Extraction d'une canine lactéale chez un Yorkshire.
La canine lactéale  apparaît trop courte aprés l'extraction. Une radio de contrôle permet de constater qu'il reste un tiers apical dans l'alvéole. Noter l'absence de PM1.







Par crac
Samedi 18 octobre 2008 6 18 /10 /Oct /2008 15:53
- Publié dans : radiologie dentaire
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires


Bichon maltais de 10 ans présenté pour détartrage.

Pendant ce détartrage, une mobilité anormale de la branche mandibulaire gauche est constatée avec une angulation entre M1 et M2 lors de la manipulation.



La radio (RGV Julie) montre une fracture de la branche horizontale de la mandibule en arrière de la racine distale de M1. Cette racine est directement dans le foyer et ne contribue  pas à une cicatrisation éventuelle ; son apex est entouré d'un halo d'os alvéolaire plus radiotransparent indiquant la pré-existence d'une pathologie apicale avec abcédation vraisemblablement responsable de la fracture spontanée. L'apex de la racine mésiale (en crochet) présente également une radiotransparence suspecte. La M2 est pratiquement déchaussée et ne tient que par sa racine distale.




Après détartrage, la zone de fracture est débarrassée de la M2 et de la racine distale de M1. La racine mésiale est conservée pour servir éventuellement d'appui pour une stabilisation ultérieure après stérilisation du foyer fracturaire. Un traitement endocanalaire n'est pas entrepris pour alléger la procédure et cela d'autant que le canal apparaît calcifié dans sa partie apicale et que l'apex est directement ouvert dans le canal mandibulaire ce qui assure un certain drainage.



Par crac
Samedi 18 octobre 2008 6 18 /10 /Oct /2008 15:50
- Publié dans : radiologie dentaire
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires




Article en cours d'élaboration




Ce jeune Shetland dont la pince maxillaire est en articulé inversé (disto-versée) a été appareillé dans un premier temps avec un arc incisif (visible à la mandibule).  Cet arc équipé de deux ressorts latéraux était destiné à disto-verser  les deux incisives centrales mandibulaires que l'incisive maxillaire avait vestibulo versé du fait de son articulation inversée avec l'arcade mandibulaire.



Ce fil vestibulaire seul a effectivement réaligné l'arcade incisive inférieure mais n'a pas été suffisant pour permettre aux pinces mandibulaires de passer "en arrière" de l'antagoniste (pince maxillaire gauche).


Un deuxième montage est tenté pour vestibuler l'incisive supérieure :

- collage d'un bracket à crochets sur la pince (ortho fuji LC).
- collage d'un fil Santaloy sur les incisives adjacentes de manière à créer un vide
entre le bracket et le fil.
- pose d'un anneau élastique entre le fil et le bracket. La pose de l'anneau n'est pas "standard" car l'anneau n'est pas tendu d'un crochet à l'autre, mais entoure le fil pour se clipper sur le crochet inférieur. De cette manière la force élastique n'entraîne pas un mouvement de translation rostrale mais plutôt un mouvement de vestibulo-version souhaité.





Par crac
Vendredi 26 septembre 2008 5 26 /09 /Sep /2008 22:22
- Publié dans : orthodontie vétérinaire
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires



Vieux cocker de 9 ans affecté par une rhinite unilatérale droite. Compte tenu de l'état de la bouche, une thérapeutique initiale est entreprise avant tout traitement et avant la mise en oeuvre de clichés radiologiques ou d'exploration des cavités nasales (endoscopie). Pendant le détartrage la PM3 maxillaire apparaît très mobile et la PM2 présente une furcation de classe 3 (voir vidéos). Ces deux dents sont extraites.

Furcations
Vidéo envoyée par orthovet

Mobilité
Vidéo envoyée par orthovet

 


 



La PM2 après son extraction. 

La PM3 présentait une racine distale lysée sur la moitié de sa longueur.

Après extraction (facile) de PM3 un saignement nasal traduit une fistule ou une communication oronasale à hauteur de cette prémolaire.




Les radios, avec et sans sonde en place, laissent supposer un trajet fistuleux.

La sonde est dans le site d'exploration de  PM2, les flèches oranges visualisent un trajet radio-transparent dans la zone de projection de la racine distale (lysée) de PM3.

Une exploration méticuleuse du trajet des racines de PM3 permet de retirer un épillet de graminée dont l'extrémité dépassait dans la cavité nasale.




Par crac
Lundi 15 septembre 2008 1 15 /09 /Sep /2008 19:13
- Publié dans : parodontologie
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires




Cas clinique :



Un jeune berger allemand de 10 mois présentait une occlusion de classe 2  incisive .

L'écart moyen d'over jet mesuré était de  6 mm en moyenne (distance

 moyenne entre la face vestibulaire des incisives maxillaires et la face incisive

 vestibulaire des incisives mandibulaires).

Le reste des rapports occlusaux était normal.







Une première tentative de correction est tentée avec la pose d'une plaque Hawley palatine baguée sur les canines maxillaires incluant un vérin tridirectionnel et placé en position ouverte pour tracter les incisives distalement. Seules les incisives centrales (pinces + mitoyennes) sont concernées par l'over jet et sont reliées au vérin par un stellite les englobant toutes les 4.

Photo de l'empreinte  à J 0 (le moulage a été retrouvé et photographié 6 mois après sa réalisation ce qui explique son mauvais état).


Après quelques jours de mise en traction du montage, la faiblesse du vérin et la flèche importante qui apparaît  nous obligent à modifier  tout le principe de traction :

- les éléments coulés sont conservés (bagues canines et stellite incisif) pour être réutilisés
- le vérin est remplacé par deux ressorts fermés Sentalloy Médium (150 gr)
- les ressorts sont fixés sur les éléments de rétention périphériques qui étaient noyés dans la   résine et que nous avons conservés.

 


Photo prise avant la mise en tension des ressorts. Les éléments rétentifs sur les bagues canines sont visibles ; ils vont nous servir à ancrer les ressorts. Les mêmes rétentions étaient conservées sur le stellite incisif et ont facilité l'ancrage des ressorts. Ce point d'ancrage incisif a été protégé par un dépôt de résine en goutte épaisse de manière à réaliser un léger plan de surélévation. On peut remarquer l'état inflammatoire de la muqueuse à la suite de la dépose de la plaque fendue.


 Vue à 3 semaines après la mise en tension des ressorts.

- le montage est bien mieux toléré que la plaque fendue (peu ou pas d'accumulation sous la plaque)
- la stabilité de l'ensemble est bonne
- les ressorts gardent une bonne élasticité et ne sont ni souillés ni entartrés.





Sur ces vues (de face et latérale) on peut voir que l'espace inter-arcade primitif de 6 mm s'est réduit pratiquement de moitié.



Après 3 semaines, un des deux ressorts s'est détaché. Le propriétaire a retiré le second lui- même. Deux nouveaux ressorts sont alors remontés sans déposer les couronnes. Le stellite est allégé de la résine excessive. La tolérance en bouche reste excellente.





Après 6 mois de traitement dont deux mois de contention avec une gouttière en résine  le résultat obtenu est assez satisfaisant. Une récidive est toujours possible compte tenu du temps relativement court de contention

 Le jour du retrait de la contention : vue de face


 Vue de profil : le contact inter arcade est satisfaisant (le décalage primitif en vest. était de 6 mm)







Par crac
Vendredi 18 avril 2008 5 18 /04 /Avr /2008 17:26
- Publié dans : orthodontie vétérinaire
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

Présentation

  • Odonto-stomatologie canine et feline. Orthodontie
  • Partager ce blog
  • Retour à la page d'accueil
  • : Odonto-stomatologie canine et feline. Orthodontie
  • : Odonto-stomatologie vétérinaire. Techniques de corrections orthodontiques chez le chien et le chat, traitement endocanalaire, traitement des néoplasies, restauration dentaire
  • Contact

Recherche

 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés