Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 septembre 2007 6 22 /09 /septembre /2007 22:40



Chez ce jeune bouvier bernois l'occlusion  de classe  I  avec des rapports  squelettiques excellents montre toutefois un articulé incisif inversé en pinces. Les incisives centrales inférieures sont vestibuloversés  alors que tous les autres rapports d'occlusion (canines, prémolaires et molaires ) sont corrects.



vis-tom1.jpgvistom2.jpg






















Le traitement a constitué en la mise en place d'une vis  (Tomas) orthodontique dans le plancher mandibulaire sur lequel une chainette de traction est appliquée (
La spider screw de diametre 1,5 longueur 7 mm a été placée en forage semi-direct (vis autoforeuse) aprés fraisage cortical avec fraise Maillefer E 0123 iso 010 WC 19 mm. La vis est montée sur un axe cruciforme  AXCT1K pour contre angle (rotation lente) . Sa stabilité sur la face vestibulaire des incisives est assurée par un bracket à anse dans laquelle est engagé un des maillons. Le bracket compte tenu de sa taille emjambe les deux incisives, il a été collé aprés mordançage de l'émail avec verre ionomère Ortho Fuji LC. La tension de la chainette est équlibrée sur les deux cotés; elle est glissée en interproximal entre les pinces et les mitoyennes.

bouvier-fin.jpg


Aprés deux semaines seulement le recul des incisives centrales est trés net; sans doutes trop rapide (excés de tension de la chainette), la gencive marginale est en récession et une petite poche vestibulaire est visible. La chainette est retirée et les incisives mandibulaires reviennent lentement au contact des supérieures. La vis laissée en place pour une récidive éventuelle  ou une traction sur une autre dent s'est avérée traumatisante pour la face inférieure de la langue, lors de la visite de contrôle elle  est equipée d'une nouvelle chainette pour légèrement lingualer la mitoyenne droite qui est un peu vestibulo-versée. Sur la mitoyenne un bracket est collé pour éviter le glissement de la chainette. Une goutte de verre ionomère est déposée sur la tête de la vis pour la rendre plus atraumatique.

retrait-vis.jpg


Le jour du retrait de la vis orthodontique, le saignement est minime, effraction tissulaire trés réduite. La mitoyenne droite est alignée sur l'arcade (légère béance du sulcus provoquée par l'excés de colle), les pinces se sont légèrement vestibulées et retrouvent la ligne d'arcade.

bouvier-fin1.jpg


L'occlusion est trés correcte ; elle sera stabilisée par la mise en place d'une gouttière en ortho résine sur l'arcade incisive inférieure pendant un mois pour prévenir la récidive.

 

Partager cet article

Repost0
17 septembre 2007 1 17 /09 /septembre /2007 17:09




La pose  de jaquettes d'acier sur les crocs de chien de ring impose le plus souvent lors de manque de hauteur de moignon coronaire résiduel la mise en oeuvre d'une élongation coronaire à la faveur d'un lambeau d'accés.




iron-canines.jpg

30-juin-4630.JPG

l'élongation coronaire est réalisée au détriment de la racine et de l'os alvéolaire marginal




A) Exemples de cas cliniques




1° exemple :


iron-2.jpg

                                                                                      Berger malinois

Ce cliché illustre l'accés par lambeau de pleine épaisseur disséqué à l'élévateur périosté, à la suite de deux incisions de décharge, au versant vestibulaire  et lingual de l'alvéole. La mise de dépouille est facilitée par ce lambeau d'accés. Ici un congé classique, terminé par une rainure distale nous permettant au moment de la pose une mise en place plus facile de la couronne ; scellement au  verre ionomère Fuji. Sutures au fil résorbable sans tension. Pansement au coe pack.

depouille.jpg

iron20.jpg
    Vue du set up et de l'intrados de la couronne, la rainure est nettement visible.

iron21.jpg
                                La couronne en place sur son moulage.

iron22.jpg


                              Vérification de la qualité de l'occlusion et scellement.




2° exemple : couronne clavetée


Dans le cas ci-dessous la couronne est clavetée, et sans pivot. La clavette est visible en partie mésiale de la couronne.


La couronne sur le modèle en place avec la clavette positionnée et la fraise pour la taille du tunnel coronaire.





3° exemple : couronne à pivot type Richmond




Une préparation pour couronne avec pivot type Richmond

taille-pivot.jpg



4° exemple : gold canine  !!


gold.jpg



Non ce n'est pas  de l'or ! Il s'agit d'une couronne acier recouverte aprés la pose d'un film doré trés fin simulant une couronne en or. La dentisterie est souvent triste, il faut parfois s'amuser.





5° exemple


Un exemple de fracture du croc sous la couronne acier  (cliché du Dr F. Debette)

 

6° exemple


petite couronne de forme trop conique . Aprés un premier descellement avec une colle un second scellement au ciment verre ionomère a été préféré.



7° exemple :couronne en céramique (céramo-céramique)courte et massive sur un moignon taillé de canine de jeune berger allemand.





B) Les  produits de scellement



1) les ciments Verre ionomère de scellement modifiés (à la résine)
exemple GC Fuji Plus.
Leurs performances sont liées à la combinaison résine +verre ionomère. S'adaptent à beaucoup de types de scellement : restauration sur base métallique, couronnes acier... .

2) les résines

acier-copie-1.JPG

Exemple de couronne scellée au verre ionomère.La stabilité prime sur l'esthétique : l'insertion sous gingivale est visible en raison de l'élongation coronaire au détriment de la racine. A terme il est probable que la racine recouvrant l'acier se rétracte.

 




Partager cet article

Repost0
4 septembre 2007 2 04 /09 /septembre /2007 00:35
 

        

Lors de reconstitutions coronaires (difficiles , fragiles et donc  plutôt peu pratiquées chez   les carnivores) le matériau utilisé outre ses propriétés biologiques souhaitables  doit  posséder des propriétés mécaniques suffisantes pour résister aux contraintes lors de la mastication (A.Auther).



Lorsqu'une reconstitution doit avant tout etre fonctionnelle,  elle fera appel à  un matériau   métallique : l'amalgame.
          

     Lorsqu'une reconstitution doit avant tout etre esthétique (cas le plus rare dentisteri
     vétérinaire )  elle peut faire appel à un matériau organo minéral : les composites ou le verre ionomère.
              


D'un point de vue pratique, et donc naturellement simplifié, les  amalgames  seront essentiellement utilisés comme matériau de comblement  ou d'obturation lors de la phase finale d'un traitement endocanalaire de canine par exemple où la face occlusale est exposée à des traumatismes violents. Les  amalgames nous serviront également lors de comblement de caries postérieures (classe I) aprés protection pulpaire si la carie est profonde. Les composites seront placés sur des caries de clase II et III, jamais en face occlusale. Lors de caries de classe IV, ils seront utilisés plutôt sur des chiens de petites races avec le plus souvent un tenon radiculaire et/ou des pins  de renforcement. Les verres ionomères seront réservés aux lésions du collet chez le chat dans leur phase débutante (stade I et II).

D  


   

 

 

Les composites

Les composites sont constitués d’une matrice, la résine proprement dite (généralement du bisglycidyl méthacrylate) à laquelle est incorporée par l’intermédiaire d’un agent de couplage ou liant (silanes) des particules de silice qui le renforcent. Ce type de reconstitution placé sur les faces occlusales de dents à cuspides est le plus souvent de courte durée et cela surtout dans les grandes races en raison des traumas rapidement destructeurs que leur infligent les chiens.
On les réservera aux incisives de petits chiens en ménageant une sous occlusion sur la dent reconstruite pour soulager son occlusion et la préserver des chocs
.
Les plus adaptés à la dentisterie vétérinaire  sont les composites postèrieurs de préférence photopolymérisables mais qui nécessitent l’acquisition d’une lampe .
Dans la polymérisation,c’est l’énergie véhiculée par les rayonnements électromagnétique, qui, lorsqu’elle est absorbée par un photo-amorceur, libère des radicaux libres qui réagiront avec le monomère en l’activant. C’est en fait une réaction en chaîne qui permet d’aboutir, à partir de monomère initial à un complexe macromoléculaire (polymère réticulé) de structure tridimentionelle irréversible.

Les composites ont une contraction en volume et lors de leur durcissement c'est la raison pour laquelle ils doivent être collés aprés une phase de mordançage ou "etching" à l'aide d'acide orthophosphorique  à  30% par exemple de façon à cratériser la surface amélaire pour la rendre rétentive.

schema-restauration-copie-1.jpg

composite-1.jpg
 
Sur ce schéma le composite (en rose) a été appliqué sans mordançage  de  l'émail : le joint est de mauvaise qualité malgré l'interposition d'un agent de liaison (collage) entre émail et dentine. Cet agent de laison est nécessaire en  raison de la rétractation du composite pendant sa polymérisation; il constitue un "collage" visant à combler le hiatus de rétractation. L'agent de liaison est fluide et réalise en se polymérisant une multitude de micro-ancrages.
 

composite-2.jpg
Sur cet autre schéma le composite (en rose) a été appliqué aprés
mordançage  de  l'émail : le joint est de bonne qualité (rétentions mécaniques)

composite-3.jpg
 
Sur cette vue agrandie du schéma supérieur la rétention mécanique crée par l'acide sur l'émail aprés 20 secondes environ permet à l'agent de liaison fluide (plus fuide que le composite qui est pâteux) de pénétrer  dans les enfractuosités. L'agent de liaison dont la structure chimique est quasi identique au composite va se lier à celui ci (rétention chimique).
               

joint-alain.jpg
 Un joint de bonne qualité . Photo Pr Auther . Meb CHU Toulouse


La polymérisation des composites est soit naturelle (composites de 1° génération plus ou moins abandonnés) soit initiée par une lampe halogène : le catalyseur (camphoquinone) étant initié par la lumière bleue.


Propriétés physico-chimiques des composites (Pr P.Guigne)

-résistance à la compression (en Kg/cm2)
*émail : 3000
*dentine :2600
*composite 3000

-dureté
*émail :300
*dentine :98
*composite : 110

-résistance au cisaillement
*émail : 1500
*dentine :600
*composite :600

  


Collages amélaires

    La préparation amélaire


    - le biseautage

Le collage est (était) surtout amélaire, il fauf donc augmenter la surface d'émail au contact du composite pour que l'adhésion soit meilleure : c'est le but du biseautage de l'émail. Il est réalisé à la fraise flamme diamentée.

flamme.jpg
biseautage.jpg

 

 

      - l'etching

Aprés biseautage la surface amélaire est préparée au scellement  par un mordançage au PO4H3 à 30 %  (1 mn en moyenne). Cet acide est rincé puis la dent est séchée. Elle est prète à l'application du composite ou de l'agent de liaison.

recons2.jpgtenon3.jpg













Application de gel ortho phosphorique sur une incisive pendant sa restauration (à gauche; avec l'aide d'un pivot screw post), sur une canine usée en face distale (grillage) à droite avec l'aide de pins.


Les collages amélo-dentinaires

Les collages actuels sont le plus souvent des collages amélo-dentinaires, c'est à dire que l'adhésion se fait au niveau de l'émail (préparé par un etching pour émail) et au niveau de la dentine (également préparée par un agent de mordançage dentinaire=conditionneur dentinaire) le but étant de réduire le hiatus et d'augmenter l'adhésion. Dans ces conditions l'agent de laison  est un adhésif amélo-dentinaire (photoplymérisable) et pas simplement un agent de liaison amélaire.


"Les nouvelles résines  fuides des agents de liaison  ont tendance à coller à la dentine soit parcequ'un radical phosphorylé chélate l'ion Ca++ soit en raison du conditionneur dentinaire utilisé en plus de l'etching amélaire" (A.Auther).


etching.jpgDeux flacons d'etching : un amélaire à gauche un dentinaire à droite.


adhesive.jpgUn exemple de flacon d'adhésif amélo-dentinaire: le scochbond



Ci-dessous un coffret de 4° génération avec l'adhésif amélo-dentinaire le primer, et le tube de composite

coffret-composite.jpg

 
Ces collages nécessitent plusieurs munipulations : application de l'etching, rinçage, application de primer, de l'agent de liaison et bien sur du composite ( =générations "multiflacons" ). De nouvelles générations permettent de réduire les étapes  tout en observant de bonnes propriétés adhésives. Ce type de produits est trés adapté à la dentisterie vétérinaire car  il réduit le nombre de spécialités cosmétiques  dont il faut disposer et facilite les process pour les praticiens non acoutumés à l'adhésion.
La 6° génération présente l'avantage de supprimer l'étape du mordançage à l'acide orthophosphorique par l'utilisation d'un primer acide. L'adhésif est l'étape suivante.
La 7° génération (iBond) correspond à un adhésif auto mordançant sans rinçage (etching, primer, adhésif en une étape).

plot-gluma.jpg1°exemple d'adhésif de 7° génération : Le sytème adhésif iBond et son procédé d'application ci  dessous. L'iBond est un agent de liaison monocomposant  (photo-ploymérisable) et auto mordançant.

 

 


ibond-.jpg




adefix.jpg2° exemple : l'adhésif Adefix mono :promoteur d'adhésion-amélo dentinaire monocomposant (principe du collage humide :Wet-bonding)


tube-composite.jpg
Un tube de composite pâte photo-polymérisable. Application et modelage à la spatule pour le comblement terminal de la cavité.

carpule-composit.jpgLes composites en carpule avec pistolet sont d'une utilisation plus facile.




La finition : polissage


polissage-rrr.jpg
finition.jpg
pins-46.jpg
Une reconstitution au composite (venus)  aprés polissage sur une carie  vestibulaire de classe II .




                                                          

                                                         Les verres ionomères


Le verre ionomère est un matériau associant une poudre (alumino silicates) et un liquide (ac.poly acrylique) plus ou moins visqueux. Certains solvants  liquides (ex.AquaCem de Detrey)  sont même composés d'eau et ils sont particulièrement intéressants en dentisterie vétérinaire puisque par leur composition aqueuse ils "prennent" même en milieu humide ce qui est le cas la plupart du temps dans la bouche des carnivores (aspiration et digues plutôt rares).

aquacem.jpgLe verre ionmère Aquacem avec solvant aqueux trés fluide.

ct12.jpg
 

Le GC Fuji Ortho LC est un verre ionomère photopolymérisable trés intéressant pour le scellement de brackets.


Les verres ionomères sont esthétiques mais plus fragiles que les composites . Ils résistent mal aux occlusions (surtout celles des chiens !). Comme ils sont composés de silice (comme leur nom l'indique) ils ont une certaine neutralité, et donc inocuité, vis à vis des tissus vivants de la dent (pulpe).I ls sont utilisés chez le chat par exemple pour fermer des fractures de canines récentes et permettent à la fois le coiffage pulpaire et l'obturation puiqu'ils réalisent à la fois le fond de cavité (fond dur) et le comblement de la cavité résiduelle. Ils permettent également de combler les lésions du collet (stade I et II) souvent comparées aux mylolyses chez l'homme à la place des vernis types Copalite. Ces comblements de lésions du collet chez le chat ne retardent malheureusement pas l'évolution du processus odontoclatique qui évolue inexorablement vers la dissection corono-radiculaire.  








                                                                                               L'amalgame


Matériau d'origine métallique préparé extemporanément par trituration puis placé dans la cavité prélablement préparée (rétention) à l'aide d'un porte amalgame, foulé et lissé au brunisseur. Les qualités de résistance sont exceptionnelles, l'esthétique est moins agréable que les composites. C'est à notre avis le matériau de comblement de choix pour les obturations des canines et des dents postérieures : obturation stable, immuable de forme, à faible risque d'infiltration.

L'alliage contient du mercure ; il ne peut appliqué que sur une dent dévitalisée (ou aprés une protection pulpaire de trés bonne qualité : fond de cavité à l'hydroxyde de Ca).

amalgamateur1.jpg

Amalgamateur Dentomat : il comporte un réservoir à Hg et un reservoir à alliage (étain, Ag-Cu) , le temps de vibration est réglable, la quantité de produit fini ainsi que la composition du mélange .Les nouvelles normes en matière de protection environnementale (liées à la présence de Hg) imposent aux praticiens des mélanges "standardisés" sous la forme de capsules prédosées ; ils peuvent etre vibrés en utilisant la fonction mécanique du Dentomat mais en y adaptant une fourche souple receptionnant les capsules prédosées (voir photo ci dessous).

undefined
porte-amalgame-1.jpgLe porte amalgame : deux têtes de diametres différents  (en fonction de la taille de la cavité) permettent de charger et de transporter l'amalgame dans la cavité dentaire et de l'y propulser.

PICT0808.JPGQuelques instruments pour la pose d'un amalgame: à droite le porte amalgame, au centre des fouloirs pour "tasser" et compacter l'amalgame, à gauche un brunissoir pour lisser et surfacer pendant  le durcissement et donner un aspect brillant et esthétique à la restauration.

jeun-et-vieu-amal.jpg


Pose d'amalgame sur un croc inférieur gauche de Rottweiller fracturé à la suite de machonnements de barreaux métalliques (les traces de métal sont encore visible sur la face vestibulaire des incisives). Le croc droit avait été fracturé  et obturé avec un amalgame deux ans avant. L'amalgame est toujours en place malgré les "secousses "! 

undefined


Lu dans Dentisfuturis:

Le 21 décembre 2007, le ministre norvégien de l'Environnement annonçait le bannissement de l'utilisation du mercure, y compris dans les amalgames dentaires*, faisant ainsi de la Norvège le premier pays au monde à prendre une telle décision. "Le mercure est parmi les polluants les plus dangereux. De bonnes alternatives au mercure existent déjà et il est donc approprié de mettre en place cette interdiction" déclarait le ministre de l'Environnement, Erik Solheim dans un communiqué.

Une mesure exemplaire
La nouvelle a de quoi réjouir les opposants à l'amalgame dentaire qui se battent depuis des années pour en faire interdire l'emploi. Fin 2007, la Commission européenne envisageait d'éliminer le mercure de toute préparation destinée aux soins et devait se prononcer sur le devenir du mercure en dentisterie. En prenant cette décision radicale, la Norvège va plus loin que l'Union Européenne, dont elle n'est par ailleurs pas membre, et lui adresse un message clair. La mesure exemplaire se veut un signe fort:
"C'est un signal important à l'adresse de l'Union Européenne et des autres pays pour leur dire qu'il existe de bonnes alternatives au mercure" a précisé le ministre norvégien.

Une incitation pour les autres pays
Telle n'est pas la position des autorités françaises qui continuent de défendre l'amalgame au mercure. "Le composite […] ne peut être considéré comme un substitut généralisé à l'amalgame" déclarait un rapport du Sénat d'avril 2001.
Pourtant, la décision de la Norvège qui n'a guère rencontré d'écho médiatique, pourrait bien faire date. En tant que premier pays au monde à prendre une telle mesure, la Norvège pourrait faire des émules. De sources autorisées, la Suède qui limite déjà l'emploi des amalgames depuis 1999, envisagerait de prendre une mesure identique.

La fin programmée de l'amalgame ?
"La mort de l'amalgame est programmée, oui mais pour quand?" écrit P. Colon sur le site de l'ADF (Association Dentaire Française). Les nombreuses controverses sur la nocivité du plombage et les risques par rapport à l'environnement rendent de plus en plus intenable la position de ses défenseurs. S'il est évident que le mercure finira par disparaître de la dentisterie, on peut se demander combien de tonnes devront encore être posées dans la bouche des patients avant que la France et l'Europe ne se prononcent définitivement pour son interdiction. D'après l'ADF, plus de 10 millions d'amalgames sont posés chaque jour dans les pays industrialisés, ce qui équivaut à quelques 15 tonnes de mercure insérées chaque année dans la bouche des français. Souhaitons que des initiatives comme celles de l'Akut, association luxembourgeoise qui lançait en novembre 2007 une pétition, baptisée Appel du Luxembourg, pour faire interdire le plombage, ne hâtent cette fin programmée.
Réponse, peut-être, en 2008.

Dr J.F Gaudy Paris V

 







                                       Eléments complémentaires de  reconstitution :
                                                          les moyens de rétention
                                                                     (les tenons)


a) radiculaires

recons0.jpg
Fracture de l'incisive mitoyenne supérieure. Tentative de reconstitution aprés pulpectomie avec tenon "scew post" scellé et composite.

recons1.jpg
Le tenon radiculaire est scellé (Fuji I)

undefined
Reconstitution au composite; le screw post dont la teinte dorée est visible sous le composite est camouflé à l'opaquer avant la première couche de composite. Le composite n'atteint pas en incisal le niveau de l'arcade incisive de façon à protéger et à soustraire cette cuspide des contraintes occlusales et des mordus.

c-ra.jpgUne autre incisive mitoyenne reconstituée en composite.






Une autre technique sur une fracture similaire aurait pu etre utilisée : la couronne céramo métal à pivot (plus onéreux) illustrée par le cas ci-dessous.
ceram2.jpg
Essai de 3 teintes de céramiques avant la pose !  (La 1° céra pour chien du prothésiste : il n'a pas lésiné !!)

ceram.jpg
Pose de la céramique (mitoyenne du coté droit du cliché) : le ciment de scellement n'a pas été retiré à la jonction corono gingivale.




b) para pulpaires


tenon5.jpg

tenon-7.jpg 

Les tenons parapulpaires peuvent présenter un interêt lors de reconstitution de dents usées sur leur face distale  (ex. chiens usant les canines sur les barreaux de la cage) lorsque il n'est pas possible de tailler de cavité rétentive. Ces petits tenons vissés aprés préparation d'un pré-trou calibré constituent des points d'ancrage qui évitent le glissement de la reconstitution. Ils sont difficiles à utiliser sur dent vivante car il faut éviter la cavité pulpaire (=> à éviter chez les chiens jeunes à grande chambre pulpaire).

pins50.jpg

Pose de pins sur la face distale d'un chien adulte dont la canine est usée. Sur le contre angle un forêt calibré prépare l'insertion dentinaire du pins.

tenon2-copie-1.jpg
Une fois vissé le pins peut etre recourbé pour éviter de faire saillie.

tenon4.jpg
La même dent aprés la pose de composite pour recouvrir les pins.






Ce qu'il ne faut pas faire !




1° exemple

pins.jpg
pins40.jpg

tenon6.jpg


Quelques pins sur une dent  (canine) fracturée et dévitalisée avec pose d'un composite quelques mois avant. Un essai de reconstitution au composite sera tenté sur la face occlusale : ce type de montage est voué à l'échec car, d'une part, en face occlusale un composite  en substitution de la cuspide  de canine a de trés grande chance d'être rapidement pulvérisé, d'autre part une reconstitution composite en coiffe sur une surface comportant de l'amalgame ne constitue pas un montage orthodoxe sur le plan de la compatibilté des matériaux.

pins60.jpg

 

 
Les pins sont visibles par transparence. La cuspide en composite (trop fragile) va raidement casser. La seule reconstitution possible et viable sur un telle dent aurait été la couronne acier.


2° exemple

tenon8.jpg

tenon-foireux.jpg

 
Ce type de reconstruction sur tenon acier avec restauration au composite a également trés peu de chance de durer dans le temps car la restauration intéresse la cuspide d'une canine de chien moyen et cette dernière sera continuellement soumise à des contraintes qui entraîneront sa dégradation.


Partager cet article

Repost0
12 août 2007 7 12 /08 /août /2007 11:45
rhinite-1.jpg


Sur ce caniche âgé atteint de rhinite chronique unilatérale gauche on constate  à l'ouverture de la gueule une  canine supérieure gauche dont la couronne est trés petite (à peine supérieure en taille à la la PM 1) , le sulcus autour de cette canine est  légèrement hémorragique. Une légère mousse hémorragique est visible dans la narine gauche. Ce chien a déjà reçu plusieurs traitements antibiotiques.
Une parodontite sévère est diagnostiquée avec pénétration de la sonde parodontale sur plus d'un cm sur toutes les faces de la canine. L'extraction est décidée
.

rhinite-2.jpg


Photo du chien juste après l'extraction. L'avulsion est extrêmement facile, la dent est entièrement enfoncée dans l'alvéole et seule la cuspide dépassait. Le ligament est totalement détruit. La parodontite a en fait facilité l'ingression dentaire dans son alvéole par disparition du desmodonte. Une grande partie de la racine se retrouvait ainsi dans les cavités nasales générant la rhinite.

rhinite-3.jpg
La dent aprés extraction







Partager cet article

Repost0
29 juillet 2007 7 29 /07 /juillet /2007 18:56



1) Malpositions liées à la persistance des dents lactéales chez le chien


Parmi les troubles de l'occlusion liés au canines semi incluses, il faut citer en premier lieu les malpositions  consécutives à la persistance des dents  lactéales. En effet, la persistance du croc lactéal supérieur provoque :

    - un retard d'égression du croc définitif
    - une mésio version du croc supérieur
    - une linguo version du croc inférieur



En résumé : Persistance des canines lactéales :

à la mandibule : linguo version
au maxillaire : mésio version


»

 


Conséquences:

à la mandibule : les crocs définitifs sont trop convergents = contact prématuré avec le palais.
au maxillaire : les crocs définitifs se rapprochent des coins = fermeture de l'espace incisivo-canin, risque de bascule de la mandibule; parodontite.



A la mandibule :linguo-version de la canine
-->
Trauma palatin :
- lésion plus  ou moins profonde
- fistule oro nasale


                                                              
                                                                                    Photo  F. Debette





Au maxillaire : mésioversion de la canine


 
 
 

   
 


 







                                     
  --> Fermeture de l’espace canine incisive
 

Risque : déviation globale de la mandibule


 

 

D'autres déviations (plus rares) ne sont pas liées à la persistance des dents lactéales,c'est le cas par exemple chez le chat persan ou la canine incluse s'accompagne le plus souvent d'une position ectopique et s'égresse (ou non) vers le milieu de la voute palatine créant une malocclusion à partir du moment ou la hauteur de ce croc lors de sa sortie à travers la muqueuse palatine va percuter les tissus mous mandibulaires ou les dents antagonistes.





  2)  Canines incluses ou semi incluses non liées à la persistance des crocs de lait chez le  persan :

- la canine est plus ou moins incluse
- il y  a Palato-version de la canine plus ou moins prononcée

- les conséquences occlusales sont liées au degré de version (béance,
déviation…)



  


                 Exemple N°1 :de désinclusion par cautérisatio péricuspidaire


Exemple N°2

Sur ce cliché de canine incluse  (RVG Julie) la dent apparait en position ectopique . Sa cuspide est encore sous la muqueuse palatine . Une cautérisation au servotome permet de la dégager.
  La cautérisation en direction de la cuspide est prolongée par un creusement en région vestibulaire pour préparer le trajet dégression de manière à "diriger"passivement la dent vers sa position physiologique ( voir photo agrandie ci dessous).

Le  même chat 4 semaines aprés : la reprise de l'égression est excellente mais la dent reste encore distalée.



Pour  plus de photos voir l'article "désinclusion des canines chez le chat"

3) Dans de nombreux cas les canines incluses ne s'accompagnent pas de troubles de l'occlusion dans la mesure ou la dent reste incluse et ou sa présence ne perturbe pas la position définitive des autres dents :



Exemple de canine incluse chez un jeune berger Blanc. Le renflement gingival en avant de PM1 laisse supposer la présence de la dent, pratiquement couchée à l'horizontale.



Le cliché confirme la présence d'une canine incluse dont la cuspide apparait à la gauche du cliché (RVG JULIE). Un  petit marqueur métallique est pacé à 10 mm de l'incisive latérale pour visualiser le site de recherche de la cuspide.


Aprés cautérisation de la gencive à la loupe (Servotome) la cuspide apparait au fond de la cavité chirurgicale.La phase de dégagement est poursuivie par une légère cautérisation péricuspidaire en direction de l'apex sur un ou deux mm de profondeur environ.


La plaie chirurgicale est recouverte d'un gel adhésif à la chlohexidine (ORAVET ND).
Le chien sera revu dans 3 semaines de manière à suivre une éventuelle reprise de l'égression.



Partager cet article

Repost0
29 juillet 2007 7 29 /07 /juillet /2007 10:13

 

Mandibule de jeune cocker  de 8 mois qui présentait une endognathie mandibulaire avec des crocs convergents se plantant dans le palais, associée à la présence de dents surnuméraires à l'arcade incisive  mandibulaire.
Ci-contre radio avant les différents traitements. Film intraoral incidence sagittale ventro dorsale (50 KV , 15 Mas)

On observe :
- une polyodontie incisive ( 7 incisives)
- une structure de type dentaire  (DENT INCLUSE ?) entre la canine de G. et la mitoyenne (42 et 44) en lingual par rapport à la 43.



Photo pendant l'extraction de l'incisive (43) latérale surnuméraire.Cette 43 est légèrement vestibulée.On aperçoit la canine mandibulaire D.(44) trés distalée et lingualée, comme bloquée par la ou les dents surnuméraires.


 
Aprés extraction de l'incisive,la cuspide d'une dent est visible au fond du site d'avulsion. Il s'agit en fait d'une canine dysplasique.Cette canine surnuméraire est extraite car elle repousse distalement la canine définitive.



La canine dysplasique incluse est la structure matérialisée par l'étoile.






A droite l'incisive, à  gauche la canine dysplasique. Aprés extraction de la canine dysplasique la canine définitive a progressivement repris une position plus mésiale. Cette correction spontanée dans le sens disto mesial ne s'est malheureusement pas accompagnée d'une correction linguo vestibulaire. Les crocs sont toujours trés ressérés (voir photo ci-dessous).




Aprés les deux extractions le problème de l'endognathie est à régler.





La solution choisie
sera un  écarteur constitué par un vérin forestadent  bagué sur les canines qui permet un mouvement  de vestibulo-translation. La particularité de cet appareil consiste en un appui sur toute la hauteur de la face linguale des crocs ce qui induit non pas une force de vestibulo-version mais ce qui est mieux une force à forte composante de translation. La flêche blanche dans la résine indique le sens de rotation du vérin : 1/4 de tour de butée à butée = 0,25 mm d'écartement.




















Aprés la phase de vestibulo translation par le vérin le travail est parachevé par la pose de plans inclinés qui imposent une vestibulo version.







Ci-dessous le résultat en fin de traitement (à droite la situation de départ)


Il persiste un trés leger Wry bite qui s'est spontanément corrigé la contention étant naturellement assurée par l'over bite.






Partager cet article

Repost0
23 juillet 2007 1 23 /07 /juillet /2007 21:41


Pendant les phases d'un traitement canalaire une fistule est découverte. La radio aurait peut-être permis de dépister la pathologie apicale et peut-être la fistule.




Fracture de 23 avec exposition pulpaire. La fracture date de 1 mois, la dent est douloureuse lors de la préhension des aliments. Sur la tranche de fracture la pulpe est encore saigneuse malgré l'ancienneté relative de la fracture. Lors de l'extirpation pulpaire le saignement est présent (voir photo ci-contre).


La phase d'irrigation du canal avec hypochlorite et eau oxygénée.


Lors du séchage à la soufflète une goutte de liquide séro  hémorragique sourd en région apicale attestant d'une fistule et vraisemblablement d'une pathologie apicale liée à la pulpite.


Le produit de traitement endocanalaire choisi sera l' endo spad en raison de son fort pouvoir antiseptique en région apicale. Cones de gutta.


 La dent est fermée à l'amalgame.



Partager cet article

Repost0
19 juillet 2007 4 19 /07 /juillet /2007 14:30



Chez ce jeune berger allemand de 9 mois,
la 43 est en position de vestibuloversion. Le reste de l'arcade incisive mandibulaire est trés bien aligné et s'articule parfaitement avec la supérieure. Les vidéos montrent le principe de correction avec une chainette arqueboutée sur une vis orthodontique.


Tomas 1
Vidéo envoyée par orthovet*


 

Le traitement de cette malposition passe par par la mise en place d'une vis orthodontique (Tomas) dans le plancher mandibulaire, à distance des racines des incisives et de la canine. C'est-à- dire environ dans le plan parasagittal à la symphyse . Vis cruciforme percée (Tekka) diamètre 1,5, longueur 7 mm.
Sur la tête de cette vis est arqueboutée une chainette embrassante dont les possibilités de glissement sont entravées par le collage d'un bracket sur la face vestibulaire de l'incisive. Un maillon de la chainette est passé dans le bracket.

                                                  Application de l'etching.

                                     
                                             Vérification de la qualité de l'etching.



                                                          Collage du bracket

 
                           La  chainette est équilibrée en mesio-distal et sectionnée .

La spider screw a été placée en forage semi-direct (vis autoforeuse) aprés fraisage cortical avec fraise Maillefer E 0123 iso 010 WC 19 mm. La vis est montée sur un axe cruciforme  AXCT1K pour contre angle (rotation lente) voir photo ci-dessous.


D'autres systèmes de vissage existent faisant appel à des "cloches"  ou clef montées sur contre angle. Ci-dessous photo extraite du filme du Dr Ph. Jeanne pour le laboratoire Tekka.
vis-tekka-4.JPG

 

Fin de traitement (aprés retrait de la vis de traction, du bracket et de la chainette). La 43 aprés sa liguoversion est maintenant alignée sur l'arcade. Pour éviter la récidive, l'arcade est solidarisée par une gouttière en résine ortho (orthorésine Detrey).


L'incisive mandibulaire latérale D. (43) est coulée dans une gouttière de contention qui englobe 5 incisives pour éviter la récidive.



Sites d'implantation des vis à la mandibule

- face linguale


etoile.jpg


Partager cet article

Repost0
11 juillet 2007 3 11 /07 /juillet /2007 22:51



Pendant la thérapeutique initiale l'utilisation de la sonde pour tester le parodonte des dents suspectes est indispensable ; ce sondage doit se faire sur toutes les faces dentaires.




Cas N°1

Caniche en cours de détartrage ; la 25 vient d'etre extraite : la sonde parodontale va explorer la 24.


La sonde explore le sulcus de la canine en face vestibulaire : pas de poche.


En distal par contre la sonde pénètre sur toute sa longueur. La poche est trés profonde. Possibilité d'une communication oro nasale.

Au retrait de la sonde la narine gauche montre un saignement --> la communication oro nasale existe. Les commémoratifs confirmeront l'existence d'une rhinite depuis plusieurs mois.

alasonde-4.jpg



Cas N°2


Saignement marginal sur la 14; image de félure coronaire verticale ? On sonde.



En vestibulaire pénétration de la sonde sur toute sa longueur. La poche est profonde, la couronne présente une structure trop suspecte pour que la dent soit conservée; la radio va montrer une image de rhyzalyse, confirmée aprés l'avulsion.
L'agression bactérienne contre les structures radiculaires de cette dent est trés importante :

alasonde_7.jpg




Video sur la découverte d'une fistule pendant le détartrage

Ci-dessous lien vers une video montrant la découverte d'une fistule oronasale à la suite d'une extraction de prémolaire. Lors du détartrage l'insert introduit dans la cavité d'extraction visualise la fistule par écoulement nasal.

 








Partager cet article

Repost0
11 juillet 2007 3 11 /07 /juillet /2007 22:14

Cas N°1


Fracture de la branche mandibulaire en arrière de la dernière molaire sur un yorkshire agé. Une pose d'attelle est impossible en raison de la position de la fracture.
Les propriétaires ne souhaitent pas d'intervention orthopédique.








La solution retenue est une contention intermaxillaire par pose d'une muselière. L'alimentation liquide ou semi-liquide se fait par sonde naso oesophagienne. Pose de colerette. L'extrémité de la sonde parait volumineuse mais il s'agit d'une obturation (de gros diametre) de la sonde.
Aprés 3 semaines et demie la consolidation est assurée. La muselière est retirée.



Cas N°2


Jeune chien en dentition lactéale avec fracture en arrière de la prémolaire. Le traitement choisi est la muselère de contention. L
a nutrition est asurée par la pose d'une sonde oesophagienne.





Remarque:

Chez le chat  lors de fractures mandibulaires en arrière des prémolaires les contentions par pose de résine inter maxillaire constituent une excellente technique de stabilisation.
(voir  fin de l'article sur les  luxations de l'ATM).



Cas clinique N°3


Chez ce chat lésions multiples :
-rupture du ligament mentonnier
-scalp mentonnier
-fracture d'une branche mandibulaire en arrière de la dernière molaire.
La seule solution  ,non orthopédique ,permettant de régler la dissociation mentonnière et la fracture mandibulaire qui a été retenue fut la contention intermaxillaire.Les 4 canines ont été scellées en position physiologique au verre ionomère.
Une complication sévère est survenue à 24h :la langue a été extirpée par les griffes des antérieurs malgré la pose d'une colerette.Cette langue une fois coincée dans l'anneau en résine a triplée de volume. Cela a nécessité la dépose de la contention pendant 36 h , puis aprés récupération du volume normal de la langue la contention fut reconstruite.












Partager cet article

Repost0