces deux affections associées provoquent une malposition de la canine maxillaire droite (dent 104) positionnée contre la dent 103. L'intervalle physiologique pour le positionnement de la canine mandibulaire droite (dent 404) n'existant plus, celle-ci est lingualisée et vient en percussion avec le palais.

 

La décision est prise de positionner une chainette de traction après l'extraction des canines lactéales afin de tirer distalement la Canine maxillaire droite (dent 104) et de libérer l'espace physiologique pour que la Canine mandibulaire droite (dent 404) vienne s'intercaler.

 

Après retrait des canines lactéales maxillaires et mandibulaires et vérification radiographique des sites d'extraction, une chihuahua 25juil 2chainette de traction est placée entre la canine maxillaire droite (dent 104) et une cale en résine comprenant un bracket type "lingual button flat" de Dentsply.

 

 

Au contrôle de 15 jours, la traction de la canine maxillaire droite (dent 104) a progressé plus rapidement que prévu. La dent est positionnée trop distalement et présente une mobilité de classe 1-2. La décision est prise de retirer l’ensemble du matériel de traction et de laisser le parodonte se stabiliser. La dent 104 dans sa position actuelle n’est pas gênante pour le chien mais un contrôle dans 2 mois est prévu. En cas d’inconfort, la mise chihuahua 25juil 3en place d’une correction sera entreprise.

La cause de cette correction trop rapide est la mise en place d’un matériel de traction concomitamment à l’extraction des dents lactéales. L’espace vide laissé après extraction n’a présenté aucune résistance mécanique lors de la traction de la dent 104 expliquant sa progression distale trop rapide. La pose d’un appareil de traction devrait être réalisé en présence d’un tissu parodontal intègre et cicatrisé.

 

 

Le  tissu de granulation se forme le long des parois alvéolaires – d’abord dans le fundus – à partir du deuxième ou troisième jour après extraction de la dent. Le coagulum est totalement remplacé par le tissu de granulation en sept jours environ. Le tissu conjonctif se forme à partir de la périphérie et remplace en 20 jours environ le tissu de granulation. Le nouvel os commence à se former sur les parois alvéolaires six à sept jours après l’opération, la plaie osseuse étant comblée de tissu osseux immature au bout d’un mois environ. L’os mûrit totalement en deux à trois mois et forme un trabécule. La maturité de l’os est complète après trois ou quatre mois. Il serait donc intéressant de placer un matériel de traction minimum 2 mois après l’extraction des dents lactéales afin d’obtenir une résistance suffisante et une évolution progressive de la dent à déplacer.

 

 

 

 

Partager cet article

7 juin 2014 6 07 /06 /juin /2014 08:05

pré op 

Les fentes palatines sont une non jonction des deux hémi-palais osseux et tissulaires. Elles peuvent intéresser l'intégralité du palais dur et/ou du palais mou ou partiellement chacun d'eux. Les fentes palatines se rencontrent majoritairement chez le chiot ou le chaton nouveau-né (fente palatine d'origine congénitale) mais elles peuvent aussi apparaitre lors d'un trauma facial chez un individu adulte. Les conséquences principales sont une difficulté pour s'alimenter et un passage des fluides buccaux et du bol alimentaire dans les voies aériennes supérieures provoquant éternuements, sinusite purulente, etc. intub[1]

 

Ce chiot de race Shi Tsu de 1.5 mois et pesant 410g au moment de la chirurgie illustre un cas de fente palatine congénitale intéressant l'ensemble du palais dur ainsi que du palais mou. Le chiot est dans l'incapacité de téter et sa propriétaire le sonder pour le nourrir. La wardill1[1]chirurgie correctrice est décidée.

 

 

 

 

La technique employée est inspirée de la technique de Veau-Wardill-Kilner utilisé en     chirurgie humaine.

 

 

Cette technique consiste, dans un premier temps, à raviver les marges mésiales de chaque hémi-palais tissulaire ainsi que d'insister le tissu palatin le long des arcades dentaires maxillaires jusqu'aux arcs palatoglossiques. Chez ce chiot, la contrainte principale de cette chirurgie a été la place disponible dans la cavité buccale pour réaliser le travail.

 

La seconde étape permet de décoller délicatement en épargnant les principaux faisceaux vasculaires (les artères palatines majeures et mineures de chaque côté) les deux lambeaux de tissus palatins.

 

post opLa dernière étape consiste à réunir ces lambeaux à l'aide de points simples afin de recréer une séparation physique entre les cavités nasales et la cavité buccale.

 

 En post opératoire immédiat, le chiot a présenté de nombreux éternuements avec des expectorations sanguinolentes consécutives à la chirurgie. Dans les premières 24h, le chiot a mangé sans problème des croquettes humides. Durant les 15 jours suivant la chirurgie, les éternuements ont progressivement régressé jusqu'à être quasi inexistant. Le chiot a augmenté sa masse corporelle de 50% en 15jours passant de 410g à 650g.

 

Au contrôle des 15jours, le chiot est en bon état général, présente quelques écoulements séreux au niveau des narines. L'observation du site chirurgicale révèle une cicatrisation à 80% du palais dur par contre les points réalisés au niveau du palais mou n'ont pas tenu. Il est convenu avec la propriétaire de prévoir une réintervention dans quelques mois sachant que le chiot se porte bien et tolère sans problème sévère l'absence de cicatrisation du palais mou.

Partager cet article

25 mai 2014 7 25 /05 /mai /2014 09:56

Dans les races de petits gabarits, races naines et toy, il n'est pas rare d'avoir durant la croissance une malposition dentaire qui se met en place. Celle ci peut intéresser les arcades incisives, les crocs et plus rarement les pré-molaires et molaires. Ce cas illustre une malposition au niveau des deux crocs mandibulaire sur un chien de race toy, un chihuahua.

 

  • Description du cas

Ce chien Chihuahua mâle adulte de 4ans est présenté pour malposition bilatérale des canines mandibulaires droite et Mesia 1gauche. Celles-ci ont eu une egression beaucoup trop proximale par rapport à l'axe d'égression physiologique. Lors de l'occulsion dentaire, elles viennent s'intercaler entre les incisives 2 et 3 maxillaires à droite comme à gauche. Une parodontite modérée focale au niveau de l'incisive 3 mandibulaire gauche est identifiée. Les arcades incisives sont en situation "d'articulé inversé" avec un décallage de 2mm maximum au niveau des incisives centrales. 

 

  • Traitement orthodontique mis en place

La traction distale des 2 crocs mandibulaires est proposée et mise en application. Mécaniquement, les crocs vont être tiré distalement grâce à un point fixe positionné à hauteur des pré-molaires mandibulaires ipsilatérales. Le point fixe peut être de deux sortes :

 

  1. une vis orthodontique placée au niveau de l'arcade mandibulaire osseuse le plus souvent entre la PM4 et la M1 Mesia 3(carnassière) après contrôle radiographique
  2. un bracket collé sur un support en résine (type ORTHORESIN autopolymérisable) prenant appui sur plusieurs pré-molaires et molaires : le plus souvent la résine englobe PM3, PM4 et M1 et sera collée sur les surfaces coronaires à l'aide d'une colle photopolymérisable type GC Fuji ORTHO-LC.

Dans notre cas, la mandibule étant très étroite et les espaces interdentaires PM4-M1 étant quasi inexistants, le choix s'est porté sur l'utilisation de brackets collé sur des résines.

 

mesia 4Lors du temps opératoire sous anesthésie, les résines sont déposées sur les couronnes PM3-PM4-M1 : leur texture souple après mélange des 2 composants (Orthoresin poudre et Orthoresin solution) permet une application facile sur les couronnes, la prise se réalisant en 5 minutes environ. Les résines, après calibrage, sont repositionnées et collées sur les couronnes avec la colle GC Fuji ORTHO-LC photopolymérisable.

Les brakets sont collés sur les résines de telle façon qu'il n'y est pas de contact lors de l'occlusion avec les carnassières maxillaires.

2 anneaux en résine sont disposés au niveau du 1/3 proximal de la couronne de chaque canine mandibulaire.

1 chainette élastique est placée au niveau du bracket et entre les anneaux en résine de chaque côté de la mandibule, la traction étant controlée.

Le premier contrôle est prévu 1 mois après la pose.

  • Suivi

Le premier contrôle à 1 mois permet le changement des chainettes : en effet, las chainettes élastiques se détendent tout au long de la phase de traction et doivent être changées toutes les 4 semaines. Ainsi 1 contrôle mensuel de ce chien est prévu avec la propriétaire. Celui-ci étant calme, le changement des chainettes peut se réaliser vigile.

Le recul de chaque canine mandibulaire est objectivé et mesuré à chaque contrôle. Celui-ci doit être progressif pour ne Mesia 7pas risquer de dommage irréversible du parodonte. Dans notre cas, la progression est homogène et régulière de chaque côté. La parodontite objectivée le premier jour au niveau de l'I3 mand G évolue légèrement tout au long du processus mais ne met pas en péril l'intégrité du parodonte de la Cmand G.

 

3 mois après la pose des chainettes de traction, la correction est terminée. Les deux canines mandibulaires s'intercalent entre les dernières incisives et les canines maxillaires. Grâce à cette correction, le prognathisme incisif, objectivé le premier jour, a lui aussi été partiellement corrigé : lors de l'occlusion, les arcades incisives sont maintenant en pince.

 

Partager cet article

Retour Accueil: Clic Photo

  • : Odonto-stomatologie canine et feline. Orthodontie
  • Odonto-stomatologie canine et feline. Orthodontie
  • : Odonto-stomatologie vétérinaire. Techniques de corrections orthodontiques chez le chien et le chat, traitement endocanalaire, traitement des néoplasies, restauration dentaire
  • Contact

Texte Libre

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog