Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 octobre 2007 2 23 /10 /octobre /2007 23:16
    Plan de l'article :

         Radiologie classique
       La RVG
          Le scanner

I)  La radiologie classique



Le matériel :




L'idéal est de posseder un générateur spécifiquement dentaire (70 KV). Il pourra servir également pour les radios d'extrémités de petits carnivores ou de NAC.


                                               appareil mural


                                           génerateur sur roues




Les films :

Utilisation des cassettes : avec film mammographie.


   
sans cassettes: les films intra oraux




Les techniques
:


Technique de la bissectrice

a) cassette intraorale :
(cassette à mammographie + film mammo. mono couche). La cassette est introduite dans la bouche le plus loin possible. L'incidence du rayonnement est perpendiculaire à la bissectice entre l'axe de la racine et le plan de la cassette (flêche et droite bleu clair).

radio-new1.jpg



Cette incidence permet une bonne visualisation des racines de l'arcade incisive. Les canines apparaissent plus déformées.

   
b) extra orales :

Cassette extra orale, crâne disposée latéralement avec une angulation de 45°.  Incidence orthogonale par rapport à la cassette.
radio-new2.jpg



Cette incidence permet une visualisation correcte de l'ensemble des prémolaires et molaires (ainsi que les racines). La projection de l'apex de la canine est toutefois en superposition avec l'arcade controlatérale.


c) utilisation des films rétro alvéolaires :


                                            ex.film de taille 3 et 2




Chez le chat un film rétroalvéolaire de taille 3 ou plus permet une visualisation de presque toute la mandibule. Ici un contrôle radio après extractions multiples. On constate de nombreux spicules alvéolaires nécessitant une alvéoloplastie (fraîse crestotome qui malheureusement n'existe pas en petit modèle, mais on peut la remplacer par une fraîse tonneau diamentée).



 
Exemple N° 1 : Contrôle radiologique chez le chien montrant la différence entre la recession osseuse horizontale (physiologique) et la recession verticale ou cuneiforme (cercles) signant une pathologie parodontale (bourrage à hauteur de la furcation de la carnassière; poche entre la carnassière et la molaire.



radio-new-8.jpg 

radio-new-9.jpg














Exemple N° 2 : sur l'arcade incisive inférieure, une incisive mitoyenne gauche (cercle) dont la couronne est dysplasique et une pince gauche  manquante; la radio permet de comprendre l'origine des lésions : traumatisme coronaire  avec fracture sous gingivale. Les racines des deux incisives fracturées se sont soudées.



radio-new-5.jpg
radio-new-6.jpg
Exemple N°3
: cette arcade incisive comporte deux incisives centrales dont les couronnes paraissent dédoublées (4 ou 6 incisives ?) : la radio démontre qu'il n'y a que 4 racines  =
gémination

Définition : Anomalie constituée par la soudure de deux ou plusieurs dents. ((Le Grand Robert, Dictionnaire de la langue française, 1992, volume 4, p.862))
Sous-domaine : anomalie
Contexte : "La gémination résulte du dédoublement d'un germe dentaire dont les deux parties restent accoléés." ((LAUTROU A., Anatomie dentaire, Masson, 1998, p.246))
Note technique : La fréquence de la gémination est faible, cependant plus marquée en denture temporaire.
Équivalent anglais : gémination .



radio-new-10.jpg
                                       Exemple N°4 : sans commentaires !






                              
II ) Utilisation du capteur : la RVG (RadioVisioGraphy)
                                                   En fait trois systèmes numériques (Digora, RVG et Vista-Scan)



rvg-01.gif

 


Actuellement plusieurs capteurs  numériques sont sur le marché, ils ont la taille d'un film rétroalvéolaire (0,1, 2) et transforment le rayonnement X en image numérique directement et immédiatement utilisable à l'écran. L'image est facilement traitée, retouchée et archivée. L'étape du développement du film (fastidieuse) est supprimée et le gain en temps et en confort est appréciable. En outre les temps d'exposition sont très réduits (0,1 à O,2 sec) ce qui est un atout en radioprotection. Leur défaut réside dans leur fragilité aux chocs et aux morsures !

capteurs-hd.gif



Un investissement rentable ? (D'aprés le laboratoire Sirona)

La question n’est pas de savoir si la radiographie numérique est rentable, mais avec quelle rapidité elle le devient. Pour comparer les modes numérique et analogique, il ne suffit pas de considérer les prix d’achat. Le numérique suppose un investissement plus élevé au départ, mais une fois l’équipement amorti, la radio numérique ne coûte pratiquement plus rien – un gros avantage compte tenu de la longue durée de vie de l’appareil. Moins de frais de personnel, pas de dépense de matériel annexe. En plus, vous bénéficiez de la surcotation numérique. Pour celui qui s’installe, la radiographie numérique  est payante dès le premier instant.

  Radio numérique Radio sur film
Coûts fixes
  • Appareil intra-oral / Pano / Ceph
  • Ordinateur
  • Appareil intra-oral / Pano / Ceph
  • Développeuse
  • Chambre noire
Coûts variables  
  • Films
  • Produits chimiques
  • Frais de personnel (développement, nettoyage, etc.)

Plus de liberté !

Un commentaire de mon ami Athos du forum Eugenol:

"
on peut rajouter quant à la difference entre argentique et numerique:
pour l'instant un avantage à l'argentique quant à la definition d'image mais avantage qui tend à se réduire, par contre avantage au numérique quant à l'acquisition des gammes de niveaux de gris, travaillable par la suite.
Avantage au numérique quant a la quantité de rayonnements plus basse, mais souvent en pratique cet avantage est faussé par la facilité à multiplier les clichés."

Les unités de radiographie numérique n’ont pas besoin d’être reliées à un ordinateur précis puisque la carte de capture d’images (XAB) est déjà intégrée. A l’inverse, tout ordinateur connecté peut gérer n’importe lequel des boîtiers, et votre capteur intra-oral s’utilise sur tous vos boîtiers muraux. Pour vous, cela signifie moins d’ordinateurs et plus de liberté dans la configuration du réseau de votre cabinet.

"Alors que la radiologie numérique dentaire fête cette année le 20ème anniversaire de son invention, l’ensemble de la profession s’accorde à dire que l’imagerie numérique a pris une place majeure dans la dentisterie moderne. Bien au-delà de sa fonction fondamentale de diagnostic, l’image se transforme en support de communication. Elle établit un climat de confiance avec le patient. Elle facilite l’élaboration du plan de traitement le plus pertinent. Elle donne une image moderne et professionnelle du cabinet dentaire. Longtemps limitée aux capteurs intra-oraux, le numérique profite depuis plusieurs années à la radiologie panoramique : plus de développement de film, plus de produits chimiques, moins de rayons X, une productivité améliorée... Les avantages du numérique répondent plus que jamais aux attentes de la profession. Pour mieux y répondre, les industriels de l’imagerie redoublent d’efforts pour proposer des produits toujours plus fiables et performants (la qualité d’image du film est désormais atteinte). La simplicité d’utilisation est également devenue une préoccupation majeure des fabricants. En effet, le temps des pionniers est révolu, l’imagerie doit désormais être accessible au plus grand nombre." (ADF 2002)


Les capteurs actuels sur le marché :

                         avec fil                                                 sans fil          

  KODAK RVG 6000
KODAK RVG 5000
JULIE OWANDY DSX EVO 3
JULIE OWANDY Krystal X
GENDEX
TROPHY
  KODAK CR 7400
DIGORA Optime
JULIE OWANDY Krystal X / WiFi
GENDEX
TROPHY

 kodak.gif



   
                                                                                III)  Le scanner



scn.jpg



scaner-5.jpg         

Pour illustrer l'apport du scanner dans le diagnostic et le pronostic des affections tumorales de la face un cas clinique est présenté :

Ces clichés (scanner Hopital de Limoges) sont ceux d'un labrador de 6 ans présenté pour un nodule palatin ulcéré. Une première biopsie montre un tissu de fibroplasie infiltré par des cellules inflammatoires dont de nombreux éosinophiles. La néovascularisation et la congestion sont abondantes. Pas d'arguments en faveur d'une hypothèse néoplasique.

L'aspect histologique correspond à un granulome éosinophilique en phase de chronicité, toujours évolutif et ulcéré.
Devant le caractère extensif de la lésion (malgré la corticothérapie) et la déformation palatine de plus en plus nette une deuxième biopsie est réalisée ainsi qu'un scanner deux mois après la première biopsie.
                                 
                                               scan-2.jpg
- coupe transversale des cavités nasales : envahissement  complet des cavités nasales gauche;le septum est discontinu, la voûte osseuse palatine présente aussi une solution de discontinuité
: le "granulome" est infiltrant et colonise les structures supra palatines.   
        
scan-3.jpg

- coupe transversale plus frontale : dans la partie postérieure des cavités nasales le septum est réduit à sa partie dorsale, l'envahissement "tumoral" gagne le coté  gauche des cavités nasales à la faveur de la perte du septum. L'os palatin est respecté dans cette coupe.

scaner-5.jpg


- sur cette  vue  la  perte de  structure osseuse de la vôute palatine est  nette (coupe transversale), les 2/3  des fosses nasales sont envahies (coupe horizontale) .

La nouvelle biopsie (Laboratoire LAPSO ,Dr A. Poujade) montre une prolifération de cellules fusiformes, d'allure fibroblastique.Pas d'atypies cytonucléaires, quelques  mitoses. Cet  aspect histologique est évocateur d'une fasciite nodulaire : pseudo tumeur inflammatoire dont le pronostic est lié à l'accessibilité chirurgicale (ici catastrophique en raison de l'extension trés rapide de la tumeur ,un peu à la manière d'un fibrome).


Dans ce cas clinique le scanner permet de visualiser l'extension de l'envahissement tumoral et facilite le pronostic et l'éventuelle solution thérapeutique.


 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Retour Accueil: Clic Photo

  • : Odonto-stomatologie canine et feline. Orthodontie
  • Odonto-stomatologie canine et feline. Orthodontie
  • : Odonto-stomatologie vétérinaire. Techniques de corrections orthodontiques chez le chien et le chat, traitement endocanalaire, traitement des néoplasies, restauration dentaire
  • Contact

Texte Libre