Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 août 2019 2 13 /08 /août /2019 15:09
image à T0 avant la mise en place de la correction orthodontique complexe

image à T0 avant la mise en place de la correction orthodontique complexe

image à T0 avant la mise en place de la correction orthodontique complexe

image à T0 avant la mise en place de la correction orthodontique complexe

Une jeune chienne chihuahua est vue en consultation d'orthodontie pour mauvaise alignement global de la dentition. Elle présente une persistance des 2 canines maxillaires lactéale refermant ainsi les diastèmes maxillaires. Consécutivement, les deux canines mandibulaires définitives sont mésialisées et lingualisées venant à l'occlusion s'intercaler entre l'avant dernière et la dernière incisives maxillaires gauche et droite. Enfin, l'articulé incisif maxillaire et légèrement en inversion à l'occlusion par rapport à l'articulé incisif maxillaire.

Décision est prise de procéder à une correction orthodontique complexe. Pendant l'ensemble de la procédure, la chienne devra manger une alimentation molle et ne pourra avoir accès à aucun jeu. Elle bénéficiera d'un désinfectant dans l'eau de boisson quotidiennement pour limiter les irritations parodontales au contact des appareils orthodontiques.

La première étape consiste à poser des chainettes de traction sur les canines mandibulaires, chainette en appui sur des brackets pris sur de la résine orthodontique collée sur les PM mandibulaires gauche et droite. Lors de cette première étape, les canines maxillaires lactéales sont retirées.

 

première étape de la correction orthodontique : chainette de traction et extraction des canines lactéales maxillaires

première étape de la correction orthodontique : chainette de traction et extraction des canines lactéales maxillaires

première étape orthodontique avec les chainettes de traction bilatérales

première étape orthodontique avec les chainettes de traction bilatérales

seconde étape orthodontique : pose appareil palatin à vérin

seconde étape orthodontique : pose appareil palatin à vérin

4 semaines après la première étape orthodontique, les chainettes sont remplacées et retendues. Une empreinte palatine est réalisée afin de créer un appareil à vérin palatin permettant de poussée l'articulé incisif maxillaire et ainsi le repositionner par rapport à son homologue mandibulaire. L'appareil palatin est placé la semaine suivante. Le vérin est manipulé quotidiennement sur un mois.

4 semaines après la pose de l'appareil palatin, les chainettes sont à nouveau remplacées et l'appareil est contrôlé. L'ouverture du vérin étant complète et suffisante, celui-ci est laissé en place pour 3 semaines sans aucune manipulation afin de stabiliser l'articulé incisif maxillaire.

La dernière étape se réalise au bout de 3 semaines avec retrait de l'ensemble des appareils orthodontiques maxillaire et mandibulaire. L'alignement de dentaire et corrigé et de qualité.

 

 

dernière étape = dépose des deux appareils orthodontiques

dernière étape = dépose des deux appareils orthodontiques

correction complète et qualitative de la dentition

correction complète et qualitative de la dentition

correction complète et qualitative de la dentition

correction complète et qualitative de la dentition

Partager cet article

Repost0
29 juillet 2019 1 29 /07 /juillet /2019 15:55
image avant l'intervention de la masse au niveau de la 303

image avant l'intervention de la masse au niveau de la 303

Un chien griffon Korthal de 5 ans est amené en consultation pour une masse gingivale apparue depuis quelques semaine au niveau de la face vestibulaire de l'incisive 303. Celle-ci est non douloureuse et ne gène pas le chien dans son quotidien.

L'examen buccal ne révèle rien d'autre que cette masse. celle ci n'est pas pédiculée sa base faisant le tour de la limite gingivale de l'incisive 303. Un améloblastome est suspecté du fait du côté infiltrant localement de cette masse. Il n'y a pas de réaction du noeud lymphatique mandibulaire gauche.

La masse est retiré sous anesthésie au servotome ainsi que l'incisive 303 afin de réaliser localement un curetage de la zone pour éliminer au maximum les infiltrats locaux de la masse. Celle ci est envoyée pour analyses histologiques qui reviennent en faveur d'un améloblastome fibrosant localement infiltrant nécessitant une surveillance au risque de revoir une réémergence de la masse. dans ce cas une approche chirurgicale plus agressive avec un curetage plus large voir une mandibulectomie partielle sera nécessaire.

image per opératoire après retrait de l'incisive 303 et curetage local

image per opératoire après retrait de l'incisive 303 et curetage local

image post opératoire après fixation du lambeau de recouvrement

image post opératoire après fixation du lambeau de recouvrement

Partager cet article

Repost0
23 avril 2019 2 23 /04 /avril /2019 15:31
photo pré opératoire : noter l'aspect anormale de la PM4 et de la M1

photo pré opératoire : noter l'aspect anormale de la PM4 et de la M1

radiographie pré opératoire : noter la diformité des deux dents ainsi que le tissu dentaire anormal tout autour

radiographie pré opératoire : noter la diformité des deux dents ainsi que le tissu dentaire anormal tout autour

radiographie pré opératoire : noter l'inclusion de la PM3

radiographie pré opératoire : noter l'inclusion de la PM3

Un chiot Rottweiller de 8 mois est amené en consultation de référé de dentisterie pour de multiples problèmes bucco-dentaires notamment l'absence de la Pm3 et Pm4 maxillaire gauche. Une masse gingivale est observée au site des ces deux dents avec les extrémités des cuspides qui semblent percer en certains endroits. L'aspect est évocateur de deux incluses ou d'un odontome ou autre anomalie congénitale dentaire.

Sous tranquillisation une radiographie de ces dents est réalisée démontrant la présence d'odontomes composés touchant la Pm4 et la M1, la PM3 semblant elle seulement anormale anatomiquement et surtout incluse.

Décision est prise de réaliser l'extraction des 3 dents.

vue per opératoire : noter l'aspect anormal de la PM4

vue per opératoire : noter l'aspect anormal de la PM4

vue post extraction après nettoyage des alvéoles dentaires

vue post extraction après nettoyage des alvéoles dentaires

Après ouverture d'un lambeau gingival depuis PM2 jusqu'à M1, celui-ci est récliné latéralement. Les odontomes sont curetés dans un premier temps, le tissu dentaire anormal étant retiré afin d'accéder aux dents. celle-ci sont dans un premier temps couper avec une fraise pour chaque morceau est extrait délicatement, des anomalies de conformation étant massivement présente.

La zone est ensuite meulée à l'aide d'une fraise boule éliminant l'ensemble des crêtes osseuses saillantes. le lambeau est ensuite refermé à l'aide de points simple au Monofilament Biosyn 4-0.

Consignes sont données d'éviter tout jeu de mordant et une alimentation molle pendant 3 à 4 semaines.

Le chiot est revu 8 semaines après l'intervention. le site opératoire a très bien cicatrisé le chien ne présentant aucun souci si ce n'est l'extrémité de la cuspide principale de la carnassière mandibulaire qui vient percuter le site d'extraction. Sous tranquillisation celle ci est meulée afin d'éviter tout traumatisme.

vue post opératoire après fermeture du lambeau gingival

vue post opératoire après fermeture du lambeau gingival

radiographie post opératoire de controle montrant l'absence de tout débris dentaire

radiographie post opératoire de controle montrant l'absence de tout débris dentaire

Partager cet article

Repost0
19 avril 2019 5 19 /04 /avril /2019 17:47
première visite de ce chat chez son vétérinaire : noter la prolifération très importante du granulome pouvant aussi faire penser à une néoplasie ou un sialocoele des glandes salivaires sous linguales

première visite de ce chat chez son vétérinaire : noter la prolifération très importante du granulome pouvant aussi faire penser à une néoplasie ou un sialocoele des glandes salivaires sous linguales

première visite en référé : noter la nette régression de la prolifération qui reste cependant importante au niveau de la région amygdalienne droite

première visite en référé : noter la nette régression de la prolifération qui reste cependant importante au niveau de la région amygdalienne droite

Un jeune chat mâle castré est amené en consultation de dentisterie pour un second avis sur un masse proliférative chronique intéressant la région amygdalienne droite et la région sous linguale droite. Le chat a déjà bénéficié de soins chez son vétérinaire qui a pratiqué un premier curetage de la lésion et une biopsie ayant permis de conclure au granulome éosinophilique félin.

Cette affection est une lésion d'origine allergique. cependant sa localisation est atypique dans notre cas, les granulomes éosinophiliques au niveau buccal se localisant préférentiellement au niveau des babines maxillaires.

Lors de la consultation le granulome a déjà bien diminué ne se localisant plus qu'au niveau du fond de la gueule à hauteur de l'arc palatoglosse et de la région amygdalienne. Les corticoïdes n'ayant pas été utilisé à dose immunomodulatrice, une cure de prednisolone à 2mg/kg/j en deux prises est mise en place sur 15 jours.

A 15 jours, le chat est revu. Seule la zone amygdalienne est encore fortement inflammatoire et proliférative. Décision est prise de réaliser un curetage et une cautérisation de la zone assorti d'injection in situ de cortisone à effet retard.

Sous anesthésie, l'ensemble des tissus inflammatoires prolifératifs du granulome sont éliminés à l'aide d'un servotome et la région amygdalienne est entièrement cautérisée en surface. Enfin, un volume d'environ 0.5ml de cortisone à effet retard est injectée in situ en 5 points autour et au niveau de la zone cautérisée.

Le chat est rendu sous désinfectant buccal seulement (dentalplak) et doit être revu 3 semaines après l'intervention pour contrôle.

image per opératoire avant le traitement = noter l'état encore prolifératif du tissu granulomateux au niveau de la langue et des muqueuses amygdaliennes

image per opératoire avant le traitement = noter l'état encore prolifératif du tissu granulomateux au niveau de la langue et des muqueuses amygdaliennes

image per opératoire durant la cautérisation des lésions granulomateuses : celles-ci sont retirées en profondeur des sutures seront positionnées pour refermer les sites d'exérèses

image per opératoire durant la cautérisation des lésions granulomateuses : celles-ci sont retirées en profondeur des sutures seront positionnées pour refermer les sites d'exérèses

3 semaines après l'intervention la cicatrisation est très bonne avec une absence de rechute et de prolifération tissulaire.

Le chat va très bien, mange très bien et n'a aucun signe d'inconfort.

controle à 3 semaines = noter l'absence de rechute au niveau du site chirurgical

controle à 3 semaines = noter l'absence de rechute au niveau du site chirurgical

Partager cet article

Repost0
22 mars 2019 5 22 /03 /mars /2019 18:38
vue post opératoire de l'otarie de Californie opérée

vue post opératoire de l'otarie de Californie opérée

abords de la canine mandibulaire droite avec un lambeau muco périosté

abords de la canine mandibulaire droite avec un lambeau muco périosté

Le zoo de Plaisance du Touch (que nous remercions pour leur confiance) nous ont mandaté dans le cadre de la gestion de pathologie chronique mandibulaire au niveau des canines mandibulaires droites.

Les radiographies de contrôle ont démontré la présence d'infection chronique des canines mandibulaires avec fractures coronaires compliquées. Chez l'Otarie, la maturation dentaire est très longue et la fermeture apicale des canines n'intervient qu'à l'âge de 5 à 6 ans. Ainsi lors de fracture coronaire compliquée lié la plupart du temps au mâchonnement des structures (bassin ou barreaux) ou des jeux chez la jeune otarie il est souvent nécessaire d'extraire les dents touchées.

L'extraction dentaire nécessite d'être précautionneux car la mandibule est fragile et l'extraction dentaire doit être réalisée avec tact et des instruments adaptés.

vue per opératoire après extraction de la canine et nettoyage de l'alvéole dentaire

vue per opératoire après extraction de la canine et nettoyage de l'alvéole dentaire

vue post opératoire après pose des sutures

vue post opératoire après pose des sutures

La première otarie nécessite l'extraction de la canine mandibulaire droite et la PM1 mandibulaire droite en suivant. La seconde otarie ne nécessite que l'extraction de la canine mandibulaire.

Après mise en place de l'anesthésie générale, chaque otarie est laissée en décubitus sternal la tête étant penchée vers la gauche pour libérer la mandibule droite.

Une incision depuis la dernière incisives jusqu'à la PM1 est réalisé avec un bistouri à lame de 15 puis une seconde incision est réalisée le long de l'alvéole de la canine mandibulaire crânialement. Un lambeau muco périosté est levé à l'aide d'un élévateur périosté. Ensuite l'alvéole dentaire de la canine est abordée à l'aide d'une fraise boule tungstène et la face vestibulaire est éliminée. La canine ainsi accessible est libérée de son ligaments dentaires avec un élévateur. L'alvéole est ensuite flushée puis comblée à l'aide de poudre d'os BioBank.

Le lambeau est ensuite refermé et stabilisé à l'aide de points simples au monofilament résorbable Monosof 3-0.

Les otaries sont placées hors d'eau 12h et pendant une semaine pas de jeu abrasif.

48h après l'intervention les lambeaux tiennent malgré le lâché de quelques points sur l'une des otaries et il n'y a aucun signe de gêne.

Partager cet article

Repost0
22 mars 2019 5 22 /03 /mars /2019 11:57
vue du site de la 204 pendant la consultation. Noter l'absence totale visuelle de la 204

vue du site de la 204 pendant la consultation. Noter l'absence totale visuelle de la 204

radiographie de la région de la 204. Noter l'alignement anormal de la 204 et son inclusion dans l'os alvéolaire

radiographie de la région de la 204. Noter l'alignement anormal de la 204 et son inclusion dans l'os alvéolaire

Un chiot Shetland de 10 mois est amené en consultation pour absence de la canine maxillaire gauche (dent 204). Il n'y a pas de contexte de trauma rapporté et la canine lactéale maxillaire gauche a existé et est tombée par contre en retard par rapport aux autres dents déciduales.

Sous tranquillisation une radiographie de région de la 204 est réalisée et montre la 204 présente et normale sur le plan anatomique par contre incluse dans l'os alvéolaire.

Deux solutions s'offrent alors à nous :

- désinclusion chirurgicale associée à un replacement orthodontique de la dent similaire au montage nécessaire lors de mésialisation de la canine maxillaire

- désinclusion chirurgicale associée à une extraction de la canine et une reconstruction de osseuse.

La seconde solution est choisie par les propriétaires.

image per opératoire juste après la levée du lambeau muco-périosté

image per opératoire juste après la levée du lambeau muco-périosté

vue per opératoire après meulage de l'os alvéolaire périphérique à la 204 incluse

vue per opératoire après meulage de l'os alvéolaire périphérique à la 204 incluse

vue per opératoire juste après l'extraction de la 204 avec la 204 en premier plan

vue per opératoire juste après l'extraction de la 204 avec la 204 en premier plan

Un volet muco-périosté est réalisé crânialement à l'emplacement normale de la canine 204. Celle-ci est découverte partiellement recouverte par une fine couche d'os alvéolaire. L'os alvéolaire est alors découpé proprement à l'aide d'une fraise boule tungstène. Ensuite la dent est désenclavée à l'aide d'un élévateur. Suite à son extraction les rebords de l'os alvéolaire sont meulés avec une nouvelle fois la fraise boule tungstène puis la cavité alvéolaire est remplie de poudre d'os BioBank afin de reconstruire la structure osseuse maxillaire.

Le lambeau est repositionné et suturé à l'aide de points simple au monofilament résorbable 3 metric  Monosof4-0.

Consignes sont données d'une alimentation molle et d'absence de jeu de mordant pendant 3 semaines. En cas de frottement, le port de la collerette est recommandé. Le chien sera revu au bout d'un mois.

vue per opératoire après remplissage de l'alvéole dentaire par de la poudre d'os BioBank

vue per opératoire après remplissage de l'alvéole dentaire par de la poudre d'os BioBank

vue post opératoire immédiate après suture du lambeau muco périosté

vue post opératoire immédiate après suture du lambeau muco périosté

radiographie post opératoire immédiate

radiographie post opératoire immédiate

Partager cet article

Repost0
17 décembre 2018 1 17 /12 /décembre /2018 15:19
photo per opératoire après nettoyage de la racine de la 204 et préparation pour l'application de l'Emdogain

photo per opératoire après nettoyage de la racine de la 204 et préparation pour l'application de l'Emdogain

application de l'emdogain sur l'ensemble de site

application de l'emdogain sur l'ensemble de site

photo en post opératoire immédiat juste après fixation du lambeau muqueux

photo en post opératoire immédiat juste après fixation du lambeau muqueux

Une chienne labrador de 10 ans est amenée en consultation chirurgicale de stomatologie pour parodontite sévère localisée notamment au niveau des canines maxillaires. La canine maxillaire droite (dent 104) connait une récession gingivale débutante alors que la canine maxillaire gauche (dent 204) est victime du parodontite focale sévère avec récession gingivale avancée.

Un détartrage est bien entendu recommandé assorti de soins à domicile en post opératoire. cependant, pour sauvegarder la canine 204, une procédure de reconstruction parodontale avec lambeau de glissement et utilisation d'Emdogain est réalisée.

Au niveau de la canine 204, le détartrage et le polissage sont réalisés et intéressent à la fois la couronne et la partie radiculaire visible de la dent suite à la parodontite.

Un lambeau de glissement muqueux est préparé afin de venir recouvrir la zone parodontale détruite. Cette zone est recouverte d'un produit de nettoyage appelé PrefGel. Appliqué pendant 2 minutes puis rincé, il permet un nettoyage et un décapage parfais des structures dentaires. Le saignement local étant bien maîtrisé, l'Emdogain est appliqué sur la zone puis le lambeau est suturé avec des points simples au Monosof 3-0.

La chienne est laissée au repos des jeux pendant 1 mois avec alimentation molle jusqu'au premier rendez-vous trois semaines après l'intervention.

image 3 semaines post opératoire : le lambeau est toujours en place mais l'insertion caudale est encore précaire

image 3 semaines post opératoire : le lambeau est toujours en place mais l'insertion caudale est encore précaire

3 semaines après l'intervention, la chienne est revue. le lambeau est en place, l'adhésion de celui-ci étant complète crânialement à la zone d'insertion mais encore imparfaite caudalement. Les consignes d'absence de jeux de mordant et d'alimentation molle sont poursuivies un mois de plus jusqu'au prochain contrôle.

le dernier contrôle est positif le lambeau tiens correctement.

Partager cet article

Repost0
21 novembre 2018 3 21 /11 /novembre /2018 17:26
Noter la courverture gingivale au niveau de la carnassières et de la dernière incisive. Des lésions identiques sont présentes sur l'autre hémimandibule

Noter la courverture gingivale au niveau de la carnassières et de la dernière incisive. Des lésions identiques sont présentes sur l'autre hémimandibule

Un chiot Bearded Collie de 10mois est amené en consultation de référé de dentisterie pour investiguer l'absence des carnassières mandibulaires droite et gauche ainsi que des incisives mandibulaires latérales droite et gauche.

Au niveau des sites dentaires, le chien présente de volumineuses protubérances gingivales notamment au niveau des carnassières. A la palpation, il n'y a pas de gêne, le tissu étant induré.

Des hypothèses de kystes dentigères, odontomes ou inclusions dentaires sont évoquées.

Des radiographies des sites sont réalisées. Les dents sont toutes présentes, il n'y a pas de signe de kyste radiotransparent ou de tissu ostéoïde anormal autour des dents. L'hypothèse d'inclusion dentaire est retenue.

Noter la découpe réalisée de la couverture gingivale et la mise en évidence de la carnassière anatomiquement normale

Noter la découpe réalisée de la couverture gingivale et la mise en évidence de la carnassière anatomiquement normale

Sous anesthésie, les gencives sont retirées et cautérisées à hauteur des dents incluses. Celles si sont libérées de leur emprise gingivale.

Un traitement post opératoire avec un désinfectant buvable à base d'eugénol (Dentalplak°) est mis en place pendant 3 semaines. Consignes sont données de ne pas laisser le chien avec des jeux de mordant pendant 10 jours.

Un contrôle sera prévu dans 2 à 3 mois pour l'alignement dentaire.

En fin de chirurgie les dents sont visibles, seules les incisives doivent encore se mettre en place dans l'alignement dentaire

En fin de chirurgie les dents sont visibles, seules les incisives doivent encore se mettre en place dans l'alignement dentaire

Partager cet article

Repost0
19 septembre 2018 3 19 /09 /septembre /2018 15:38
image pré opératoire de la masse : noter l'infiltration globale de la région rostrale

image pré opératoire de la masse : noter l'infiltration globale de la région rostrale

vue per opératoire lors des sutures

vue per opératoire lors des sutures

vue post opératoire de la suture du menton

vue post opératoire de la suture du menton

Une chienne cavalier king charles de 3 ans est amenée en consultation de référé pour une masse proliférative se développant autour de la canine mandibulaire gauche. Deux tentatives d'exérèse locale ce sont soldées par des récidives rapide de la masse en question. Une première histologie est revenu en faveur d'une gingivite hyperplasique bénigne mais aux vues de l'évolution il semblerait que ce soit beaucoup plus agressif.

Une seconde biopsie assortie d'un bilan d'extension loco régional et pulmonaire par scanner révèle un carcinome épidermoïde infiltrant la mandibule gauche ET droite sans anomalie visible au niveau des NL locorégionaux ainsi qu'au niveau pulmonaire

après discussion et présentation des options, les propriétaires sont décidés pour une mandibulectomie rostrale totale.

La mandibulectomie rostrale se réalisera de chaque coté entre la PM 2 et la PM3. Cette technique reste adapté pour ce cas mais s'il avait fallu enlever une partie plus importante de mandibule une autre approche chirurgicale aurait été nécessaire.

La chienne est placée en décubitus dorsale après induction et relais de son ansethésie à l'isoflurane. La muqueuse mandibulaire est incisé au bistouri à lame froide depuis la PM3 mandibulaire gauche jusqu'à la PM3 mandibulaire droite. La muqueuse ainsi que l'ensemble des tissus mous du menton sont décollés progressivement des mandibules jusqu'à hauteur des PM3.

Ensuite à l'aide d'une scie circulaire orthopédique les mandibules sont coupées. L'hémostase est spontanée et ne nécessite pas de gestion particulière. Deux perforations sont réalisées à l'aide d'une broche de 1.2mm au niveau des mandibules afin de faire passer les points de soutien de la muqueuse venant recouvrir les mandibules. Des points simples sont réalisée avec la muqueuse du frein lingual à sa base. L'amputation étant relativement important, la surface de la peau du menton est réduite. Cette technique de suture permet de réaliser un bourrelet avec la lèvre inférieure et ainsi de contenir la langue.

La chienne doit réapprendre à se nourrir ainsi les propriétaires doivent lui proposer différente forme d'aliment et de texture afin qu'elle s'adapte. rapidement la chienne se nourrit de petit croquette dans un petit récipient grâce à sa langue.

image de profil un mois après la chirurgie : aucune anomalie esthétique majeure

image de profil un mois après la chirurgie : aucune anomalie esthétique majeure

image de face : légère hypersalivation mentonnière

image de face : légère hypersalivation mentonnière

La chienne est revue 1 mois plus tard. La cicatrisation est très bonne et quasiment terminée. la chienne ne présente aucune gène et aucune anomalie esthétique majeure si ce n'est une légère hypersalivation sur le menton. La chienne mange très bien et se comporte tout à fait normalement.

Durant cette technique une broche peut être mise en place entre les deux mandibules en cas de mobilité importante et de risque de gène. Dans notre cas, il n'a pas été décidé de placer de broche et la chienne ne s'en porte pas plus mal.

Partager cet article

Repost0
16 avril 2018 1 16 /04 /avril /2018 10:51
image pré opératoire de la fente palatine du palais mou : elle est totale et importante

image pré opératoire de la fente palatine du palais mou : elle est totale et importante

image per opératoire lors de la fin de la suture de la muqueuse du nasopharynx

image per opératoire lors de la fin de la suture de la muqueuse du nasopharynx

image post opératoire immédiat

image post opératoire immédiat

Un chiot de 3 mois de race nordique est amené en consultation pour le suivi de l'évolution d'un déficit tissulaire au niveau du palais mou. Celui-ci présente une fente palatine majeure au niveau de l'ensemble du palais mou. Les propriétaires ont assuré l'alimentation par des sondages mais il est possible maintenant d'envisager une approche chirurgicale.

Le chiot est anesthésié et positionné en décubitus dorsal.

La zone chirurgicale est désinfectée. une incision de chaque côté de la fente est pratiquée afin de dissocier la muqueuse oropharyngée de la muqueuse nasopharyngée. Dans un second temps, les muqueuses nasopharyngées sont suturées l'une à l'autre par des points simples en U au monofilament 3-0 monosof puis les muqueuses oropharyngées selon la même technique.

Une sonde naso-oesophagienne est mise en place afin d'assurer pendant les 15 premiers jours post opératoire l'alimentation du chiot. Une sonde d'oesophagostomie aurait pu aussi être mise en place.

Le chiot est revu 10 jours post opératoire. La cicatrisation est très avancée et de bonne qualité. le chien boit normalement et sans reflux ni gène. La réalimentation à la sonde étant de plus en plus difficile, nous choisissons de débuter la réalimentation par voie naturelle : 5 à 6 petits repas par jour.

Le chiot est revu 1 mois après l'intervention. la cicatrisation est complète. le chiot à doubler de volume et mange très bien.

Le chiot est une dernière fois revu à 10 semaines après l'intervention. Son comportement est normal. il mange et boit normalement sans gêne. Il prend du poids. par contre de légers écoulements nasaux sont notés avec parfois des éternuements. Le chiot étant dépourvu de voile du palais du fait de sa pathologie initiale nous suspectons des remontées de salive qui irritent un peu les voies aériennes supérieures. Un essai avec de l'homéopathie permettant le drainage des voie aériennes est tenté.

image 10 jours post opératoire : notez la cicatrisation de bonne qualité non pigmentée

image 10 jours post opératoire : notez la cicatrisation de bonne qualité non pigmentée

image à 4 semaines post opératoire : la cicatrisation est terminée

image à 4 semaines post opératoire : la cicatrisation est terminée

image à 10 semaines post opératoire

image à 10 semaines post opératoire

Partager cet article

Repost0