parodontologie

CE5.JPGUn jeune malinois présente une furcation de classe 3 au niveau de la 18 et  de la 28 .Cette furcation est liée à une nécrose étendue affectant l'ensemble des tissus parodontaux (gencive ligament, os alvéolaire).

Un élément végétal (branche ou racine ) est e entre les deux dents et a même entraîne une abrasion linéaire de la muqueuse palatine (photo ci dessous)

CE2.JPG

CE1

La lésion contro latérale en vue linguale ; les éléments pâteux  (gel) autour de la racine distale sont constitués de gel antiseptique à relargage lent (Prozym Wax)

CE3.JPG

L"élémént végétal responsable des lésions .

 

Un malinois adulte champion de ring est déjà équipé d'une couronne acier sur la 24 . La couronne en acier fut placée un an avant à la suite d'une fracture coronaire basse ayant nécessité une élongation coronaire . Au moment du scellement de la couronne il est constaté une légère mobilité mésio distale. Le scellement est réalisé malgré tout. Pendant plusieurs mois ce chien continuera à concourir avec des a algiques au moment du mordant. Une première tentative de stabilisation du croc par pontage de la couronne avec la 23 et la 25 26 et 27 par un gouttière en orthorésine. Cette gouttière va remplir son rôle d'immobilisation car le chien passe plusieurs mois sans douleur , mais la gouttière casse .il est décidé de la remplacer par une prothèse  partielle adjointe coulée (PPAC) en chrome cobalt .stelite avant mieux

La résine de contention qui s'appuyait sur la couronne et les 3 prémolaires a été déposée.On remarque une récession gingivale importante sur la 14. La mobilité de la dent couronnée est de classe 1 (mésio distale).La 13 a été extraite.

 

photo(12)

Scellement de l'attelle à l'ortho fuji LC sur les 3 prémolaires et la cuspide acier de 14.

 

photo-16-.JPG

Sur ce même chien le croc supérieur droit qui était déjà  couronné acier a subi un impact violent à l'entraînement.Le croc est retaillé  avec élongation coronaire, mais sa mobilité de grade 1 nous impose de stabiliser avec une autre attelle en chrome cobalt reliée aux 3 prémolaires .

stellite-5.jpg

                                                                 positionnement de la PPAC avant scellement

photo-14-.JPG

Une vue de la seconde PPAC scellée au verre ionomère . En contro latéral la première PPAC  est visible. Le volet de muqueuse du lambeau n'est pas encore positionné ni suturé.

photo-18--copie-1.JPG

Après 4 mois de compétition ! la tolérance du PPAC est bonne , pas de descellement du coté droit 

photo-2.JPG

Vue palatine des deux PPAC, bonne tolérance , les appareils sont stables malgré les contraintes sportives.

photo-3.JPG

Vue du PPAC gauche : on note toujours la même récession gingivale sur la 24 et l'absence d'incisives à l'arcade supérieure (chutes en raison des traumas répétés)

 

Aprés plusieurs mois de "Ring" l'absence d'arcade incisive et les traumas imposés à la muqueuse palatine par le costume de l'homme d'attaque provoquent une abrasion de la muqueuse rostrale.malinois.JPG

photo-8-.JPG

 

Un stélite en acier recouvrant toute la partie rostrale du maxillaire est scellé sur les PPAC de manière à protéger la muqueuse gingivale et palatine.

  Un chien agé de type caniche présente une rhinite unilatérale droite ancienne avec éternuements. L'hypothèse d'une origine dentaire responsable de la rhinite est envisagée . Pour confirmer cette étiologie l'animal est sédaté et l'ensemble des dents est exploré à l'aide de la sonde parodontale et par manipulation de chaque dent de manière à rechercher les mobilités anormales.Dans la plus part des cas (mais pas systématiquement) lorsqu'une dent est responsable d'une infection chronique des cavités nasale ,la dent responsable est la canine supérieure. Les poches coté palatin sont alors fréquentes.

La vidéo ci dessous montre la phase d'exploration et la matérialisation de la fistule.

 

 

 

 

 

 







                           EXEMPLES DE PARODONTITE LIEE A UNE MALOCCLUSION UNILATERALE


Cas N°1

Chez ce jeune Yorkshire la canine supérieure et le coin (incisive latérale) montrent du côté droit une présence modérée de plaque dentaire.  Il faut noter que de ce coté des mâchoires les rapports d'occlusion intermaxillaires sont normaux.  La canine inférieure venant se loger parfaitement entre la canine supérieure et le coin.





Le côté gauche des mâchoires montre un aspect parodontal tout à fait différent : le dépôt de tartre est très important avec une légère récession de la gencive en zone distale du collet de la canine et également au niveau du coin. Sur le plan occlusal, l'espace entre la canine et le coin est fermé et la canine inférieure qui ne peut se loger est mésio versée en avant du coin supérieur.

Cet exemple illustre parfaitement  la  relation entre la malocclusion et le développement d'une parodontopathie focalisée.
Il faut encourager les propriétaires à soigner la prévention des dépots de plaque dans ces zones de malocclusion par un brossage plus méticuleux et l'utilisation des barres à mâcher.



