Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 mars 2018 1 12 /03 /mars /2018 14:22
image pré opératoire de la tumeur linguale

image pré opératoire de la tumeur linguale

Un chien labrador de 12 ans est amené en consultation de référé pour des saignements buccaux apparus depuis plusieurs jours. Le chien va très bien, mange normalement mais les propriétaires rapportent des difficultés pour boire. Le chien joue normalement et n'a pas perdu son entrain.

En consultation, le chien a un examen clinique général normal si ce n'est une légère tuméfaction du nœud lymphatique rétro-mandibulaire gauche.

L'examen buccal ne révèle aucune anomalie dentaire par contre une plaie importante au niveau de la langue est identifiée côté gauche juste crânialement au frein lingual. Les bords de la plaie linguale ne sont pas net et le tissu interne de la plaie semble différent à du muscle lingual. Les propriétaires ne rapportant aucun contexte traumatique, l'hypothèse de section par morsure accidentelle semble peu probable.

Le chien est placé sous anesthésie. l'examen complet de la langue révèle la présence au sein de la plaie et au niveau de sa périphérie d'un tissu d'induration muriforme, avec à la base du frein labial une masse plurinodulaire. Une cytoponction de celle-ci évoque plutôt un phénomène carcinomateux. La ponction du nœud lymphatique rétro-mandibulaire gauche n'évoque aucun critère d'infiltration métastatique.

L'hypothèse d'un carcinome lingual est posé. Le pronostic est sombre face à ce type de néoplasie, vue le caractère agressif du processus et sa localisation. Les propriétaires sont désireux de soulager leur chien. Une approche chirurgicale conservatoire est alors proposée.

Le chien est anesthésié et placé en décubitus latéral droit. La gueule est maintenue par un pas d'âne en position ouverte. La masse est retirée via l'utilisation d'un bistouri électrique. cette technique apporte deux avantages :

- la cautérisation des petits vaisseaux permettant de limiter le saignement local

- la cautérisation des tissus permettant de bruler d'éventuelle cellules néoplasiques en limite d’exérèse. en effet, de part la localisation de la masse il est impossible sauf amputation quasi complète de la langue de réaliser une exérèse en marge seine

Avant fermeture du site chirurgical pas des points simples, une membrane biocompatible imprégnée d'adriblastine est implantée au sein du site d'exérèse puis la langue est recousue via des points simples au monofilament 2-0 Monosofe. A la fin de la chirurgie, du fait de l'exérèse de la masse, la langue présente une déviation de son extrémité.

Le chien est rendu sous anti-inflammatoire non stéroïdien (meloxicam), antibiotique pendant 8 jours. Le chien peut avoir une alimentation normale mais interdiction de jeux pendant 15 jours. Les propriétaires doivent s'assurer de la bonne utilisation de la langue notamment pour boire du fait de la déviation post opératoire.

Un contrôle à 1 mois est prévu au plus tard sauf comportement anormal du chien détecté par les propriétaires.

 

vue face ventrale de la langue en post opératoire immédiat

vue face ventrale de la langue en post opératoire immédiat

vue face dorsale de la langue en post opératoire immédiat

vue face dorsale de la langue en post opératoire immédiat

A J30, le chien est revu. Son comportement est normal, il mange et boit normalement et n'a plus aucun saignement buccal. Il n'y a pas de tuméfaction du nœud lymphatique rétro-mandibulaire gauche.

L'examen buccal révèle une cicatrisation complète de la langue et aucun signe de récidive. Du fait du processus néoplasique suspecté, le chien est laissé sous meloxicam pour limiter la récidive du phénomène.

vue face ventrale de la langue à j30

vue face ventrale de la langue à j30

vue gueule ouverte à j30

vue gueule ouverte à j30

Le chien présente une récidive 6 mois après la première intervention. cette récidive nécessite une amputation de la langue. le chien est suffisamment débrouillard pour se nourrir et boire malgré l'absence d'une grande partie de sa langue.

Pour limiter les risques de récidives qui cette fois ne pourront être régler par une chirurgie, un protocole de chimiothérapie métronomique avec du chlorambucile ( 2mg/m²/j) et du meloxicam (0.1mg/kg/j) est mis en place assorti d'une surveillance des grandes fonctions organiques.

Le chien se porte bien les 6 mois suivant cette nouvelle intervention sans présenter d'anomlie quelle qu'elle soit.

récidive à 6 mois

récidive à 6 mois

image post opératoire immédiate de la seconde opération

image post opératoire immédiate de la seconde opération

controle 1 mois après la seconde opération

controle 1 mois après la seconde opération

Partager cet article
Repost0
30 octobre 2017 1 30 /10 /octobre /2017 18:44
vu per opératoire lors de la taille des incisives

vu per opératoire lors de la taille des incisives

Un chien coton de tuléar est amené en consultation suite à la perte de 1 incisive mandibulaire. Le chien à une articulé en 6/5. Celle-ci a subi un traumatisme important quelques mois plus tôt. Une parodontite sévère s'est alors développée au niveau de cette incisive entraînant sa chute. La demande est de reconstruire un articulé incisif mandibulaire esthétique.

Une radiographie de l'extrémité de la mandibule est réalisée montrant l'impossibilité de la pose d'implants par manque d'espace suffisant sur le plan osseux. Décision est prise de réaliser un bridge en appui sur les 4 incisives mandibulaires restantes.

La première étape consiste à tailler les 4 incisives et à prendre une empreinte pour permettre au prothésiste de réaliser un bridge céramo-métal.

La seconde étape permet le collage du bridge avec une colle auto-polymérisable type Ortho Fuji plus. 

Consigne est donnée d'interdire tout jeu de tirage à ce chien.

vue post collage du bridge

vue post collage du bridge

vue à l'occlusion

vue à l'occlusion

Partager cet article
Repost0
27 octobre 2017 5 27 /10 /octobre /2017 17:29
image pré opératoire de l'épulis = notez l'infiltration palatine

image pré opératoire de l'épulis = notez l'infiltration palatine

un chien Shi Tsu de 4 ans est amené en consultation pour la présence d'une masse inflammatoire infiltrante centrée sur les PM 2-3 maxillaires gauches (dent 206/207). Cette masse infiltre l'ensemble de la gencive attachée mais aussi la muqueuse palatine. elle est indurée et bien adhérente. Cela ne gène en aucune façon le chien pour son alimentation ou son jeu.

Une biopsie est d'abord réalisée en vue d'identification de la nature histopathologique de ce processus. EN effet, face à un épulis simple la gestion sera moins invasive qu'en cas de mélanome ou de fibrosarcome plus agressif.

Le résultat revient en faveur d'un épulis fibrosant, masse proliférative bénigne et peu infiltrante du  tissu gingivale. Décision est prise de retirer cette masse.

Afin d'assurer une exérèse in integrum de cet épulis, les deux PM dent 206/207 prise au sein même de cette masse sont extraites. La masse est retirée à l'aide d'un bistouri électrique (servotome). UN lambeau muqueux est découpé et isolé puis glissé jusqu'au site d'extraction. celui-ci est fixé par des points simples monofilament résorbable 4-0 à la muqueuse palatine et gingivale.

Consignes sont données d'une alimentation molle 15 jours et d'aucun jeu de mordant 1 mois.

image post opératoire immédiate

image post opératoire immédiate

Partager cet article
Repost0
26 octobre 2017 4 26 /10 /octobre /2017 18:53
vue pré opératoire de la masse

vue pré opératoire de la masse

vue pré opératoire de la masse noter l'infiltration palatine

vue pré opératoire de la masse noter l'infiltration palatine

UN chien croisé berger de 10ans est amené en consultation pour une tuméfaction chronique au niveau de la babine maxillaire gauche. A l'examen clinique, une masse gingivale infiltrante au niveau de la canine (dent 204) et de la PM1 (dent 205) est identifiée. Elle infiltre l'ensemble de la gencive attachée et une partie de la muqueuse palatine. Un bilan d'extension local ne montre pas de tuméfaction des noeuds lymphatiques. 

Décision est prise avec les propriétaires de procéder à une gestion chirurgicale de la masse.

La masse est dans un premier temps retirée par section au bistouri électrique (servotome). Le parodonte vestibulaire de la canine 204 est fortement remanié. La dent est donc extraite ainsi que la PM1 maxillaire gauche (dent 205). Les alvéoles sont meulées à l'aide d'une fraise diamantée. Le tissu gingival périphérique ainsi que le tissu palatin sont parés sur 5mm de largueur par rapport au marge d'exérèse de la masse.

image per opératoire après résection de la masse gingivale

image per opératoire après résection de la masse gingivale

image per opératoire après extraction des dents 204 et 205

image per opératoire après extraction des dents 204 et 205

radiographie per opératoire de l'alvéole dentaire de la dent 204 = aucun signe d'infiltration

radiographie per opératoire de l'alvéole dentaire de la dent 204 = aucun signe d'infiltration

Un lambeau muqueux est découpé et isolé. Celui-ci est ensuite glissé sur le site d'extraction est suturé aux marges gingivales et palatines avec des points simples et un fil monofilament résorbable 4-0.

Consignes sont données de ne pas laisser au chien la possibilité de jouer et de lui distribuer une alimentation molle.

image post opératoire immédiate après fixation du lambeau muqueux

image post opératoire immédiate après fixation du lambeau muqueux

Partager cet article
Repost0
26 juin 2017 1 26 /06 /juin /2017 09:43
vue de face babine relevée

vue de face babine relevée

vue interne de l'avulsion

vue interne de l'avulsion

Un chien berger allemand de 2 an est amené en consultation de dentisterie suite à une bagarre avec un autre chien. Celui-ci présente un saignement buccal abondant avec une tuméfaction de la babine maxillaire droite.

A l'auscultation, le chien présente une avulsion vestibulaire partielle traumatique de la canine maxillaire droite (dent 104).

Sous anesthésie, des radiographies de la dent 104 sont réalisées montrant son intégrité structurelle. Décision est prise de sauvegarder la dent en pratiquant une réimplantation manuelle et une contention en résine.

L'alvéole dentaire n'est en aucun cas nettoyée, la dent est replacée manuellement dans sont alvéole. Une résine de contention (Orthoresin) est moulée depuis la dernière incisive maxillaire droite (dent 103) jusqu'à la troisième prémolaire maxillaire droite (dent 107). Celle-ci est ensuite collée avec une colle photopolymérisable (Ortho Fugi LC) et laissée en place 4 semaines.

Le chien ne doit pas jouer avec des jeux de mordant et doit bénéficier d'une alimentation humide tout au long de la correction.

une radiographie de contrôle de la dent sera réaliser dans un an pour s'assurer de la bonne évolution de celle-ci.

vue post opératoire

vue post opératoire

Partager cet article
Repost0
7 avril 2017 5 07 /04 /avril /2017 16:07
image pré opératoire : la fente touche la fin de la muqueuse du palais dur et le début de la muqueuse du palais mou. Les points présents sont ceux de la chirurgie précédente

image pré opératoire : la fente touche la fin de la muqueuse du palais dur et le début de la muqueuse du palais mou. Les points présents sont ceux de la chirurgie précédente

Un chat est amené en consultation de dentisterie pour un avis sur la gestion d'une fente palatine traumatique chronique récidivante. Celle-ci a bénéficié de 3 interventions qui ce sont soldées par des échecs systématiques, la dernière en date étant la réalisation d'un lambeau muqueux latéral.

Il s'avère que réaliser une intervention est nécessaire pour le confort de ce chat mais les complications post opératoire notamment de déhiscence seront plus importante du fait des fibroses tissulaires locales cicatricielles provenant des précédentes chirurgies.

Une chirurgie est proposée selon la technique de double lambeau muqueux palatin de Van Langenbeck.

Cette technique consiste à inciser les lambeaux médialement tout au long de la fente palatine et latéralement à quelques millimètres des faces palatines des prémolaires et molaires. Ensuite les lambeaux sont décollés à l'aide d'un élévateur périosté fin en prenant garde de ne pas léser la vascularisation principales du palais : les artères palatines sortant par des foramens à hauteurs des racines crâniales des PM4 maxillaires.

Les lambeaux étant décollés, ceux-ci sont suturés par points simple au monofilament résorbable tous les 2mm.

Le chat est rendu sous anti-inflammatoire et alimentation molle pendant 15 jours. Le lendemain de la chirurgie, le chat ne présente plus aucune gène respiratoire notamment lors de la prise alimentaire.

image per opératoire de la création des lambeaux selon la technique de Van Langenbeck

image per opératoire de la création des lambeaux selon la technique de Van Langenbeck

visualisation du lambeau per opératoire après décollement

visualisation du lambeau per opératoire après décollement

image post opératoire immédiate des sutures des deux lambeaux de glissement : les incisions latérales vont cicatriser par seconde intention

image post opératoire immédiate des sutures des deux lambeaux de glissement : les incisions latérales vont cicatriser par seconde intention

Partager cet article
Repost0
17 novembre 2015 2 17 /11 /novembre /2015 17:40
image avant la correction orthodontique

image avant la correction orthodontique

Un jeune Berger Shetland est amené en consultation pour une anomalie de position de la canine maxillaire 204 (CmaxG) = la mésialisation de la canine 204, affection fréquemment rencontrée chez le berger Shetland. La canine 204 vient percuter face linguale la canine 304 au niveau du collet dentaire provoquant un déplacement vestibulaire de celle-ci.

Le traitement orthodontique est la seule issue pour préserver les dents. Celui-ci est accepté par les propriétaires après explication des avantages et des inconvénients et mis en pratique le jour même. La correction de la vestibulisation de la 304 sera envisager secondairement après la correction de la mésialisation de la dent 204.

Le jeune chien est tranquilisé (association dexmédétomidine et butorphanol) et placé en décubitus dorsal.

Des cales en résine othodontique (Orthoresin, Dentsply) sont façonnées sur les PM3/PM4/M1 maxillaires gauche (du côté du défaut) et droit (cale controlatérale neutre évitant la déviation de la mandibule).

Les cales sont ensuite collées (colle GC Fugi Ortho LC). Un bracket est collé sur la cale maxillaire gauche après réalisation d'une petite cavité d'insertion avec une fraise cône renversé.

Un anneau de colle GC Fugi Ortho LC est réalisé au niveau de l'extrémité de la canine 204. Une chaînette de traction est mise en place entre la canine 204 et le bracket collé sur la cale en résine.

La traction de la chaînette est contrôlée tous les mois le temps de la correction. La correction chez ce chien est obtenue au bout de 10 semaines soit après deux changements de chainette.

 

image de la correction orthodontique à J0

image de la correction orthodontique à J0

Partager cet article
Repost0
7 juin 2014 6 07 /06 /juin /2014 08:05

pré op 

Les fentes palatines sont une non jonction des deux hémi-palais osseux et tissulaires. Elles peuvent intéresser l'intégralité du palais dur et/ou du palais mou ou partiellement chacun d'eux. Les fentes palatines se rencontrent majoritairement chez le chiot ou le chaton nouveau-né (fente palatine d'origine congénitale) mais elles peuvent aussi apparaitre lors d'un trauma facial chez un individu adulte. Les conséquences principales sont une difficulté pour s'alimenter et un passage des fluides buccaux et du bol alimentaire dans les voies aériennes supérieures provoquant éternuements, sinusite purulente, etc. intub[1]

 

Ce chiot de race Shi Tsu de 1.5 mois et pesant 410g au moment de la chirurgie illustre un cas de fente palatine congénitale intéressant l'ensemble du palais dur ainsi que du palais mou. Le chiot est dans l'incapacité de téter et sa propriétaire le sonder pour le nourrir. La wardill1[1]chirurgie correctrice est décidée.

 

 

 

 

La technique employée est inspirée de la technique de Veau-Wardill-Kilner utilisé en     chirurgie humaine.

 

 

Cette technique consiste, dans un premier temps, à raviver les marges mésiales de chaque hémi-palais tissulaire ainsi que d'insister le tissu palatin le long des arcades dentaires maxillaires jusqu'aux arcs palatoglossiques. Chez ce chiot, la contrainte principale de cette chirurgie a été la place disponible dans la cavité buccale pour réaliser le travail.

 

La seconde étape permet de décoller délicatement en épargnant les principaux faisceaux vasculaires (les artères palatines majeures et mineures de chaque côté) les deux lambeaux de tissus palatins.

 

post opLa dernière étape consiste à réunir ces lambeaux à l'aide de points simples afin de recréer une séparation physique entre les cavités nasales et la cavité buccale.

 

 En post opératoire immédiat, le chiot a présenté de nombreux éternuements avec des expectorations sanguinolentes consécutives à la chirurgie. Dans les premières 24h, le chiot a mangé sans problème des croquettes humides. Durant les 15 jours suivant la chirurgie, les éternuements ont progressivement régressé jusqu'à être quasi inexistant. Le chiot a augmenté sa masse corporelle de 50% en 15jours passant de 410g à 650g.

 

Au contrôle des 15jours, le chiot est en bon état général, présente quelques écoulements séreux au niveau des narines. L'observation du site chirurgicale révèle une cicatrisation à 80% du palais dur par contre les points réalisés au niveau du palais mou n'ont pas tenu. Il est convenu avec la propriétaire de prévoir une réintervention dans quelques mois sachant que le chiot se porte bien et tolère sans problème sévère l'absence de cicatrisation du palais mou.

Partager cet article
Repost0
6 novembre 2012 2 06 /11 /novembre /2012 18:31

Un Westie de 10 ans a déjà présenté une tuméfaction chaude au niveau  parotidien ; après un diagnostic sommaire "d'abcès" un premier traitement antibiotique a permis d'observer une récupération rapide de l'animal et une diminution de  rapide de la masse. Deux mois après on assiste à une rechute . La masse est peu douloureuse mais aussi volumineuse .Une ponction à l'aiguille fine montre de très nombreux polynucléaires neutrophiles et des images de phagocytose de germes . Le diagnostic d'abcédation est confirmé mais comme la région sous parotidienne est complexe il est encore difficile de préciser s'il s'agit d'un ganglion purulent en son centre ou d'une infection de la glande salivaire.

L'animal devant être détartré ce détartrage est entrepris : voir la vidéo 1 et la video 2

Il reste à déterminer l'origine de l'abcédation : corps étranger , contamination rétrograde, pathologie apicale de M1 ou M2...

Partager cet article
Repost0
11 janvier 2011 2 11 /01 /janvier /2011 15:27

 

 

 

  1° cas clinique

 

 

 

implantation-531.jpg

Un chien berger de grande taille agé de 15 mois présente une agénésie de la 4° prémolaire mandibulaire gauche. Dans un soucis esthétique les propriétaires souhaitent la pose d'une couronne céramo-métallique sur implant.

FLECHE.jpg

Sur ce cliché le diastème constitué par l'absence de la prémolaire en avant de la carnassière est facilement reconnaissable (flèche bleue). On peut déjà remarquer la présence de tartre sur la carnassière supérieure (partie mésiale).

 

 

 

 

implanto3.jpg

implanto2.jpg

 

 

 

 

 Les radios (RVG Julie) montrent une hauteur d'os suffisante (>13 mm, photo de gauche) et une épaisseur mandibulaire correcte (>7mm en en linguo-vestibulaire).La qualité de l'os semble correct en densité.

 

 

 

 


30-juin-0027.JPG

Le choix de l'implant se porte sur un implant universel TEKKA : In -Kone Universal de diamètre 3,5 mm et de longueur 8,5 mm.Il s'agit d'un implant cylindro conique avec profondeur de filetage croissant. Ler filetage cervical est dit "Twinthread" avec dédoublement pour une meilleure répartition des contraintes et une préservation de l'os cortical.La pointe est constituée par une triple ailette autotaraudante.

 

Les étapes chirurgicales ainsi que  les phases de forage et d'implantation ont été conduite sous les directives du Dr H.P FABAS , stomatologiste.

 

 

30-juin-0031.JPG

Dissection de la crête gingivale à l'élévateur de Molt.

Séquences de forage: foret pilote pointeur de 2mm,foret étagé de 3mm (1000 tours/mn) puis foret terminal de 3,5 mm(100 tours/mn).

Préhension de l'implant avec la clé porte-implant contre-angle ou manuelle

Vissage en bouche, couple maximum d'insertion : 70 N.cm - 15tr/min

 

30-juin-0033.JPG

 

Mise en place de la vis de couverture avec la clé porte-implant manuelle. Serrage manuel (10 N.cm maximum)

implanto1.jpg

 

Radio de contrôle post-op.05.JPG

Après 3 mois d'osteo-intégration :aspect tuméfié de la muqueuse traduisant une légère surinfection sur le site attribué à une mauvaise résorption des sutures résorbables  (vicryl tressé qui ne constituait pas le bon choix : le Pds monofil aurait été préférable).

06.JPG

Anesthésie locale a l'articaïne adrénalinée en vue d'une réouverture du site d'implantation : incision crestale à la lame de 11.

10.JPG

Positionnement du transfert d'implant dont une face est plane pour faciliter son repérage dans l'empreinte.

14.JPG

Prise d'empreint classique au silicone : double empreinte (lourd+leger)

25-2-.JPG

26.JPG
 le positionnement du transfert (en bas à droite l'analogue d'implant)

27.JPG

positionnement du transfert coiffé de l'analogue

32.JPGUne vis de couverture (avec hauteur de muqueuse 1.5 mm) est placée . Pas de sutures sur la muqueuse.

vis-insertion.jpg15 jours aprés la mise en place de la vis de cicatrisation la muqueuse semble correcte (l'indication 1,5 sur la vis signifie qu'elle ménage une hauteur de muqueuse de 1,5 mm.

transfert2-copie-1.JPGUne vue du platre avec le transfert (Pop-up) en place sur l'analogue d'implant.

transfert-X.jpg

 

Une autre vue du platre avec positionnement d'un pilier droit vissé en lieu et place du transfert :le faux moignon est un pilier droit indexé de diametre 5 mm ,hauteur de muqueuse 1,5 mm

 

janvier-2011-1705-copie-1.JPG

Essayage et vissage du faux moignon droit.

Collage de la couronne céramo métallique qui s'adapte bien mais qui ne nous satisfait pas esthétiquement en raison du hiatus muqueux au collet mésial . Il faut espérer une légère hypertrophie gingivale mésiale avec le temps pour combler le manque de hauteur muqueuse (peut être aussi lié à une chape métallique trop volumineuse.


 

 

 

 


2° cas clinique 

L'incisive (11) de ce jeune Snauzer a été fracturée accidentellement
ne laissant dépasser qu'une moitié coronaire.
Après pulpectomie et obturation (Zoe) une
reconstitution en céramique est envisagée.
 


decembre-09 6048
PICT0034Une première empreinte est prise avant la mise de dépouille pour réaliser une provisoire en résine (la 22 et la 23 ont été cassées sur le moulage par la suite).


decembre-09 6073Aprés la taille du moignon (à la suite de la pulpectomie et traitement endocanalaire) empreinte unitaire en technique de la double empreinte .

PICT0045
Aprés préparation du canal,  un calcinable est placé avant une nouvelle empreinte.

PICT0033
decembre-09 6074              Pose d'une provisoire en résine

PICT0033A partir de cette empreinte,  l'inlay core et la couronne céramique définitive sont élaborés
PICT0046                 Couronne céramique
PICT0047            L'inlay core
PICT0048              Les deux éléments
schnauzer 2

                                                              La couronne scellée (Fuji )

 

 

 

 

Deux mois aprés le scellement, chute de la couronne : voir cliché ci-dessous

 

garidel-1.jpg

La radio montre une égression du fragment radiculaire résiduel (la fleche bleue représente la différence de hauteur de l'apex des deux incisives centrales 11 et 21) . L'extraction du séquestre radiculaire est décidée. Le site alvéolaire est inflammatoire et légèrement exsudatif autour du fragment. L'avulsion est aisée.

garidel groupé

 

Sur ces deux clichés pris aprés l'obturation (à gauche) et aprés la dépose de la provisoire (à droite) on remarque déja, outre le granulome apical, un début  d'égression radiculaire. La perte de l'inlay était prévisible !

 

 

garidel-2.jpggaridel-3.jpg

 

Une  radio de contrôle permet de s'assurer de la qualité de l'avulsion. Dans l'optique d'une possible mise en place d'implant,  la cavité alvéolaire est remplie de substitut osseux macroporeux  type Bio actis granules (photo de droite) : ce substitut macroporeux contient de l'hydroxyapatite et du phospahte tricalcique beta. La dissolution du phosphate tricalcique libère des ions calcium et phosphate qui intergissent en précipitant  en hydroxyapatite similaire à l'os naturel.

garidel-2.jpg

Aprés 3 mois la cicatrisation semble radiologiquement correcte et l'hydroxyapatite a rempli correctement le déficit osseux.La pose d'un mini implant est décidée.

 

orimplant-1.gif

                                                            Le mini implant "or-implant"

orimplant-2.gif


Contrairement aux implants de taille "classique", les mini implants jouent de la nature visco-élastique du tissu osseux, ceci à la manière des vis de fixation orthopédiques. Le protocole chirurgical des Minis implants ne requiert pas d'ostéotomie sur toute la longueur du foret, mais juste un forage de la corticale, ou d'un tiers environ de la longueur filetée de l'implant. L'implant est capable de forer son chemin dans l'os alvéolaire, avec aisance et efficacité.
Son filetage particulier permet un contact intime entre l'os et la surface de l'implant, assurant une stabilité primaire permettant une mise en charge immédiate, avec succès.
Le MDL est profilé pour résister à un couple de torsion élevée. Son point de fracture est à 86 Ncm.


Tissus mous et Interface Prothétique:
  • COL POLI MIROIR
  • L'implant MDL a été conçu avec un col lisse, afin d'optimiser la réponse des tissus mous à ce niveau. Tous les instruments Drive-Lock s'engagent sur la tête sphérique de l'implant avec précision. Le pilier lui, s'engage intimement sur le chanfrein situé au sommet du col.
    Ce chanfrein indique le niveau correct de placement de l'implant. Deux options prothétiques sont offertes avec les MDL : overdentures, avec les Orings (joints toriques dans leurs capsules métalliques), qui sont capturés dans la prothèse amovible existante ; ou prothèse fixée transitoire, avec les piliers scellés sur les têtes d'implants.
    Le pilier fonctionne aussi comme transfert et peut être fraisé au laboratoire pour établir le parallélisme.

 

 

fab2.jpg

Aprés 3 mois un implant "Or-Implant" est placé dans le diastème résiduel.

 

La muqueuse est décollée en vestibulaire" et lingual à l'élévateur décolleur de Molt après une incision crestale à la lame de 11.L'implant Or -Implant est un Implant de 10 mm avec un diamètre de 2,5 mm .Il est mis en place après forage à 1 mm , puis vissage manuel et blocage à la clé dynamométrique.La muqueuse est suturée en vestibulo lingual avec un point unique au résorbable.

fab3.jpg

fafa1.jpg

 

Un attachement femelle muni d'un "O-Ring" est clippé sur la tête de l'implant (partie mâle)

jusqu'à totale insertion.Il tourne facilement sur la tête de l'implant et joue le rôle d'une vis de cicatrisation ou vis de couverture (hauteur 2 mm environ).

fafa2.jpg




 

 

Aprés 12 semaines d'osteointégration (temps trop court !) une radio de contrôle ne montre pas trop de signes de non intégration.

garidel-31.jpg

garidel-12.JPG

Le "O Ring " est bien toléré par la muqueuse gingivale

 

 

garidel11.JPG

Le "O Ring" faisant office de vis de cicatrisation esr retiré.

gridel-13.JPG

 

                            Positionnement du transfert de laboratoire avec un méplat d'orientation et des rainures de rétention.

garidel-14.JPG

gardel-16.jpg

Vue agrandie du transfert de laboratoire .

 

garidel-15.JPG

Prise d'empreinte en technique de double empreinte et expédition au laboratoire avec avec l'analogue de laboratoire.

 

or-implant.JPG

L'implant "or implant" avec de gauche à droite , l'O Ring , le pilier , le transfert de laboratoire.

 


garidel-82.JPGCi dessus l'unitaire avec l'analogue d'implant en place.


A réception de la couronne céramo-métallique (Inlay-onlay) celle ci est placée aprés retrait du capuchon constitué par le "O ring".

garidel-80.JPG

garidel-84.JPG

La couronne en place.

 

 

 

3° cas clinique 

 

  Chien de 2 ans ayant accidentellement perdu la 23. Aprés 6 mois de cicatrisation il est décidé de placer un implant .

 

agenesie.JPG

 

implant.JPG

La chirurgie d'abord est classique ; la contention des lambeaux d'accés est assuré par un assistan muni de pinces a préhension mousse et d'une griffe sur manche souple.L'implant est vissé avec les mêmes séquences que le cas précédent:

Dissection de la crête gingivale à l'élévateur de Molt.

Séquences de forage: foret pilote pointeur de 2mm,foret étagé de 3mm (1000 tours/mn) puis foret terminal de 3,5 mm(100 tours/mn).

Préhension de l'implant avec la clé porte-implant contre-angle ou manuelle

Vissage en bouche, couple maximum d'insertion : 70 N.cm - 15tr/min

boite-yekka.JPG

Une vue de la trousse  Tekka utilisée.

pinces.JPG

Les deux systèmes de préhension des volets du lambeau d'accés

fotrets.JPG

De bas en haut: fraise boule pour la prépararion du site osseux,foret pilote pointeur de 2 mm, foret étagé de 3 mm, foret terminal de 3 mm.

boite-tekka.JPG

Une vue rapprochée du foret terminal avec les deux repères à 8,5 et 11,5 mm.

clef

En haut le tounevis servant à la préhension  et au vissage de l'implant.Dessous la clef dynamometrique pour le serrage définitif.

vis-couvert.JPG

La vis de couverture de couverture est placée dans l'intrados de l'implant

sutures.JPG

Le lambeau est refermé avec deux points résorbables (polysorb 2-0)

 

 

 

4° cas clinique avant vis couvertureL'implant est ostéointégré depuis 4 mois sur ce beauceron qui a perdu ses deux PM3 maxillaires (ici la droite ,27).Aprés incision de la crète gingivale la vis de couverture est exposée.

transfert implant

Une vue de l'insertion du tranfert d'implant Pop Up vis longue avant l'empreinte.

 

vis de couverture

Pose de la vis de cicatrisation .La 17 est absente sur l'autre arcade. Elle sera également implantée

premol ceraUne vue de la couronne céramique sur la 17 (symétrique de la 27) scellée sur le faux moignon in kone universel tekka DFMLDVC15H3 droit.

Partager cet article
Repost0