Cas N°2 Sur ce jeune Pinscher (aprés détartrage) la 3° prémolaire supérieure gauche n'a pas de place pour s'aligner correctement sur l'arcade ; elle s'est donc positionnée perpendiculairement à l'arcade (rotation de 90°) : il s'en suit une cascade de lésions parodontales (récession gingivale sur la racine distale,ulcère de la muqueuse buccale en regard de la dent, accumulation de tartre...).


Cas N3


Cavalier King Charles de 6  ans présentant une parodontite localisée à PM1 et PM2. La parodontite est liée à l'encombrement excessif  dans cette zone du maxillaire.L'extraction sera la meilleure solution dans la mesure ou ces prémolaires ont un rôle secondaire.


Sur ce même chien le problème de parodontite  focalisée se pose également à gauche.Pm1 est presque complétement déchaussée. PM2 présente une furcation de classe 3. L'extraction est la règle .

En post opératoire , les produits favorisants l'hygiene buccale sont indiqués.





Cas clinique N°1



Pendant le détartrage de ce caniche de 10 ans, l'hypermobilité des arcades incisives est très nette, en particulier à la mandibule.
 La propriétaire l'a signalé et cette hypermobilité ne l'encourage pas au brossage.


Il s'agit d'une hypermobilité de classe 2, aggravée au fait que ce chien présente une malocclusion (occlusion de classe II, rétrognathie maxillaire).
Après détartrage soigné, polissage des couronnes et curetage en douceur des parties radiculaires dénudées en évitant le saignement, il sera entrepris une contention extemporanée collée de l'arcade incisive mandibulaire pour retarder la chute de ces incisives et permettre une prophylaxie correcte par les propriétaires.

 


Une digue est placée (usage détourné d'un gant chirurgical ). Les dents sont mordancées sur leur face linguale et interproximale à l'acide orthophosphorique, rincées et séchées. Une couche d'adhésif est appliquée au pinceau sur toutes les surfaces coronaires linguales et interproximales puis polymérisation 20 secondes. Une goutte de composite  Biosplint Flow est déposée sur la 33,  puis la bandelette est placée et polymérisée. L'application de la bandelette et de composite se poursuit de dent à dent jusqu' à la 43. La bandelette est ensuite recouverte de composite.



Les débordements de composite au-delà du cingulum sont éliminés avec une fraise dia
mentée fine.











                                                                                                   Cas clinique N°2



Jeune Terrier du Tibet de 7 mois réferé pour une fracture mandibulaire en arrière de PM4 et centrée sur la racine mésiale de la carnassière. Une ligature acier a été posée il y a 3 semaines, mais le montage s'avère instable. La ligature passée dans la furcation de la carnassière s'appuie sous le collet de PM4. Sur la photo de la radio on aperçoit un apex de la racine mésiale de M1 qui a littéralement perforé la corticale externe responsable de la fracture.





La lecture de la radio montre un glissement de la ligature primitivement à la furcation vers l'apex de la racine mésiale de la carnassière. L'apex et tout le ligament apparaît radio transparent. La racine dans le foyer de fracture contribue très certainement à l'absence de cicatrisation osseuse. L'état général du chien est légèrement dégradé (légère hyperthermie) et le moindre mouvement mandibulaire est douloureux ce qui laisse supposer également un foyer   d'osteite localisé. Il est décidé de retirer la ligature , de supprimer la racine mésiale de la carnassière tout en lui conservant sa couronne pour l'utiliser comme appui pour une contention en résine.



La racine mésiale est retirée à la fraise fissure après un mini lambeau d'accès. Le foyer de fracture est infecté. Nous laissons la chambre et la racine distale sans traitement endocanalaire par manque de temps anesthésique. La dévitalisation ou l'extraction du reste de la temps étant prévu après la constitution d'un éventuel cal.
Aprés repositionnement du lambeau une résine Coolsin (Pierre Rolland) est appliquée depuis M2 jusqu'à l'arcade incisive. Le cliché (Julie) ci-dessus pris aprés l'extraction de la racine mésiale et la pose de la résine  montre une vaste cavité radio transparente. Les corticales externes sont mal apposées avec une marche de quelques millimètres peu satisfaisante sur le plan orthopédique.
Antibiothérapie (clindamycine pendant 15 j. 11mg/kg)





Le chien perd malheureusement sa gouttière après 15 jours seulement. L'état général est bon et il n'y a plus de douleur depuis le retrait de la ligature. Il est revu 10 jours  après la chute de la gouttière. Il s'alimente normalement et son comportement est normal. A la manipulation, la fracture est instable mais pas douloureuse. Un cliché est pris ce jour (photo ci-dessus) , elle montre une amélioration de l'alignement cortical et surtout un comblement trés net du foyer par du cal.
Une nouvelle résine de contention en gouttière est placée entre PM2 et M1 : la résine Biosplint de Pierre Rolland.


Après mordançage et application de l'agent de liaison, une bandelette est appliquée sur la PM2 puis recouverte de composite Biosplint . La bandelette est ensuite appliquée de dent à dent jusqu'à la dernière molaire et recouverte de composite comme pour une attelle extemporanée collée d'arcade incisive.Une gouttière si courte est certainement insuffisante mais nous tablons sur le jeune âge du chien pour éviter la pseudarthrose. Il faut noter l'excellente adhésivité du biosplint  aux surfaces mordancées et sa résistance aux forces de cisaillement.


Début de formation du cal à 3 semaines.


Cal  de bonne qualité à 6 semaines.



 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés